Terre de Pastel : ouverture début juin pour l'immense centre dédié au bien-être à Labège

 |   |  466  mots
Le chantier de Terre de Pastel à Labège. Ouverture prévue en juin 2013
Le chantier de Terre de Pastel à Labège. Ouverture prévue en juin 2013
1 500m2 dont 650 dédiés au spa, un restaurant, un muséum du pastel, une boutique, une marque de vêtements... Cet ambitieux complexe devrait ouvrir ses portes début juin à Labège. Porté par l'investisseur Jean-Jacques Germain, futur PDG de l'entreprise, la spécialiste du pastel Sandrine Banessy et les fondatrices de Cocagne&Compagnie Carole Garcia et Nathalie Juin, ce centre dédié au bien-être nécessite 1,3M€ d'investissement et génèrera la création d'une vingtaine d'emplois.

"Le bien-être est une valeur refuge." C'est sur ce pari, formulé par Carole Garcia, que Terre de Pastel accueillera ses premiers visiteurs début juin à Labège. Ce centre, idée de l'investisseur Jean-Jacques Germain, regroupera un spa, un muséum, un restaurant, un espace d'accueil pour les séminaires d'entreprises et plusieurs produits dédiés au pastel.

Le spa (650 m2 dédiés aux soins du visage et du corps à partir de l'huile de pastel, avec piscine, solarium, hammam et sauna) est équipé d'innovations récentes. Il est développé avec l'aide de Carole Garcia et Nathalie Juin, cofondatrices de Cocagne&Compagnie qui ont mis au point la gamme cosmétique Graine de Pastel. Elles sont actionnaires du projet à 20%.

"Nous inventons la pastélotherapie", affirme le PDG du futur complexe Jean-Jacques Germain, convaincu que cette plante qui participe à la renommée de la région devait avoir son lieu emblématique. La partie muséum retracera l'histoire du pastel et son utilisation actuelle, sous la direction de Sandrine Banessy, présidente de l'Académie des arts et des sciences du pastel.

"Se différencier des spa branchés"

Interdit aux moins de 15 ans, Terre de Pastel vise une clientèle haut de gamme. "Nous nous positionnons différemment des autres en terme d'accueil, de déco, explique Carole Garcia. Loin des spa à la mode, nous proposons un style 'campagne chic décalé'. Au lieu du comptoir d'accueil, il y aura une large table en bois. Les couleurs seront dans les bleus, gris et blanc, les meubles dans un style XVIIIe, il y aura aussi une volière avec des oiseaux bleus, et une tisanerie." Objectif : proposer un lieu "rassurant et confortable". "Nous ne sommes pas Calicéo", rappellent en cœur Carole Garcia et Jean-Jacques Germain. Autre élément qui fera la différence à l'heure où Toulouse veut se positionner sur le tourisme d'affaire : un espace d'accueil de séminaires et une tente à l'extérieur pour les réceptions.

Coût de l'investissement : 1,3 M€, entièrement financé par Jean-Jacques Germain, également propriétaire du foncier, et qui se dit "conscient du risque" à l'heure où les loisirs souffrent de la baisse de pouvoir d'achat. "Ce n'est pas du loisir, c'est du bien-être", pointe Carole Garcia. Jean-Jacques Germain profitera par ailleurs de Terre de Pastel pour lancer une nouvelle marque de prêt-à-porter, Bleu Toulouse, en vente dans la boutique du centre aux côtés des cosmétiques, produits du terroir, et livres sur le pastel. Le projet va générer la création d'une vingtaine d'emplois, notamment dans les métiers de la restauration, du marketing, et de l'esthétique. Le reste du business plan est gardé pour le moment confidentiel.

Sophie Arutunian
© photo Frédéric Marie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :