LRMP : le grand chamboule-tout des pôles d'innovation

La nouvelle région LRMP compte désormais deux agences de développement économique, 15 pôles de compétitivité et des dizaines de clusters. Fusion, mutualisation ou extension de leur territoire... Comment vont s'organiser ces structures sur un territoire de 13 départements ? Tour d'horizon des avancées dans les pôles et clusters du numérique, de la santé ou de l'industrie.
Digital Place veut travailler en complémentarité avec son voisin languedocien French South Digital.
Digital Place veut travailler "en complémentarité" avec son voisin languedocien French South Digital. (Crédits : Rémi Benoit)

"Le monde économique a été beaucoup moins craintif que le monde politique dans cette union (la fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées NDLR). Il a de suite vu qu'il s'agissait d'une opportunité à saisir et il est déjà en marche sur la mutualisation et la cohérence", fait remarquer la présidente de Région Carole Delga dans une interview accordée à La Tribune Toulouse à l'occasion de son passage au salon Midinnov le 28 janvier. En effet, plusieurs structures d'accompagnement des entreprises ont anticipé la fusion, et plusieurs stratégies existent.

Vers une mutualisation et une spécialisation des agences régionales

La nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est officiellement née le 1er janvier dernier. Au-delà des conséquences politiques, la fusion impacte directement toutes les structures de soutien à l'innovation : clusters, pôles de compétitivité, agences régionales. Concernant les agences de développement économique financées par le Conseil régional (Madeeli pour l'ex-région Midi-Pyrénées et Invest Sud de France pour Languedoc-Roussillon), Carole Delga précise que "c'est au cours de l'année 2016, quand nous allons construire notre schéma économique régional, que nous réfléchirons soit à des fusions, soit à des conventions de partenariat entre ces agences. Nous allons rechercher une mutualisation de fonctions support et à avoir une vraie spécialisation dans certains domaines, entre les différents sites."

Du côté des 15 pôles de compétitivité et des dizaines de clusters que compte désormais la région LRMP, les discussions ont été amorcées il y a quelques mois. "Nous avons commencé l'état des lieux des services proposés par nos deux structures", explique ainsi Anthony Chiaramida, chargé de mission chez Digital Place. Le cluster regroupant les entreprises du numérique de Midi-Pyrénées veut travailler "en complémentarité" avec son voisin languedocien French South Digital (lire notre article Numérique : les clusters de Toulouse et Montpellier se rapprochent en vue de la grande région).

"D'ailleurs, nos adhérents ont déjà intégré cette mutation. Par exemple, chez Synox, le PDG de la startup est vice-président de French South Digital alors que le directeur général du groupe est secrétaire général de Digital Place", relève Anthony Chiaramida. Pour autant, selon lui aucune fusion n'est envisagée entre les deux clusters : "Il existe un besoin de proximité, les adhérents ne vont pas faire 4 heures de route aller/retour entre Toulouse et Montpellier uniquement pour un atelier de 2 heures."

Robotics Place, Mécanic Vallée et OPTITECH étendent leur territoire

Pour d'autres structures, la fusion des régions est l'occasion d'étendre son périmètre d'action.

"Sur le territoire de Languedoc-Roussillon, il n'existe pas de cluster spécialisé dans la robotique. Nous avons donc vocation à couvrir l'ensemble de la nouvelle région, précise ainsi Laurent Latorse, président de Robotics Place. Le cluster a déjà intégré par exemple le laboratoire d'informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier (Lirmm)."

Même stratégie pour Mécanic Vallée, fondée en 1998 et qui regroupe les acteurs de la mécanique entre Lot, Aveyron et Corrèze. Son animateur Hervé Danton imagine des partenariats avec d'autres structures comme le cluster de Béziers dédié à la mobilité grâce aux énergies renouvelables.

Mais, pour les pôles déjà étendus sur plusieurs régions, l'exercice demande un certain numéro d'équilibriste. C'est le cas par exemple pour Optitech. Ce pôle de compétitivité spécialisé dans l'imagerie était déjà présent sur le territoire de Languedoc-Roussillon et dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. "Il existe un réel intérêt pour l'imagerie en Midi-Pyrénées, nous sommes en train de construire des partenariats avec ce territoire", avance Émilie Seveno, chargée de mission au sein d'Optitech. Parmi ses membres du pôle, figurent ainsi la branche de Thales à Cannes, groupe qui dispose aussi d'un site à Toulouse. Pour Émilie Seveno, "cela implique de repositionner le siège social du pôle, aujourd'hui implanté à Marseille".

Aerospace Valley et Cancer-Bio-Santé privilégient la colabellisation

La problématique est la même du côté des pôles de compétitivité santé. Eurobiomed regroupe 200 entreprises de la filière santé de Provence-Alpes-Côte d'Azur et de l'ex-Languedoc-Roussillon tandis que Cancer-Bio-Santé s'étend sur le Limousin et Midi-Pyrénées. Là encore, pas de fusion en vue mais leurs dirigeants mettent en avant la collaboration interpôles déjà engagée : "Les 7 pôles santé français se rencontrent et des colabellisation entre pôles ont déjà vu le jour au cours des dernières années", explique ainsi Émilie Royère, directrice générale d'Eurobiomed (Lire également notre article Grande région : les pôles Cancer Bio Santé et Eurobiomed pourraient fusionner).

"Bien avant la réforme territoriale, nous avions déjà 11 conventions signées avec d'autres pôles de compétitivité, comme par exemple Pégase à Marseille (pôle aéronautique) mais aussi avec des agences de développement", pointait Antoine Jouin, le vice-président d'Aerospace Valley dans une interview accordée à La Tribune Toulouse en octobre dernier.

Autre exemple de cette collaboration déjà amorcée, en mars 2015, le président d'Agri Sud-Ouest Innovation Daniel Segonds annonçait sa volonté de créer un club entre les pôles de compétitivité autour de l'agroalimentaire connecté. La collaboration entre structures est donc une piste envisagée pour rester compétitifs en matière d'innovation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.