"Scopelec, en Occitanie, n'a pas respecté ses engagements contractuels" (Orange)

Élus locaux et syndicats se mobilisent face au risque social chez Scopelec, qui vient de perdre deux importants contrats de sous-traitance avec Orange. Selon des chiffres communiqués, 2.000 emplois directs sont menacés au sein de la Scop installée dans le Tarn en raison de la décision de l'opérateur français. Pointé du doigt face à cette situation, Orange a tenu à exposer, dans les colonnes de La Tribune, les raisons qui l'ont poussé à faire appel à de nouveaux partenaires et pointe notamment une mauvaise qualité de service ces dernières années de la part de Scopelec. Entretien avec Patricia Goriaux, directrice Orange Grand Sud-Ouest.

4 mn

Patricia Goriaux, la directrice Orange Grand Sud-Ouest, justifie le choix d'écarter Scopelec de certains contrats en sous-traitance en Occitanie.
Patricia Goriaux, la directrice Orange Grand Sud-Ouest, justifie le choix d'écarter Scopelec de certains contrats en sous-traitance en Occitanie. (Crédits : Orange)

La Tribune - Après plusieurs dizaines d'années de collaboration, Orange a fait le choix de ne plus faire appel à la scop Scopelec (installée à l'Abbaye-Ecole de Sorèze dans le Tarn), pour deux importants contrats pluriannuels, portant sur l'entretien et le développement des réseaux cuivre et fibre. Comment cette "mise à l'écart" s'est passée ?

Lire aussi 5 mnRupture entre Orange et Scopelec : près de 2.000 emplois menacés dans la plus grande SCOP de France

Patricia Goriaux - Il est important de continuer à faire de la pédagogie et être précis à ce sujet. Personne n'est pris par surprise. Le contrat actuel est entré en vigueur en 2015 et il prend fin au 31 mars 2022. Comme le veut la procédure, nous avons formalisé auprès de la dizaine de partenaires que nous avons au niveau national de la fin de ce contrat il y a 18 mois.

Nous avons rédigé un nouveau cahier des charges, avec toujours l'entretien des réseaux cuivre et fibre, pour les années 2022 à 2025, inclus. Pour celui-ci, la France est découpée en 35 zones à remettre à la charge de nos futurs partenaires, dont trois en Occitanie. Au cours du premier semestre 2021, il y a eu des dossiers remis par les candidats, gérés au niveau national, puis des oraux réalisés. À l'issue de cela, nous avons arrêté une short-list, dans laquelle ne figurait pas Scopelec. La direction de Scopelec a été informée à l'été 2021 qu'elle n'était pas dans ce listing.

Par conséquent, quels sont les opérateurs qui vont récupérer les contrats pour l'Occitanie, au détriment de Scopelec ?

Notre choix s'est porté sur trois partenaires pour l'Occitanie. Solutions 30 a remporté le contrat pour l'Ariège, l'Aude, une partie de la Haute-Garonne, Pyrénées-Orientales, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et le Lot. La société Sogetrel sera en charge de l'Aveyron, de la Lozère, du Gard et de l'Hérault. Sade a désormais la gestion des Hautes-Pyrénées, du Gers et d'une partie de la Haute-Garonne.

Pourquoi le choix de ces trois nouveaux sous-traitants de la part d'Orange ? Quels sont les points qui ont fait pencher la balance en faveur de ces trois entreprises, mais au détriment de Scopelec ?

Pour cet appel d'offres, le choix de chaque partenaire au niveau national a été guidé par une volonté de haute qualité de service, et ce pour tous nos clients partout en France.

Par ailleurs, Scopelec, dans notre région Occitanie, n'a pas respecté ses engagements contractuels, avec des défaillances répétées qui ont impacté la qualité de service de nos clients. Malgré nos avertissements et nos mises en demeure, la direction de Scopelec n'a pas pris les actions nécessaires pour rétablir la qualité de service. Il s'agit des délais d'intervention, de rendez-vous manqués avec les clients ou de la qualité des interventions qui nécessitaient parfois d'intervenir une nouvelle fois. Nous évaluons cela grâce à divers indicateurs. De plus, dans le cadre du nouvel appel d'offres, les garanties sur la qualité du service n'étaient pas garanties.

Dans un contrat avec un partenaire, il y a toujours des hauts et des bas, c'est normal. Mais il est surtout important de regarder la progression dans le temps de ce partenariat.

Dans ce dossier Orange-Scopelec, c'est surtout un chiffre qui fait couler beaucoup d'encre et qui mobilise les élus locaux, à savoir les 2.000 emplois menacés chez Scopelec - face à la perte de ces deux appels d'offres - sur toute la France dans les territoires sur lesquels la Scop était votre sous-traitant jusqu'alors. Comprenez-vous les craintes à ce sujet ? Quelles garanties peut donner Orange sur cette question de l'emploi local ?

L'activité dont nous parlons est, par nature locale, avec des interventions locales... Vous intervenez chez le client, ou sur le réseau. Donc, par nature, les emplois resteront sur le territoire. Par ailleurs, le secteur des télécoms est un secteur en tension, toujours à la recherche de compétences techniques. Maintenant, chaque partenaire d'Orange est responsable de sa politique de recrutement. Mais, comme nous sommes sur une activité locale, nous pouvons raisonnablement penser que des personnes formées vont intéresser nos nouveaux partenaires en Occitanie.

Un troisième lot, lui aussi détenu par Scopelec, est encore en consultation. Concrètement, quelles activités il abrite et quand sera communiqué le résultat de l'appel d'offres ?

Ce dernier lot concerne la gestion des dommages liés aux intempéries et la maintenance préventive de notre réseau. Seulement, il est beaucoup plus petit que les deux autres lots. Sans pouvoir vous communiquer sa valeur, il représente environ 10% de l'ensemble des trois marchés. La consultation est toujours en cours et le résultat est attendu pour la fin du premier trimestre 2022 avec une entrée en vigueur au 1er juin suivant.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 21/01/2022 à 19:03
Signaler
Quand on voit le travail qui font dans le Tarn ça m'étonne pas ,la ligne accroché au genêt c'est une honte ou quand le technicien vient avec une échelle pour réparer une ligne enterré.

à écrit le 21/01/2022 à 9:22
Signaler
La scop c'est l’ennemie de la classe dirigeante par définition même. Étonnant qu'on en ai laissé plein se créer certainement pour ensuite mieux les planter et ainsi enterrer le concept. La seule compétence de notre oligarchie, empêcher toute alternat...

à écrit le 21/01/2022 à 8:43
Signaler
le pb du pilitburo n'est pas la qualite de service, c'est celle de l'emploi.....c'est comme la maternite ou y a 3 accouchements par an et qu'il ne faut pas fermer ' car c'est amenagement du territoire' ( oui, c'est sur, personne n'y accouche pour ne ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.