Aménagement urbain : remercié, Emmanuel de Séverac quitte Oppidea

 |   |  463  mots
Emmanuel de Séverac quitte Oppidea
Emmanuel de Séverac quitte Oppidea (Crédits : ON / Rémi Benoit)
Après avoir porté la fusion des trois Sem historiques de l’agglomération toulousaine et impulsé les grands projets urbains en cours, Emmanuel de Séverac quitte Oppidea. Il a été remercié par Gilles Broquère, président de la Sem et élu divers droite de Toulouse Métropole.

Toulouse Métropole a décidé de renouveler la direction générale de la Sem d'aménagement Oppidea. Selon nos informations, Emmanuel de Séverac, arrivé à la tête de la Sem en 2010, est remercié, et son successeur n'est pas encore connu. Oppidea est en déficit depuis plusieurs années.

Emmanuel de Séverac, la création d'Oppidea

Arrivé à Toulouse après sept années à la tête de la Sem (société d'économie mixte)  d'aménagement de Fort-de-France, Emmanuel de Séverac, ingénieur des Mines, et fin connaisseur des problématiques d'aménagement public, a été recruté en 2010 à la tête de la Setomip, alors présidée par Alain Fillola (ex. maire PS de Balma) pour succéder à Jacques Durand. Sa mission : réaliser la fusion des trois Sem historiques de l'agglomération toulousaine (la Setomip, la Sem constellation et la Sem de Colomiers).

Une mission accomplie dès 2011 avec la création d'Oppidea, l'unique Sem de Toulouse Métropole, qui impulse depuis tous les projets d'aménagements urbains de construction d'équipements publics et de renouvellement.

Cette agence, membre de la fédération des entreprises publiques locales, fonctionne sous la gouvernance de Toulouse Métropole (à l'époque présidée par le socialiste Pierre Cohen), et conjugue donc les impératifs de la commande politique et les projets d'aménagement urbain.

Oppidea déficitaire

Oppidea est présidée depuis les dernières élections municipales par Gilles Broquère (DVD),  maire de Fenouillet et vice-président de Toulouse Métropole. Un mois après son élection à la présidence d'Oppidea en mai 2014, ce dernier avait pointé un manque de rigueur et de transparence dans la gestion de la Sem et demandé un audit, avant de finalement approuver les comptes de 2013 et conforter Emmanuel de Séverac au poste de directeur général délégué.

Mais fin 2014, Oppidea, qui avait réalisé 40 millions d'euros de travaux sur les espaces publics des Zac de la métropole (dont 22,5 millions d'euros concernaient l'aménagement et 17,5 millions d'euros la construction) était toujours en déficit.

Gilles Broquère revoyait alors plusieurs projets à la baisse et annonçait la mise en place d'une nouvelle organisation d'attribution des droits à construire aux promoteurs dans les Zac pour réduire les délais.
Toulouse Métropole a annoncé également avant l'été la nomination de chefs de projet en charge de chaque grande zone d'activité du territoire (Toulouse Montaudran Aerospace, le Parc des expositions, Matabiau). "Il y aura un comité de pilotage par projet et Oppidea en fera partie," nous assurait alors Gilles Broquère.

Le remerciement d'Emmanuel de Séverac ouvre une nouvelle page de l'histoire d'Oppidea. Contacté, ce dernier n'a pas souhaité s'exprimer. Son successeur n'est pas encore connu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :