Emmanuel Macron, les leçons de l'aéroport de Toulouse

 |   |  453  mots
Le ministre de l'Économie a été interrogé au sujet de l'aéroport Toulouse-Blagnac ce lundi à Figeac
Le ministre de l'Économie a été interrogé au sujet de l'aéroport Toulouse-Blagnac ce lundi à Figeac (Crédits : Rémi Benoit)
En déplacement à Figeac ce lundi 12 octobre, Emmanuel Macron a réagi à la polémique sur la privatisation de l'aéroport Toulouse-Blagnac et s'est exprimé sur les futures privatisations des aéroports de Nice et de Lyon. Il s'est engagé à ce que les cahiers des charges soient définis avec l'ensemble des collectivités publiques coactionnaires. Interview.

Mercredi 14 octobre, le Conseil d'État examine le recours des opposants à la privatisation d'Aéroport Toulouse-Blagnac. Quel est votre message à ces opposants ?
Il faut, à ce stade, rester extrêmement prudent et je ne peux pas me prononcer tant que le Conseil d'État n'a pas examiné la recevabilité de ce recours. Un cahier des charges avait été établi par les services de Bercy sur une décision de mon prédécesseur et j'ai participé à la finalisation du dossier au moment de la privatisation de la société de gestion de l'aéroport. Je sais qu'il y a une très grande sensibilité locale sur ce dossier et je la respecte. Ce que je veux simplement dire, c'est que nous avons choisi l'investisseur pertinent pour le développement de l'aéroport, celui qui avait le meilleur plan d'affaires et qui proposait la meilleure valeur pour la société de gestion (Casil Europe, NDLR).

L'État doit-il se désengager de l'avenir de sites structurants comme les aéroports ? L'actionnaire majoritaire peut-il prendre seul les décisions stratégiques ?
Je veux réagir aux nombreux commentaires erronés sur ce dossier. Les éléments clés concernant les ouvertures de lignes ainsi que la question des nuisances potentielles sont entre les mains de l'État avec des autorisations qui seront prises par la DGAC (direction générale de l'aviation civile, NDLR). L'actionnaire majoritaire n'est pas décisionnaire sur ce point. Le fonctionnement de l'aéroport est décidé dans le cadre d'un contrat de régulation économique qui reste entre les mains de l'État. Par ailleurs, il n'y aura pas de délocalisation de l'emploi.

Les actionnaires ont-ils été assez rigoureusement choisi ? La démission de Mike Poon n'entache-t-elle pas la privatisation ?
Chaque jour, des hommes et des femmes démissionnent des conseils de surveillance. Les actionnaires chinois ont été soumis à plusieurs contraintes établies avec mon collègue ministre des Finances Michel Sapin. Nous leur avons imposé l'obligation d'une société en France pour gérer l'aéroport. Celle-ci paiera ses impôts en France et la gouvernance qui relève des actionnaires chinois ne me regarde pas.

La polémique sur la privatisation de l'aéroport de Toulouse a t-elle une influence sur la rédaction du cahier des charges de la privatisation des aéroports de Nice et Lyon ? Des élus lyonnais ont demandé qu'une commission d'élus et d'acteurs économiques auditionne les candidats à la reprise. Allez-vous leur donner satisfaction ?
Pour Nice et Lyon, je me suis engagé à ce que le cahier des charges soit défini avec l'ensemble des collectivités publiques coactionnaires.

A lire aussi : Industrie du futur : Emmanuel Macron lance à Figeac un appel à projets de 100 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2015 à 21:27 :
Macron devez quittes le gouvernement ils est très médiocres c est duvant?
a écrit le 13/10/2015 à 17:17 :
Et Notre Dame des Landes dans tout cela,,,
M.Macron en sabotant les airports,vous ridiculisez la France.
Mais à votre niveau,seul compte la carrière,n'est-ce pas, le gueux restera un gueux.
a écrit le 13/10/2015 à 14:43 :
Avec Macron la grande récession de l économie française fait de grands progrès. L Etat organise lui même son appauvrissement laissant derrière lui toujours plus de chômages. Ces hommes formés à l économie neoliberale des années 1980 sont incapables de penser et de comprendre la crise actuelle. Ils assechent littéralement la France et l Europe
Merci Macron !
a écrit le 13/10/2015 à 11:01 :
Aéroport payé par nos taxes et privatisé quelques temps plus tard.

Lorsqu'ils ont bloqué l'autoroute à Toulouse pour la visite du Chinois à qui on a vendu l'aéroport de Blagnac, cela m'a fait tilter quand même.

Nationaliser les pertes et les coûts, et privatiser les bénéfices... Macron, le néo-libéral qui se dit de gauche ne trahit t il pas la France et les français?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :