Pauvreté : l'écart se creuse entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Alors que Midi-Pyrénées est la 6e région française en termes de niveau de vie, nos voisins du Languedoc-Roussillon sont avant-derniers du classement, juste devant le Nord-Pas-de-Calais. Selon une étude de l'Insee dévoilée ce mardi 2 juin, un Languedocien sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. L'institut note "de forts contrastes de pauvreté au sein de la future région". Les territoires ruraux sont également plus pauvres.

2 mn

(Crédits : Insee)

C'est le plus faible revenu médian de toutes les autres régions métropolitaines à l'exception du Nord-Pas-de-Calais. Les habitants de Languedoc-Roussillon disposent d'un niveau de vie médian de 1 500 euros par mois, selon une étude publiée par l'Insee ce mardi 2 juin.

De grandes disparités entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Mais cette étude montre surtout de fortes disparités entre les deux régions qui s'apprêtent à fusionner. En Languedoc-Roussillon, 20 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, contre seulement 14 % en Midi-Pyrénées. Cette pauvreté est plus prégnante en centre-ville. Ainsi, le taux de pauvreté atteint 32,3 % à Béziers (la ville est la 4e aire urbaine la plus pauvre de France), 29,8 % à Perpignan, 25 % à Montpellier mais seulement 18 % à Toulouse.

"Toulouse, qui étend son influence sur une vaste zone, permet à un territoire très étendu d'être relativement protégé des phénomènes de précarité. C'est beaucoup moins le cas pour l'aire d'influence de Montpellier", relève l'Insee.

Jusqu'à 24 % de pauvreté dans les communes isolées

L'Insee relève aussi que "sur l'ensemble de la nouvelle région, la pauvreté touche fortement les zones rurales les plus éloignées des grands centres d'emploi". En effet, en Midi-Pyrénées, la pauvreté est très forte dans les communes isolées, en dehors de l'influence des villes : elle y touche près de 19 % de la population, soit 2 points de plus qu'en moyenne en métropole. Dans l'ouest de l'Ariège, ce taux est même supérieur à 24 %. En Languedoc-Roussillon, là aussi, le taux de pauvreté atteint 24 % dans les communes isolées. Dans les deux régions, cette situation peut s'expliquer par la forte présence d'agriculteurs et de retraités dont les revenus sont plus faibles que la moyenne.

Un des enjeux de la fusion des deux régions sera d'équilibrer les richesses entre les différents territoires. Plusieurs acteurs politiques ont d'ailleurs dénoncé la focalisation du débat sur les métropoles Toulouse et Montpellier au détriment des territoires ruraux.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 04/06/2015 à 19:38
Signaler
"Dans l'ouest de l'Ariège, ce taux est même supérieur à 24 %. " Cela n'est pas agréable à lire, mais cela ne se voit pas quand on fréquente les marchés quoique en ouvrant les yeux......... A-t-on changé les méthodes de calcul depuis l'ère aurignaci...

à écrit le 04/06/2015 à 0:28
Signaler
Aaaah la belle Montpellier, on en parle tout le temps à la télé, cette ville méditerranéenne dynamique, la "surdouée", sa place de la comédie, son tram, ses étudiants, ses équipements clinquants à coups de millions (hotel de région, mairie, arena, pi...

à écrit le 03/06/2015 à 23:06
Signaler
C'est normal, en Languedoc Roussillon, il y a tous ceux qui voyagent et ceux qui passent leur temps a prier.

à écrit le 03/06/2015 à 17:31
Signaler
Très étrange qu'on ne trouve pas Nîmes dans ce tableau: la 3ème ville de la grande région a -t-elle été oubliée?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.