LRMP : le grand chamboule-tout des pôles d'innovation

 |   |  925  mots
Digital Place veut travailler en complémentarité avec son voisin languedocien French South Digital.
Digital Place veut travailler "en complémentarité" avec son voisin languedocien French South Digital. (Crédits : Rémi Benoit)
La nouvelle région LRMP compte désormais deux agences de développement économique, 15 pôles de compétitivité et des dizaines de clusters. Fusion, mutualisation ou extension de leur territoire... Comment vont s'organiser ces structures sur un territoire de 13 départements ? Tour d'horizon des avancées dans les pôles et clusters du numérique, de la santé ou de l'industrie.

"Le monde économique a été beaucoup moins craintif que le monde politique dans cette union (la fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées NDLR). Il a de suite vu qu'il s'agissait d'une opportunité à saisir et il est déjà en marche sur la mutualisation et la cohérence", fait remarquer la présidente de Région Carole Delga dans une interview accordée à La Tribune Toulouse à l'occasion de son passage au salon Midinnov le 28 janvier. En effet, plusieurs structures d'accompagnement des entreprises ont anticipé la fusion, et plusieurs stratégies existent.

Vers une mutualisation et une spécialisation des agences régionales

La nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est officiellement née le 1er janvier dernier. Au-delà des conséquences politiques, la fusion impacte directement toutes les structures de soutien à l'innovation : clusters, pôles de compétitivité, agences régionales. Concernant les agences de développement économique financées par le Conseil régional (Madeeli pour l'ex-région Midi-Pyrénées et Invest Sud de France pour Languedoc-Roussillon), Carole Delga précise que...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :