L'économiste atterrée Mireille Bruyère prône des droits communs du travail

 |   |  980  mots
Mireille Bruyère a participé à l'ouvrage des Économistes atterrés Changer d'avenir.
Mireille Bruyère a participé à l'ouvrage des Économistes atterrés "Changer d'avenir". (Crédits : DR)
Membre du collectif des Économistes atterrés et maître de conférences à l'Université Toulouse-2, Mireille Bruyère a coordonné la publication de l'ouvrage "Changer d'avenir" qui propose notamment des pistes de réflexion pour améliorer le monde du travail. Interview.

Pourquoi, selon vous, faut-il aller vers la création de droits communs du travail ?

Le salariat, qui est la forme juridique la plus répandue dans le monde du travail, donne accès à des droits sociaux (allocations chômage, compensation en cas de maladie, congés payés, retraite, NDLR). Or, avec les évolutions socio-économiques et la démographie, il y a de moins en moins de contrats de travail en tant que salarié en CDI et donc beaucoup de personnes ne bénéficient plus de ces droits (par exemple parce qu'elles travaillent sous le statut d'auto-entrepreneur).

Pour faire face à cette précarité, les socio-libéraux et les libéraux proposent de réduire les protections sociales en flexibilisant le travail. Jean Tirole prône par exemple un CDI pour tout le monde avec des droits progressifs au fil de la carrière mais cela signifie une perte d'acquis sociaux pour ceux qui sont déjà en CDI. Nous sommes opposés à cette conception qui revient à réduire les protections sociales en universalisant le droit du travail.

Nous pensons plutôt qu'il faut créer un minimum de revenus garanti au-dessus des minima sociaux actuels permettant de vivre de manière décente. Certaines activités non salariées...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :