Stéphane Daguin, nouveau secrétaire général de la préfecture de Haute-Garonne

 |   |  513  mots
Le secrétaire général de la préfecture Stéphane Daguin et la sous-préfète Michèle Lugrand.
Le secrétaire général de la préfecture Stéphane Daguin et la sous-préfète Michèle Lugrand. (Crédits : Rémi Benoit)
Stéphane Daguin vient de prendre ses nouvelles fonctions de secrétaire général de la préfecture de Haute-Garonne, succédant ainsi à Thierry Bonnier. De son côté, Michèle Lugrand devient la nouvelle sous-préfète. Parmi leurs premiers dossiers : les régionales, l'accueil des réfugiés et l'emploi. Présentations.

"En arrivant à Toulouse, la première chose qui m'a frappé ce sont les chiffres : démographie, développement économique... Le dynamisme du département lui donne la même ampleur que certaines régions françaises", a relevé Stéphane Daguin ce vendredi 13 novembre lors d'une conférence de presse. Depuis 8 jours, il succède à Thierry Bonnier au poste de secrétaire général de la préfecture de Haute-Garonne et travaille donc sous l'autorité du préfet Pascal Mailhos.

Né en Seine-Saint-Denis, cet ancien élève de l'IEP de Grenoble et de la Prépa Ena de Sciences Po a été lauréat du concours d'administrateur territorial. Avant d'être nommé à Toulouse, il a occupé cette même fonction de secrétaire général au sein de la préfecture du Morbihan ou aux affaires régionales de Poitou-Charentes.

"Le premier dossier est le chantier de l'intercommunalité dont l'organisation doit être opérationnelle au 1er janvier 2017", a-t-il précisé.

En effet dans le cadre de la réforme territoriale, le seuil pour former une intercommunalité est relevé de 5 000 à 20 000 habitants avec pour objectif d'avoir davantage de capacités à agir au niveau de zones plus étendues. La loi prévoit que l'organisation de ces nouvelles communautés de communes soit prête au plus tard au 1er janvier 2017. Il faudra également définir les nouvelles compétences de Toulouse Métropole.

Qui dit réforme territoriale, dit aussi future grande région. "Les services de l'État sont en charge de l'organisation des élections régionales. Toulouse a également été choisie comme chef-lieu provisoire et préfecture préfiguratrice de la future région", rappelle Stéphane Daguin.

"Le deuxième dossier est de développer l'emploi en Haute-Garonne aussi bien dans les zones fragiles avec des dispositifs d'insertion qu'en soutenant les entreprises créatrices d'emplois".

Réfugiés : 86 places d'accueil immédiates ont été repérées

Depuis deux semaines, la préfecture compte également une nouvelle sous-préfète. Née à Marmande dans le Lot-et-Garonne, Michèle Lugrand est diplômée de l'Institut régional d'administration de Nantes. Elle a exercé plusieurs postes de secrétaire générale de la DDE avant de devenir en septembre 2013 directrice de cabinet du Préfet de Lot-et-Garonne.

"Mes missions sont centrées autour de la politique de la ville : un volet habitat avec la mise en œuvre de la convention Anru (agence nationale de rénovation urbaine), un volet emploi avec la création d'emplois dans les quartiers notamment au travers des contrats aidés mais aussi la lutte contre les discriminations. Enfin, je serai chargée de l'ensemble des dispositifs d'accompagnement d'hébergements d'urgence notamment à destination des réfugiés", a-t-elle détaillé.

Sur la question des réfugiés justement, le sous-préfète a précisé que 150 places d'hébergement d'urgence pour les réfugiés ont été repérées dans le département par la préfecture mais certaines demandent des travaux importants. Pour le moment, 86 place ont été répertoriées comme immédiatement disponibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :