Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, 3e région de France pour l'ESS

 |   |  468  mots
Entre 11,4 et 12,5 %. C'est la part, sur le nombre total d'emplois, que représente l'économie sociale et solidaire en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.
Entre 11,4 et 12,5 %. C'est la part, sur le nombre total d'emplois, que représente l'économie sociale et solidaire en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. (Crédits : Bpifrance)
La nouvelle région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées est la troisième de France en ce qui concerne le nombre d'établissements liés à l'économie sociale et solidaire. C'est ce que révèle une étude du Conseil national des chambres régionales de l'économie sociale et solidaire (CNRES). Par ailleurs, la région arrive en quatrième position concernant le nombre total d'emplois liés à l'ESS, soit 211 772.

Entre 11,4 et 12,5, c'est la part, sur le nombre total d'emplois, que représente l'économie sociale et solidaire en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. L'étude a été publiée par le CNCRES (Conseil national des chambres régionales de l'économie sociale et solidaire) à l'occasion du Mois de l'économie sociale et solidaire. Pour la première fois, elle prend en compte le projet de réforme territoriale en appliquant les données collectées aux futures grandes régions.

Ainsi, la grande région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées est la quatrième de France en nombre d'emplois liés à l'ESS. Avec 211 772 au total, elle talonne de près l'Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin (220 498), l'Auvergne-Rhône-Alpes (298 022) et enfin l'Île-de-France (393 026). D'après les données recueillies par le CNRES, la grande région gagne une place en ce qui concerne le nombre d'établissements de l'ESS. Elle en compte au total 22 848, soit entre 10,2 et 10,8 % sur l'ensemble des établissements de la grande région. Devant elle toujours, l'Auvergne-Rhône-Alpes (28 641) et l'Île-de-France (33 379).

L'ESS s'installe à la campagne

Deux communes de la grande région sont également citées parmi celles qui, proportionnellement, comptent le plus grand nombre d'employés dans l'ESS. À Saint-Mont dans le Gers, un petit village de 314 habitants, 308 personnes travaillent ainsi dans l'économie sociale et solidaire, soit 91 % des salariés de la commune. Un chiffre qui place le village au deuxième rang national et s'explique par la présence d'une cave coopérative produisant de l'armagnac et du vin AOC. Même constat pour le village de Monléon-Magnoac (455 habitants) situé dans les Hautes-Pyrénées, et qui arrive à la sixième place. 113 salariés y occupent un emploi lié à l'ESS, soit 83 % de l'emploi total sur la commune. Là encore, un tel chiffre est lié à la présence d'un établissement scolaire privé sur le territoire de la commune.

Si l'on exclut l'Île-de-France en raison de sa grande concentration de population, l'étude rappelle également que c'est dans les zones rurales que les métiers de l'ESS ont le vent en poupe. Récemment, la première zone d'agroactivité dédiée à l'économie circulaire s'est installée dans le Lauragais. En novembre 2014, la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire (Cress) dressait un panorama de cette forme d'économie en Midi-Pyrénées. La Haute-Garonne, avec la métropole toulousaine, arrivait ainsi à la septième position en France en ce qui concerne le nombre d'établissements.

Mais c'est surtout dans les autres départements de la région que l'ESS pèse le plus dans l'économie locale. L'Ariège arrive ainsi au 6e rang national en termes de poids de l'ESS parmi les établissements employeurs. Quant à l'Aveyron et au Tarn, ils sont classés 3e et 6e en termes de poids de l'ESS dans l'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :