Cantonales : Jean-Jacques Mirassou (PS) lance sa campagne

 |   |  361  mots
Jeudi 10 février au soir à Toulouse, le sénateur socialiste et conseiller général du canton de Toulouse 7, Jean-Jacques Mirassou, a lancé sa campagne pour les élections cantonales qui auront lieu fin mars. Un scrutin local auquel le candidat souhaite aussi donner une portée nationale.Jeudi 10 février au soir, Jean-Jacques Mirassou a réuni ses militants à son siège de section. Conseiller général du canton de Toulouse 7 depuis 1998, le sénateur du Parti socialiste a présenté les objectifs de sa campagne pour les élections cantonales.

Jeudi 10 février au soir, Jean-Jacques Mirassou a réuni ses militants à son siège de section. Conseiller général du canton de Toulouse 7 depuis 1998, le sénateur du Parti socialiste a présenté les objectifs de sa campagne pour les élections cantonales. Avant les scrutins du 20 et 27 mars, Jean-Jacques Mirassou a ainsi rappelé "l'importance de mener une campagne de proximité, sur des questions de transports, de solidarité et sur des dossiers en cours : sur la sécurité ou encore le collège du secteur, qui doit retrouver son attractivité. "

"Mais la campagne doit aussi être politique, a asséné Christian Imbart, secrétaire de section. Nous avons la chance d'avoir un candidat assez has been ( ndlr : Jean-Michel Lattes, soutenu par l'UMP) en face." Si dans l'entourage de l'élu, on crie déjà presque victoire, Jean-Jacques Mirassou assure "se donner à 100% pour cette campagne. Il faut aller vers les gens pour expliquer notre projet mais aussi à quoi servent ces élections, souvent mal connues." La crainte est en effet que les électeurs ne se déplacent pas beaucoup. En 2008, lors des dernières élections cantonales, la participation avait été de 65% au niveau national, mais le scrutin avait lieu le même jour que les municipales. Cette fois, il n'y a qu'un bulletin de vote à glisser dans l'urne. De plus, la réforme des collectivités territoriales prévoit de supprimer le poste de conseiller général au profit de celui de conseiller territorial en 2014.

Malgré ces données, Jean-Jacques Mirassou entend donner à ces élections une portée nationale. "C'est une occasion unique d'envoyer un signe fort au gouvernement. Ces élections sont primordiales en vue de l'élection présidentielle. Si le Parti socialiste a réussi à remportze la mairie de Toulouse en 2008, c'est parce que nous avions déjà gagné d'autres collectivités. Cette fois, cela doit servir à battre la droite au niveau national." Un objectif confirmé par Pierre Izard, le président du Conseil général de Haute-Garonne, venu soutenir Jean-Jacques Mirassou jeudi soir : "Ces élections cantonales doivent être le prélude à la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012."

- En savoir plus :

- www.mirassoucanton7toulouse.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :