L'étude qui démontre le désastre à venir pour l'économie d'Occitanie

 |   |  965  mots
La célèbre rue commerçante de Toulouse, la rue Saint-Rome, est totalement vide depuis la mi-mars.
La célèbre rue commerçante de Toulouse, la rue Saint-Rome, est totalement vide depuis la mi-mars. (Crédits : Rémi Benoit)
Sans surprise, la pandémie de Covid-19 et le confinement qui va avec sont désastreux pour l'économie de Haute-Garonne, et plus largement de l'Occitanie. C'est en tout cas l'enseignement à tirer d'une étude menée conjointement par la CCI de Toulouse et la Banque de France d'Occitanie. Néanmoins, cette enquête qui a rassemblé près de 2 000 dirigeants révèle que la crise économique pourrait prendre une ampleur encore plus importante au second trimestre 2020. Ainsi, 54% des chefs d'entreprises sont inquiets pour l'avenir de leur société. Les précisions.

L'agroalimentaire qui est le premier employeur de la région Occitanie, avec 164 000 emplois selon l'Insee (pour 83 000 exploitations agricoles et 7 200 entreprises dans l'agroalimentaire), tire son épingle du jeu dans cette crise sanitaire de Covid-19, qui devient une crise économique majeure. Mais c'est loin d'être suffisant pour soutenir l'activité de tout un territoire plus grand qu'une dizaine de pays de l'Union européenne. Cette crise est "un phénomène immédiat d'une ampleur extraordinaire", pour Philippe Robardey, le président de la CCI de Toulouse. "Un choc extrêmement sévère, bien plus violent que celui de 2008", selon Stéphane Latouche, le directeur de la Banque de France en Occitanie. Les mots ne manquent pas pour définir cette déflagration économique qui a pris toute son ampleur à partir de l'instauration du confinement, mais le constat est le même partout en France.

"D'après notre étude, il y a une perte d'activité en France d'environ 32%, c'est-à-dire que notre économie tourne à deux tiers de son potentiel depuis le début du confinement. C'est pareil pour l'Occitanie. Par conséquent, nous estimons à 6% le repli du PIB sur le premier trimestre 2020 par rapport au dernier trimestre de 2019. La France est clairement en récession et l'Occitanie n'échappe pas à cette contraction de l'activité. De plus, elle a sur ses épaules le poids de deux filières les plus touchées, à savoir le tourisme et l'industrie aéronautique", dresse comme constat alarmant Stéphane Latouche.

La fin d'une dynamique très positive

Pour argumenter leurs propos, les deux institutions ont mené conjointement, comme chaque année, leur étude de conjoncture économique pour la région Occitanie avec un zoom sur la Haute-Garonne, afin d'établir la tendance 2020, à laquelle ont répondu près  de 2 000 dirigeants. Si la Banque de France dévoilera dans quelques jours la récession de l'activité au niveau de l'Occitanie, elle est déjà évaluée pour le département toulousain. Ainsi, 73 % des répondants de Haute-Garonne ont vu leur chiffre d'affaires baisser, avec une baisse moyenne de 58%, ce qui confirme les résultats d'un premier sondage mené par la CCI de Toulouse au début de la crise. Pire, en prévision du second trimestre 2020, 88% des sondés s'attendent à une baisse de leur chiffre d'affaires.

Impact covid-19

Graphique extrait de l'étude de conjoncture menée conjointement par la CCI de Toulouse et la Banque de France Occitanie.

impact covid 19

Ce sont les TPE et PME qui seront le plus durement touchées par cette crise, d'après l'étude.

Le choc est d'autant plus violent qu'il est frustrant pour l'Occitanie. Sur ces cinq dernières années, l'économie de cette région est en constante croissance, bien loin devant la grande majorité des autres territoires régionaux. Preuve de cette dynamique, la région qui a pour capitale Toulouse est la seule région française à disposer d'une balance commerciale excédentaire, grâce notamment à l'industrie aéronautique. Mais ça c'était avant la crise.

"Avec une croissance de l'activité de +4,2% en 2019, contre +2,4% en 2018, les performances de Haute-Garonne et de la région ont dépassé les attentes. Et tous les acteurs ont été contributifs à ce phénomène, avec des créations d'emplois à la clé. Malgré un tassement attendu de l'activité en 2020, 84 % de nos entreprises ont attaqué cette nouvelle année avec une situation financière saine", se remémore Philippe Robardey.

Lire aussi : Ralentissement économique pour l'Occitanie en 2020 ?

Trésorerie dégradée, moins de marge, réduction des effectifs

Trois mois plus tard, la situation financière des entreprises est bien évidemment tout autre. D'après l'étude Banque de France-CCI Toulouse, 46 % des entreprises sondées ont connu des difficultés de trésorerie sur les trois premiers mois de l'année 2020. Mais ce chiffre pourrait monter à 72%, au second trimestre, selon les prévisions. Pour ne rien arranger, un resserrement des marges important est observé en Haute-Garonne.

impact covid 19

Seulement une minorité d'entreprises du département voient leurs marges progresser dans ce contexte économique dégradé.

"Cette concession des marges, qui touche 44% des entreprises, concerne aussi bien les TPE, les PME et les grands groupes. Par contre, au niveau de l'activité, ce sont l'industrie et les services qui doivent principalement y faire face", commente le numéro un de la Chambre de commerce et d'industrie de la Ville rose.

Par effet domino, en plus d'annuler ou reporter leurs projets d'investissements, les chefs d'entreprises prévoient une réduction de leurs effectifs pour 31 % d'entre-eux, toujours selon cette étude dévoilée mercredi 8 avril. "Nous sommes autour de 10% habituellement", souligne Philippe Robardey.

L'inquiétude règne malgré les dispositifs de soutien

Sans surprise, le moral des dirigeants, après s'être grandement améliorée ces dernières années sur le territoire, se dégrade nettement. Ainsi, 37% se déclarent pessimistes pour l'avenir de leur entreprise, auxquels il faut ajouter les 16,5% de répondants qui sont "très pessimistes". En résumé, il y a plus d'un dirigeant sur deux à l'échelle de la Haute-Garonne qui exprime de l'inquiétude. Un chiffre divisé par cinq en temps normal.

Lire aussi : Conjoncture : l'optimisme règne chez les dirigeants toulousains pour 2019

impact covid-19

Un tiers des dirigeants se déclare "neutre" quant à l'avenir de sa société dans l'étude CCI-Banque de France.

Naturellement, 51% du panel de participants à cette enquête déclarent au 8 avril "avoir engagé des procédures afin de bénéficier des mesures d'accompagnement des pouvoirs publics et/ou des collectivités territoriales" (ce sont des entreprises de 1 à 49 salariés dans 58% des cas). Une statistique qui devrait rapidement gonfler car parallèlement, 63% des dirigeants annoncent qu'ils feront appel au processus de chômage partiel au cours du second trimestre 2020.

Lire aussi : Covid-19 : la Région Occitanie dévoile un plan d'urgence de 250M€

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :