Des fraudes en hausse à la Caf mais...

 |   |  415  mots
La Caf de Haute-Garonne près de 1,7 milliard d'euros en 2018.
La Caf de Haute-Garonne près de 1,7 milliard d'euros en 2018. (Crédits : AFP)
À en croire le bilan annuel de la Caisse d'Allocations familiales (Caf) de la Haute-Garonne, le nombre de fraudes est en hausse sur l'année 2018. Néanmoins, cette tendance est à mettre au profit des nouveaux moyens de détection dont bénéficie l'organisme. Décryptage d'un phénomène très marginal qui représente 0,3 % des allocataires.

Plus de 1,68 milliard d'euros. Voilà ce qu'a versé la Caisse d'Allocations Familiales de la Haute-Garonne à ses allocataires sur l'année 2018. Ils sont ainsi 313 742 foyers allocataires, pour 703 168 ayants droit. La somme présentée est calculée puis versée à partir des données transmises par les usagers à l'occasion d'une demande d'allocation. Ce qui laisse toujours une erreur possible, tolérée par la loi Essoc, ou alors cela ouvre la porte à des cas de fraude.

"Pour éviter les erreurs, tout changement de situation professionnelle comme personnelle doit être communiqué auprès de la Caf au plus tôt. Par ailleurs, nous contrôlons un allocataire sur deux chaque année", fait savoir Jean-Charles Piteau, le directeur de la Caf 31.

Ainsi, il a été effectué dans le département sur l'année 2018 pas moins de 661 675 contrôles automatisés (échanges de données entre diverses administrations), 81 641 contrôles sur pièces (demande de documents à l'allocataire) et 4 466 contrôles sur place. "Dans le cas des contrôles sur place, on ne prévient pas l'allocataire concerné quand nous avons une forte suspicion de fraude le concernant", ajoute Christine Viero, responsable de la lutte contre la fraude au sein de l'organisation.

De nouvelles méthodes de lutte contre la fraude en préparation

Grâce à ces opérations, il a été détecté l'an dernier 875 fraudes pour un moment total de 5,4 millions d'euros, ce qui représente un montant moyen de 6 276 euros par dossier. Un chiffre en progression de 13 % par rapport à l'année 2017. Mais la direction refuse de voir une augmentation du nombre de fraudes, étant donné que cela représente seulement 0,3% de ses allocataires, mais parle plutôt d'une amélioration de ses moyens de détection.

"Par rapport à 2012, le nombre de cas de fraudes détectées à été multiplié par trois. Cette progression est essentiellement due aux progrès des moyens de détection de la Caf. Néanmoins, cette progression va ralentir prochainement car nous travaillons avec des outils de contrôle datant de 3 ans. Alors, nous travaillons déjà à l'élaboration de nouveaux outils de détection pour s'adapter aux nouvelles pratiques des fraudeurs", explique Gérard Merlin, directeur adjoint en charge des politiques familiale et sociale.

À cela, il faut ajouter les 18 millions d'euros d'indus détectés (sommes touchées alors que l'allocataire n'aurait pas dû), mais aussi 1,8 millions d'euros de rappels (allocations supplémentaires reçues après contrôle).

Lire aussi : Haute-Garonne : la Caf déplore 5,2 millions d'euros de fraudes en 2017

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2019 à 6:21 :
Déjà qu'on m'explique pourquoi un étudant étranger, dont les parents n'ont jamais cotisé le moindre centime en France, touche des APL et autres aides au logement..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :