Avec un budget en baisse mais un retour des sponsors, le Toulouse Football Club croit en l'avenir

 |   |  596  mots
Olivier Sadran, président du TFC
Olivier Sadran, président du TFC
Si la rentrée sportive du TFC s'est déroulée ce week-end, la rentrée économique a elle été marquée par la traditionnelle conférence de presse d'avant-saison d'Olivier Sadran. Le président du TFC a présenté début juillet les nouveaux partenaires du club. Il s'est félicité "de l'important soutien économique et moral" dont il bénéficie tout en rappelant l'équilibre délicat des finances du Toulouse Football Club, dont le budget est une nouvelle fois en baisse.

Le Toulouse Football Club a entamé la nouvelle saison par une défaite à Nice, samedi 9 août. Les joueurs arboraient à cette occasion leur maillot version 2014/2015. Dévoilé à la presse début juillet par le président du club Olivier Sadran, celui-ci présente des évolutions stylistiques ainsi que des

changements en termes de

sponsors

. Alors que la recherche de partenaires s'était avérée

difficile l'an passé

, le TFC a cette année réussi à rassembler derrière lui au sortir d'une saison qu'Olivier Sadran qualifie lui-même de "plutôt positive, avec une volonté de produire du jeu".


Retour des sponsors
Triangle Intérim demeure le principal sponsor des Violets, qui peuvent compter sur "un important soutien économique et moral", comme l'explique le président. LP Promotion, partenaire depuis 7 ans, a décidé de "franchir un cap" en étant présent sur le maillot, où il remplace JD Promotion. Prévoir Assurances, qui cherche à se développer dans le Sud-Ouest, fait son apparition sur la manche. Autre arrivée, celle du groupe De Boussac Automobiles, qui commercialise les véhicules de la marque Volkswagen dans le Sud-Ouest. "Pour la première fois depuis longtemps, j'ai le sentiment que nous sommes reconnus et suivis par des partenaires importants", souligne Olivier Sadran, dans un demi sourire. Un sponsoring qui représente environ 5,5 M€ pour la saison 2014-2015. "Nous devrions pouvoir faire mieux que l'an dernier. Nous travaillons sur de nouvelles collaborations", développe le directeur général Jean-François Soucasse.

Malgré tout, le club toulousain présentera une nouvelle fois un budget en baisse, autour de 31-32 M€. "Un point bas en raison notamment de la baisse des droits télé", assure Olivier Sadran, qui se réjouit cependant d'avoir "enfin stoppé cette hémorragie au niveau marketing". Le TFC souffre encore de comptes déficitaires entre recettes et dépenses, de l'ordre de 10 M€ par saison. "On touche là la faiblesse du club, rappelle son président. Il faudrait réduire cet écart autour de 4-5 M€ pour avoir plus de marges de manœuvre." Le Toulouse Football Club est par ailleurs pénalisé par les travaux du Stadium, en pleine rénovation en vue de l'Euro 2016. Un manque à gagner évalué à 2 ou 3 M€ par le club l'an passé.

Former et bien vendre pour résister
Les Violets sont donc contraints de vendre régulièrement leurs meilleurs joueurs et c'est encore le cas cette saison avec les transferts d'Aymen Abdennour à Monaco et de Serge Aurier à Paris (prêté avec option d'achat). "Il faut pérenniser le club et notre survie passe par notre capacité à former de bons footballeurs", ajoute Olivier Sadran, qui précise que le TFC dispose de 12 à 13 M€ de fonds propres "à même de nous permettre de supporter quelques aléas".

Côté terrain, le club a notamment recruté des défenseurs : l'international roumain Dragos Grigore, le jeune Marcel Tisserand (prêté par Monaco), le brésilien Wiliam Matheus ainsi que l'attaquant serbe Aleksandar Pesic. Le jeune défenseur Maxime Spano va quant à lui intégrer le centre de formation. "Nous pouvons encore nous renforcer sur un ou deux postes", assure Olivier Sadran. Le milieu de terrain Clément Chantome, prêté par le PSG, ne poursuivra pas l'aventure avec le Toulouse Football Club. Le gardien Olivier Blondel a été libéré pour finir sa carrière à Istres. L'attaquant israélien Eden Ben Basat a été transféré au Maccabi Tel-Aviv pour 700.000 € tandis que le capitaine Jonathan Zebina a choisi de ne pas prolonger son contrat au club.

Paul Périé
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :