Les prévisions économiques pour 2021 des dirigeants d'Occitanie

 |  | 882 mots
Lecture 5 min.
Toulouse et l'Occitanie, très touchées par la crise économique et sanitaire, devraient retrouver progressivement le chemin de la reprise en 2021.
Toulouse et l'Occitanie, très touchées par la crise économique et sanitaire, devraient retrouver progressivement le chemin de la reprise en 2021. (Crédits : Rémi Benoit)
La Banque de France vient de dévoiler une étude sur les prévisions économiques 2021 en Occitanie. Basée sur le retour des dirigeants, celle-ci démontre bien une reprise économique en 2021 après un exercice 2020 chaotique. Néanmoins, d'autres observations interpellent sur l'emploi et l'investissement notamment, à l'issue de cette consultation auprès de 2.200 entreprises régionales. Analyse.

"Notre économie a connu un choc majeur en 2020, en raison de la crise sanitaire, et celui-ci a été plus durement ressenti dans notre région Occitanie", rappelle Stéphane Latouche, le directeur régional de la Banque de France, sans "vouloir tourner autour du pot" face à ce constat intégré par tous. Désormais, place à 2021 ! Sera-t-elle l'année de la vigilance ? De la paralysie de ses acteurs économiques ? De la relance ou encore de l'investissement ?

Lire aussi : Épargne post-Covid : du crowdfunding citoyen pour relocaliser l'industrie en Occitanie

Pour tenter de dresser les perspectives sur les mois à venir, l'antenne régionale de l'établissement financier a interrogé, entre la mi-décembre et la mi-janvier, pas moins de 2.200 entreprises, employant 212.000 personnes, pour un chiffre d'affaires de 42 milliards d'euros. Étant donné qu'une récente étude de la Banque de France a bel et bien démontré que l'aéronautique tire vers le bas l'économie régionale en ces temps troublés, la tenue de ce secteur est donc un marqueur important pour déterminer les perpectives de l'année...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :