3ème ligne de métro : le tracé définitif sera présenté en juillet par Tisséo

 |   |  726  mots
La troisième ligne de métro doit entrer en service en 2024.
La troisième ligne de métro doit entrer en service en 2024. (Crédits : Rémi Benoit)
Lors du comité syndical de Tisséo mercredi 30 mai, le comité scientifique a rendu son rapport sur l’alternative centre proposée par un collectif citoyen concernant la future troisième ligne de métro. Selon les experts, cette autre solution "n’apporte pas d’avantage quantitatif ou qualitatif global par rapport à la solution de référence" proposée par Tisséo. Par ailleurs, l’organisme qui gère les transports en commun de la métropole a présenté le réseau alternatif pour pallier l’arrêt de la ligne A du métro pendant six semaines cet été.

Le tracé de la troisième ligne de métro à Toulouse, aussi appelée ligne TAE, pourrait-il encore changer ? Ce n'est pas impossible. Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo, et ses équipes proposeront un tracé définitif lors du prochain comité syndical en juillet. D'ici là, rien n'est définitif. "Nous allons étudier jusqu'à cette date le rapport remis ce jour par le comité scientifique", a expliqué l'élu, lors du comité syndical de Tisséo mercredi 30 mai.

Ce rapport porte sur l'alternative centre proposée par l'association Collectif citoyen lors du débat public portant sur la troisième ligne de métro qui doit rentrer en service en 2024. La Commission nationale du débat public (CNDP, ndlr), a demandé que cette alternative fasse l'objet d'un examen attentif, ce qu'a fait le comité scientifique, un groupe d'experts indépendants mis en place par Tisséo. Engagé en mai 2017, "cette année de travail a fait l'objet de discussions animées entre nous", a déclaré le président du comité scientifique, Patrick Vandevoorde, lors de la présentation du rapport.

troisième ligne de métro

Le dernier tracé officiel prévu pour la ligne TAE va de la gare de Colomiers à Labège.

"La ligne de métro la plus débattue"

L'alternative centre propose un passage par Purpan au lieu de Jean Maga (Blagnac), une desserte des Ponts Jumeaux, des Amidonniers et de Jeanne d'Arc au lieu des quartiers nord (La Vache) par un tracé beaucoup plus central, le remplacement de la station François Verdier par une station Saint-Aubin, et le terminus de la ligne à Malepère plutôt qu'à Labège, la desserte de cette dernière étant assurée non pas par la ligne TAE mais par le prolongement de la ligne B.

Pour le comité scientifique, "les coûts entre les deux tracés sont assez peu différents. De plus, l'alternative centre dessert une population plus importante mais qui aujourd'hui est mieux desservie par les axes de transports en commun structurants. L'alternative centre s'intéresse prioritairement à la desserte des zones les plus denses, elles ont un impact moindre sur la structuration du développement urbain. De ce fait, elle n'apporte pas d'avantage quantitatif ou qualitatif global par rapport à la solution de référence", est-il inscrit en conclusion dans le rapport. "La divergence principale est une différence de vision urbaine. Faut-il passer par le centre-ville ou les faubourgs ?", ajoute Patrick Vandevoorde.

"Jamais une ligne de métro à Toulouse n'aura été autant préparé, débattue, disséquée et c'est une bonne chose. Mais la ligne TAE sera la ligne la plus transversale et la plus décentrée. Le secteur nord toulousain est le secteur qui se développe le plus actuellement et c'est celui aussi le moins bien desservi. Donc il faut maintenir le tracé envisagé", lui répond alors Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole, rejetant ainsi le tracé proposé par l'association.

"Une semaine pour gagner une année"

Parallèlement à cette nouvelle ligne de métro, la capacité de la ligne A sera doublée d'ici fin 2019 voire début 2020 grâce à un allongement des quais. Ainsi, l'objectif est d'augmenter de manière significative la capacité d'une ligne empruntée actuellement par 220 000 voyageurs par jour en doublant la longueur des rames.

Pour mener à bien ce chantier, il avait été initialement prévu l'arrêt total de la ligne A pendant cinq semaines durant les étés 2017, 2018 et 2019, avec un réseau de substitution mis en place.

"Finalement, cet été l'arrêt de la ligne sera de six semaines pour éviter de fermer la ligne l'été prochain pendant cinq semaines à nouveau. Néanmoins en 2019, on aura besoin d'un certain nombre de nuits longues, c'est-à-dire avec un arrêt du métro à 20h30 et un à deux jours d'arrêt total notamment pour réaliser des essais de système", détaille Francis Grass, président de Tisséo Ingénierie. "C'est une semaine pour gagner une année sur les travaux", complète Jean-Michel Lattes.

La ligne A du métro sera donc arrêtée du 16 juillet au 26 août. Pour organiser au mieux leurs déplacements et découvrir le réseau de substitution mis en œuvre, les Toulousains auront à leur disposition notamment un site internet (ma-ligne-a-en-xxl.fr, ndlr) à partir du 18 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :