Économie : une année 2019 meilleure que prévue pour l'Occitanie ?

 |   |  649  mots
L'aéronautique devrait finalement connaître une année 2019 satisfaisante sur le plan économique.
L'aéronautique devrait finalement connaître une année 2019 satisfaisante sur le plan économique. (Crédits : Reuters)
Malgré les incertitudes au niveau international, l'activité économique de la région Occitanie devrait connaître une année 2019 satisfaisante. Après une enquête auprès de 1 500 entreprises, la Banque de France revoit ses prévisions de croissance annuelle à la hausse. L'aéronautique et la construction notamment se reprennent, mais une légère menace plane au niveau de l'emploi.

Selon un sondage du Medef Haute-Garonne, les chefs d'entreprises toulousains se montraient optimistes pour cette fin d'année 2019 et ils avaient raison. D'après la branche Occitanie de la Banque de France, qui a interrogé 1 500 dirigeants représentants un effectif de 170 000 salariés, les prévisions de croissance pour l'année 2019 ont tous été revus à la hausse à mi-année. Et ce malgré un contexte international fort incertain.

"Entre le conflit commercial États-Unis-Chine, le Brexit, les problèmes politiques de l'Italie qui impactent sa croissance et le ralentissement économique de l'Allemagne, qui sont tous des partenaires de la France, l'environnement international connaît une montée des incertitudes. Malgré cela, l'activité économique de la France et de la région Occitanie sont plutôt stables", révèle Stéphane Latouche, le directeur de la Banque de France Occitanie.

conjoncture éco Occitanie

D'après la Banque de France, tous les secteurs revoient leurs prévisions pour l'année 2019 à la hausse.

La construction s'envole, l'aéronautique reprend confiance

Néanmoins, ce document cache de fortes disparités entre les différents secteurs d'activité, avec pour premier exemple l'industrie. Si le secteur tablait au début sur une croissance de son chiffre d'affaires de +1,6% en 2019, celle-ci attendrait finalement +2,6%. Mais toutes les activités industrielles ne sont pas logées à la même enseigne. Si dans l'industrie agroalimentaire, les prévisions stagnent (+3,0% contre +2,9% initialement prévu), l'activité autour de la fabrication d'équipements électriques et électroniques est revue légèrement à la baisse (+5,0% contre +5,4%). Finalement, la hausse générale est supportée par l'industrie aéronautique qui, fortement tourmentée en début d'année par le Brexit, a retrouvé des couleurs ces derniers mois. Après avoir misé sur une croissance de seulement +0,2% de son activité en 2019, elle augmenterait finalement de +2,6%.

Lire aussi : La filière aéronautique bien préparée au Brexit ?

conjoncture éco Occitanie

Pour ce qui est du secteur du service, quasiment rien ne change, même si la croissance d'activité est revue sensiblement à la hausse (+5,9% contre +5,6%). Ainsi, cette branche "poursuit son rythme soutenu des dernières années", comme le rappelle Stéphane Latouche et devrait continuer à être le secteur qui crée le plus d'emplois à l'avenir.

conjoncture éco Occitanie

Mais la plus grande surprise de cette enquête menée par la Banque de France, en Occitanie, concerne le secteur de la construction. Ce dernier double quasiment ses prévisions de croissance pour l'année 2019 en milieu d'année, par rapport à celles annoncées en fin d'année précédente (+7,6% contre +4,1%). Pourtant, en début d'année, la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) s'inquiétait de la baisse des commandes en raison de la proximité des élections municipales en mars 2020.

conjoncture éco Occitanie

Lire aussi : Immobilier : le marché du neuf à Toulouse inquiète

Un ralentissement des embauches dans la région ?

Même si "la conjoncture en Occitanie sera soutenue en 2019 et au-dessus de la croissance nationale", comme le précise le dirigeant régional de la Banque de France, quelques nuages assombrissent l'horizon. Tout d'abord, au niveau de l'emploi. Dans son enquête annuelle, le Pole Emploi d'Occitanie annonçait pas moins de 256 000 prévisions d'embauche pour l'année en cours, ce qui représentait alors une hausse de +10% par rapport à l'année 2018. Mais...

"Dans le secteur industriel, malgré la conjoncture favorable, seulement 21% des entreprises sondées annoncent embaucher à mi-année, en 2019, contre les 39% initiales de janvier. Même constat dans les services où le taux d'entreprises qui recrutent cette année passe de 44% à seulement 26%. Pour ce qui est de la construction, la baisse est moins flagrante car, hors intérim, le nombre d'entreprises qui recrutent passe de 30% à 24%", s'inquiète Stéphane Latouche.

Parallèlement, les entreprises qui prévoyaient d'augmenter leurs investissements industriels sont également moins nombreuses : 34% en début d'année contre 26% désormais. Mais celles qui tablaient sur une baisse le sont aussi : 14% contre 33% quelques mois plutôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :