Le tableau de Caravage vendu avant sa mise aux enchères à Toulouse

 |   |  451  mots
Le tableau Judith et Holopherne va quitter la Ville rose et le sol français pour retrouver son nouveau propriétaire.
Le tableau "Judith et Holopherne" va quitter la Ville rose et le sol français pour retrouver son nouveau propriétaire. (Crédits : Rémi Benoit)
Alors qu'il devait être vendu aux enchères à Toulouse jeudi 27 juin, le tableau de Caravage a finalement été vendu "de gré à gré à un acheteur étranger". Le montant de la transaction n'a pas filtré, mais le tableau sera de nouveau visible par le public dans un "grand musée".

Cela devait être l'événement culturel de l'année pour la ville de Toulouse et même au niveau national. Pas moins de 2 000 personnes étaient attendues en fin d'après-midi à la Halle aux Grains de Toulouse, jeudi 27 juin. Elles devaient assister à la vente aux enchères du tableau "Judith et Holopherne", attribué au célèbre peintre italien Caravage dont on ne connaît à l'heure actuelle que 65 œuvres. "Jusqu'à ce mardi soir (25 juin, ndlr) une équipe de 20 personnes était en train de monter le décor", pour cet événement d'après l'agence de communication en charge du dossier. Seulement, voilà...

"Le tableau de Caravage (1571-1610), Judith et Holopherne, peint vers 1607, que le commissaire-priseur Marc Labarbe a retrouvé il y a cinq ans dans un grenier à Toulouse et qui devait être présenté aux enchères le 27 juin prochain à la Halle aux Grains, en collaboration avec le Cabinet Turquin, a été vendu de gré à gré à un acheteur étranger", a-t-on appris par communiqué de presse en fin de journée, mardi 25 juin.

Pour quel montant ? C'est un mystère. "Cet accord est couvert par un engagement de confidentialité pour ce qui concerne le prix et l'identité de l'acheteur", précise le communiqué. Néanmoins, une estimation est possible. Le tableau devait être mis à prix  à 30 millions d'euros, et il était espéré une offre entre 100 et 150 millions d'euros.

Lire aussi : Qui sera l'heureux propriétaire du Caravage mis en vente à Toulouse ?

Bientôt dans un musée à l'étranger

Quel est le profil de l'acheteur qui a pu s'offrir un tel tableau, alors que l'État français n'a pas jugé bon de l'acquérir, sans doute en raison des incertitudes autour de l'authenticité de l'œuvre ?

"Nous avons reçu une offre qu'il était impossible de ne pas transmettre aux propriétaires du tableau. Le fait que cette offre provienne d'un collectionneur proche d'un grand musée a convaincu les vendeurs de l'accepter", explique Eric Turquin, l'expert en tableaux qui a reconnu l'authenticité de la peinture.

La zone géographique du musée en question n'a pas filtré, la seule certitude est que le tableau va quitter le sol français. Cependant, il y a quelques jours, Marc Labarbe avait fait savoir que sa trouvaille pouvait intéresser des musées américains, chinois ou même du Moyen-Orient.

"Il sera prochainement exposé dans un grand musée. Après avoir été oublié pendant 150 ans dans un grenier, Judith et Holopherne sera ainsi mis en lumière aux yeux de tous, un argument qui a convaincu les propriétaires de préférer cette offre", conclut ainsi le communiqué publié deux jours avant la vente aux enchères initialement prévue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :