Aéroport de Toulouse : Champion et Crébassa confirmés, 14 millions de dividendes votés

 |   |  948  mots
Charles Champion a été choisi pour devenir le président du conseil de surveillance de l'aéroport de Toulouse.
Charles Champion a été choisi pour devenir le président du conseil de surveillance de l'aéroport de Toulouse. (Crédits : ATB)
L'aéroport de Toulouse a confirmé ce mercredi 30 mai à l'issue de l'assemblée générale des actionnaires les informations de La Tribune sur les nominations de Charles Champion à la présidence du conseil de surveillance et de Philippe Crébassa à la tête du directoire. Par ailleurs, l'exécutif de l'aéroport a voté le versement de 13,8 millions d'euros de dividendes aux actionnaires.

Comme le révélait dès mars dernier La Tribune, c'est Charles Champion ancien président d'Airbus Opérations SAS qui a été choisi ce mercredi 30 mai à l'issue de l'assemblée générale des actionnaires pour remplacer Anne-Marie Idrac en tant que présidente du conseil de surveillance de l'aéroport de Toulouse. Ancien responsable du programme A380 d'Airbus et président d'Airbus Opération SAS jusqu'en 2017, Charles Champion prendra ses fonctions au mois d'août. La période transitoire sera assurée par Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie et par ailleurs vice-président du conseil de surveillance.

Par ailleurs, Philippe Crébassa, jusqu'alors directeur-adjoint de l'Enac a été nommé pour succéder à l'actuel président du directoire, Jean-Michel Vernhes, confirmant les informations publiées mardi dans nos colonnes. Le passage de témoin entre les deux hommes se fera le 1er septembre prochain.

Lire aussi : Conseil de surveillance décisif pour l'aéroport de Toulouse

À noter également que l'aéroport annonce le retour au conseil de surveillance de Mike Poon (président de Casil Europe, la société d'actionnaires chinois détentrice de 49,99% des parts de l'aéroport) qui en avait démissionné en septembre 2015. Deux autres représentants de Casil Europe, Marcus Balmforth et Wei Zhang, intègrent ce conseil.

Deux fois plus de dividendes versés aux actionnaires

L'assemblée des actionnaires a également voté la distribution de 13,8 millions d'euros de dividendes à ses actionnaires (l'intégralité du résultat net annuel), c'est pratiquement deux fois plus qu'en 2017 où pour rappel 7,85 millions d'euros de dividendes avaient été versés aux actionnaires dont 1,5 million issu des réserves financières de l'aéroport. Casil Europe et l'État ont voté en faveur de cette décision, les collectivités locales et la CCI contre.

Pour Pascal Boureau représentant du Département, "ces nominations vont permettre de sortir de l'incertitude". "Le reversement des dividendes paraît excessif, nous aurions pu réinvestir une partie. Nous avons tout de même obtenu l'ouverture prochaine d'une discussion pour établir une politique autour des dividendes et de la gouvernance à moyen-terme. 100% des bénéfices reversés, c'est trop".

De son côté, Marc Péré membre du groupe d'opposition Métropole citoyenne calcule que " 41 millions d'euros de dividendes été versés en trois ans de privatisation soit autant que sur les 20 dernières années" et estime que "cette annonce montre bien l'existence d'un pacte secret entre l'État et  Casil Europe pour voter comme l'actionnaire chinois pour toutes les décisions".

À l'occasion d'une conférence de presse tenue par Anne-Marie Idrac à l'issue de l'assemblée générale des actionnaires, celle qu'il faut désormais appeler l'ex-présidente du conseil de surveillance de l'aéroport de Toulouse a fait le bilan de son mandat.

"Je suis très fière et je pense que Jean-Michel Vernhes peut l'être aussi des équipes ATB puisque quand on regarde tous les critères, toutes les cases sont cochées. Le trafic, les résultats financiers, la satisfaction clients, les initiatives environnementales, les projets tenus en temps et en heure, les classements internationaux de toutes natures... En ce qui concerne les sujets de gouvernance, il y a une vision commune et cela j'ai pu le constater dans le fait que j'ai fait adopter le plus souvent à l'unanimité des dizaines et des dizaines de délibérations.

Évidemment de temps en temps, il y a eu des soucis sur un seul sujet qui est les appréciations parfois différentes entre les institutionnels toulousains et les actionnaires privés chinois. Mais nous avons toujours trouvé des solutions. Personnellement je suis très satisfaite que l'État reste au capital de l'aéroport pour des raisons pragmatiques, ces personnes ont aidé à sortir vers le haut. quand quelques fois il y a un peu trop de frottements entre les cultures locales et globales,publiques et privées. Mon vœu est que cette compréhension entre tous les actionnaires se perfectionne encore".

Mais Anne-Marie Idrac interrogée par la presse sur les 13,8 millions d'euros de dividendes versés aux actionnaires a répondu très clairement sur un ton agacé :

" La proposition du directoire qui a été acceptée par l'assemblée générale c'est de constater qu'il y suffisamment de réserves pour qu'on puisse les distribuer ".

Aux côtés d'Anne-Marie Idrac pour cette conférence de presse Alain Di Crescenzo, le président du directoire par intérim a assuré que le versement des dividendes ne déstabiliserait pas l'aéroport :

" Bien souvent il y a beaucoup d'entreprises qui distribuent 100% du dividende. La question est de savoir si le dividende distribué fragilise l'aéroport ? La réponse est non. Vous avez un aéroport qui est en pleine santé. L'entrepreneur que je suis confirme qu'il n'y a pas de mise en péril du fonctionnement de l'aéroport. Cette décision est un vote souverain de l'assemblée générale."

Alain Di Crescenzo s'est par ailleurs dit heureux de faire le relais durant deux mois entre Anne-Marie Idrac et Charles Champion.

"L'aéroport était entre de bonnes mains et il va repasser dans de bonnes mains."

Charles Champion, qui prendra ses nouvelles fonctions à compter du 1er août 2018, a expliqué lors de cette même conférence de presse :

"Mon rôle est de m'assurer que l'ensemble des actionnaires est traité de manière égale et équitable. Je ne suis pas là pour représenter spécifiquement l'intérêt de l'actionnaire chinois même si j'ai été nommé par lui. La feuille de route qui est la mienne émane du conseil de surveillance."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :