Bilan mitigé pour la saison touristique hivernale en Occitanie

 |   |  532  mots
La saison touristique hivernale d'Occitanie est portée le milieu urbain, qui représente une nuitée sur deux.
La saison touristique hivernale d'Occitanie est portée le milieu urbain, qui représente une nuitée sur deux.
L'Insee vient de dévoiler une étude bilan sur la saison touristique hivernale dans la région Occitanie. Malgré une baisse de fréquentation dans les stations de ski, les secteurs urbain et littoral tirent leur épingle du jeu. Décryptage.

Le grand perdant de la saison hivernale touristique dans la région Occitanie est le grand massif pyrénéen. Si l'on en croit l'étude publiée vendredi 30 août par l'Insee, il a été enregistré un recul des nuitées entre novembre 2018 et mars 2019 de -10,01 % par rapport à la saison précédente. À titre de comparaison, la dynamique était totalement contraire l'an passé avec une croissance de + 16% par rapport à l'hiver 2017.

"Le début de l'hiver a été marqué par un fort déficit d'enneigement. Les bonnes conditions climatiques lors des vacances d'hiver (neige et soleil) n'ont pas suffit pour inverser la tendance", explique l'organisme.

Conséquence, les stations de ski enregistrent sur la période un repli des nuitées important, évalué à -12,2%, alors qu'elles représentent trois nuitées sur quatre dans le massif. De plus, ce recul concerne aussi bien la clientèle résidant en France (-11,7%) que celle de l'étranger (-18%).

Malgré les Gilets Jaunes, l'urbain se porte bien

Parallèlement à ce recul enregistré dans le massif pyrénéen, la saison touristique hivernale dans l'espace urbain d'Occitanie est en légère amélioration. Selon l'Insee, la fréquentation entre novembre 2018 et mars 2019 a augmenté de +1,6 % par rapport à l'hiver 2018.

"La hausse est portée principalement par la métropole toulousaine, où les nuitées progressent nettement  : +6,7%. Elle est en revanche plus modérée dans la métropole montpelliéraine (+0,9%), tandis que les nuitées diminuent dans les autres espaces urbains de la région (-2,6%)", commente l'organisme.

Néanmoins, l'Insee met en avant une ombre à ce bilan touristique en ce qui concerne les métropole du territoire. Si sur l'ensemble de la saison, la fréquentation est stable dans les hôtels (+0,1%), elle a augmenté de +5,7% dans les autres hébergements touristiques de l'espace régional urbain. Pour expliquer cette différence, l'Insee estime que le mouvement social des Gilets Jaunes a impacté la fréquentation hôtelière et "particulièrement celle de la clientèle professionnelle : les nuitées d'affaires, qui représentent 70 % des nuitées hôtelières de l'espace urbain, diminuent sur l'ensemble de la saison (-2,7%)".

graphique tourisme insee

Lourdes et le littoral sont au vert

Enfin, il est important de souligner le développement croissant de l'activité touristique à Lourdes, bénéficiant du fait d'être un site religieux de premier plan. Après avoir connu une hausse de +3% l'hiver dernier par rapport à 2017, cette fois-ci le territoire enregistre une hausse de +11,9% de sa fréquentation entre novembre et mars.

Une bonne "santé" touristique également observée sur le littoral. D'après l'Insee, cette partie du territoire qui enregistre 11% des nuitées touristiques de la région a connu une petite hausse de fréquentation de +1,6% sur l'hiver 2019. "En février, mois de vacances scolaires, les nuitées augmentent de 14,8%", est-il précisé.

Au final, la région Occitanie et ses 3,3 millions de touristes en hiver ont permis de réaliser 7,1 millions de nuitées sur la période. Cependant, la fréquentation globale a diminué de -0,9%. Une baisse moins importante que celle enregistrée au niveau national (-1,2%).

Lire aussi : Gilets Jaunes : à Toulouse, la facture "commerciale" s'annonce salée

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :