Les coulisses du dispositif "Airbus Corporate Innovation"

 |   |  1205  mots
Benoit Marguet, responsable de l'innovation chez Airbus.
Benoit Marguet, responsable de l'innovation chez Airbus. (Crédits : Airbus)
Innovation manageur à Airbus, Benoit Marguet fait partie du petit cercle de 30 personnes réparties entre Toulouse et Hambourg et chargées de diffuser une culture d'innovation au sein de la multinationale (28 000 salariés rien qu'en France). Pas facile. Cet "évangélisateur" travaille dans l'équipe de Yann Barbaux, directeur de l'innovation, et sous l'autorité directe Fabrice Brégier, qui est à l'initiative de ce "Airbus Corporate Innovation". Alors, l'innovation chez Airbus, c'est quoi ? Entretien.

Quelle est votre définition de l'innovation ?

J'ai pour habitude de citer Lord Kelvin, physicien du 19e siècle qui affirmait à l'époque au sujet des avions : "ça ne volera pas". Or, le premier vol commercial d'un avion a lieu en 1914 sur une distance de 35 km, aux États-Unis. À bord, il y avait un pilote et un passager. Aujourd'hui l'aéronautique est un marché de 2 400 milliards de dollars et 13 milliards de passagers par an.

Pour moi c'est ça l'innovation : relever des challenges et faire ce qui est a priori "impossible".

 Qu'est-ce que Airbus fait d'autre qui était a priori "impossible" ?

La naissance d'Airbus en soi est une innovation. Dans les années 70, quelques ingénieurs se sont dit "on va vendre des avions aux États-Unis". C'était fou ! C'était ainsi qu'il y a plus de 40 ans naissait Airbus. Ce n'était pas il y a si longtemps que cela, et on voit à quel point l'aéronautique a évolué à une vitesse considérable. Aujourd'hui, la compétition est agressive, qu'elle soit conventionnelle ou pas.

Qu'entendez-vous par compétition "conventionnelle" ou "non-conventionnelle" ?

La compétition conventionnelle est exercée par nos concurrents. On sait comment ils fonctionnent, ce sont les Boeing, Embraer et autres Comac.

La compétition non conventionnelle se déroule dans la Silicon Valley, et si les projets présentés peuvent paraître hallucinants, il faut les prendre au sérieux. Par exemple, Elon Musk (président...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :