Privatisation de Toulouse-Blagnac : la CCI de Toulouse tend la main à Wiseed pour participer au rachat d'une part du capital

 |   |  607  mots
L'aéroport de Toulouse
L'aéroport de Toulouse
Wiseed, la plateforme toulousaine de financement collaboratif l'a annoncé ce lundi matin : elle va co-investir avec la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse pour racheter au consortium chinois Symbiose 16 % du capital de l'aéroport de Toulouse. Le futur actionnaire pourrait en effet rétrocéder 1/3 de ses parts à un investisseur français ou local. La transaction totale pourrait avoisiner les 100 M€ auxquels Wiseed espère pourvoyer à hauteur de 25 M€.


Sans nouvelle des collectivités locales depuis le début de son opération "Rachetons l'aéroport de Toulouse", Thierry Merquiol, le cofondateur de Wiseed, envisageait ces derniers jours de s'associer à un recours administratif contre la privatisation de l'aéroport de Toulouse. Volte-face ce lundi matin puisqu'il annonce que la plateforme toulousaine de crowdfunding participera aux côtés de la CCI de Toulouse au rachat des parts de Symbiose. Le futur actionnaire chinois pourrait en effet rétrocéder 1/3 de ses parts à un investisseur français ou local.
"Contrairement à la Région qui n'a pas répondu à mon offre, Alain Di Crescenzo, le président de la CCI Toulouse, m'a appelé vendredi 12 décembre pour me proposer de co-investir quand le consortium chinois Symbiose (composé de Shandong Hi-Speed Group et Friedmann Pacific Asset) cèdera une partie de ses parts, se réjouit Thierry Merquiol. Il m'a dit qu'il avait la garantie que Symbiose respecterait son engagement de rétrocéder 16 % du capital de l'aéroport."

En quête d'investisseurs pour "maintenir une majorité locale" dans l'aéroport, Alain Di Crescenzo confirme la prise de contact, mais en relativise la teneur. "Thierry Merquiol m'a écrit pour me proposer ses services, je l'ai appelé pour lui dire que j'étais sensible à sa démarche, relate le président de la Chambre de commerce et d'industrie. Des investisseurs se sont déjà manifestés pour contribuer au rachat (Banque Populaire Occitane et la Caisse d'Épargne Midi-Pyrénées se montrent intéressées NDLR) . Si l'État et l'AMF autorisent la participation de Wiseed, je pense que nous pouvons faire une place aux Toulousains."

Si in fine,"la décision de vendre - et à qui - reviendra aux Chinois, nous avons aujourd'hui l'opportunité d'avoir un pacte local. Je fais tout ce que peux pour y travailler" affirme Alain Di Crescenzo. Le montage final reste encore à définir mais les investisseurs locaux devront réunir environ 100 M€ pour racheter 16 % du capital de l'aéroport aux Chinois.

25 M€ de souscriptions attendues
Pour participer à l'investissement, Wiseed est en tout cas en train de créer une société anonyme dotée d'un capital de 37 500 €. La SA "Aéroport de Toulouse Participations" devrait être opérationnelle à la mi-janvier. "Nous allons déposer le prospectus d'offre publique de titres financiers à l'Agence des marchés publics pour qu'elle valide notre offre, explique Thierry Merquiol. Le prospectus décrira très précisément les conditions de l'offre, les frais afférents, les risques pris et les possibilités de rentabilité." Estimés à 75 000 €, les coûts de préparation de l'opération seront pris en charge par Wiseed et à titre personnel par Thierry Merquiol.

Jusqu'à présent, plus de 8000 internautes ont promis d'investir 20 M€. L'heure est donc venue de concrétiser leurs engagements. "C'est le plus gros risque, admet le président du conseil de surveillance de Wiseed. Il y a en général 30% de pertes, mais cela est compensé par des dons plus importants de la part des contributeurs qui confirment leurs promesses. Notre crédibilité collective est en jeu..."

Ouvertes aux personnes n'ayant pas encore déposé d'intentions, les souscriptions seront recueillies à la mi-janvier "via un prestataire de service d'investissement agréé". Objectif pour Wiseed : réunir 25 M€. Que l'opération toulousaine réussisse ou non, Wiseed se positionne déjà sur les futures privatisations des aéroports de Lyon et Nice. "Des contacts sont d'ores et déjà pris à la demande des collectivités locales", reconnaît Thierry Merquiol.

Gael Cérez
© photo Rémi Benoit

En savoir plus :

Découvrez notre infographie résumant l'évolution de l'actionnariat de l'aéroport Toulouse-Blagnac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2015 à 17:50 :
Pourquoi cette transaction sur l'aéroport de Toulouse a été préparé dans le plus grand secret ? La population prévenue au dernier moment ? pourquoi l'état ne vous a pas vendu directement des parts, il faut donc les racheter encore maintenant plus chères aux chinois !
Comment les habitants de la régions peuvent participer à ce rachat?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :