RN 22 : fin du naufrage économique pour le Pas de la Case

 |   |  599  mots
3,5 millions de visiteurs français qui se rendent annuellement en Andorre.
3,5 millions de visiteurs français qui se rendent annuellement en Andorre. (Crédits : ©Cevenol2 licensed CC-BY-SA FR)
Après la fermeture fin avril de la RN 22, reliant la France à l'Andorre, le Pas de la Case subissait des conséquences économiques importantes. Plus d'une boutique sur trois a ainsi baissé le rideau faute de clients malgré des mesures prises par le gouvernement de l'Andorre. La route sera rouverte le 17 mai prochain vient d'annoncer le préfet d'Occitanie mais à une vitesse réduite.

"Nous allons pouvoir rouvrir la route nationale 22 vendredi 17 mai, dans l'après-midi, dans les deux sens de circulation", a annoncé le 13 mai le préfet d'Occitanie, Étienne Guyot, à l'issue d'une réunion de travail avec le chef de gouvernement de l'Andorre. Fermée à la circulation depuis le 27 avril en raison d'un glissement de terrain, l'unique voie de circulation entre la France et l'Andorre a fait l'objet d'importants travaux pour assurer sa réouverture en seulement trois semaines.

"Nous pensions dégager environ 10 000 m3 de roches au départ mais au final nous allons dégager pas moins de 20 000 m3 de matière pour redonner une pente d'équilibre au talus, soit l'équivalent de 1 000 camions. Un nouveau dispositif de sécurité pour éviter des chutes de pierre va également être mis en place", précise Hubert Ferry-Wilczek le numéro un de la Direction interdépartementale des routes du Sud-Ouest.

Néanmoins, un retour à la normale n'est pas prévu avant le début de l'hiver prochain. La chaussée étant dans un état provisoire en attendant la fin des travaux, avec une largeur moins importante (seulement six mètres sur la portion d'intervention de 150 mètres), la vitesse de circulation sera limitée à 30 km/h jusqu'à nouvel ordre.

Des boutiques fermées

Malgré ces contraintes provisoires et qui vont sans aucun doute provoquer des embouteillages importants pour les Français se rendant en Andorre, cette annonce sonne comme un ouf de soulagement pour les commerçants du Pas de la Case. Depuis la fermeture de la route fin avril, les boutiques habituellement bondées pour leurs cartouches de cigarettes et bouteilles d'alcool bien moins chères qu'en France sont vides.

"Selon nos informations, un peu plus de 30 % des 420 magasins sont actuellement fermés faute de clients. Alors, nous avons lancé sur notre territoire une campagne de consommation où les clients gagnaient des prix en fonction du montant de leurs achats. Ce dispositif a permis de relancer légèrement l'activité le week-end passé", fait savoir Gilbert Saboya-Sunye, ministre d'Andorre en charge de l'Économie, la Compétitivité et l'Innovation.

Néanmoins, ni l'association des commerçants du Pas de la Case ou le gouvernement de l'Andorre n'est parvenu à chiffrer la perte en chiffre d'affaires pour les magasins. Pour autant, ces deux acteurs savent que le mois de mai, grâce notamment à ces nombreux jours fériés côté français, est important en terme de flux pour le hub commercial.

"Le mois de mai est la période la plus importante après les mois de juillet et d'août. Sur les 3,5 millions de visiteurs français qui se rendent annuellement en Andorre, mai représente près de 9 % de ce trafic", ajoute Antoni Marti, le chef du gouvernement de la principauté au taux de chômage de 1,8 % (en 2017).

Une campagne de communication importante

Alors pour "tenter de minorer l'impact sur le chiffre d'affaires des commerces andorrans" comme le souhaite le dirigeant, son gouvernement a fait savoir que les cotisations entrepreneuriales sur la durée des travaux seraient remboursées aux commerçants, sans oublier la gratuité des transports publics entre Andorre-la-Vieille et le Pas de la Case.

 "Pour relancer l'activité, nous avons prévu d'accompagner la réouverture de la route nationale 22 d'une campagne de communication en interne, mais également dans les médias français", annonce Gilbert Saboya-Sunye,

Néanmoins, il n'est pas sûr que toutes ces mesures suffisent à compenser les pertes accumulées par les commerçants durant ces trois semaines.

Lire aussi : L'Andorre en discussion avec la France pour ses énergies renouvelables

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :