Le Grand Hôtel de Toulouse inauguré le 15 septembre

 |   |  627  mots
Le Grand Hôtel, dont le chantier a débuté en 2009, sera inauguré le 15 septembre. L'ancien hôtel de luxe abrite aujourd'hui des commerces et des bureaux mais aussi logements sociaux et logements privés à 6.500 € le m², un record pour Toulouse. Un renouveau pour ce bâtiment emblématique de la Ville rose.Le 15 septembre prochain, les Toulousains pourront assister à l'inauguration du Grand Hôtel nouvelle version.

Le Grand Hôtel, dont le chantier a débuté en 2009, sera inauguré le 15 septembre. L'ancien hôtel de luxe abrite aujourd'hui des commerces et des bureaux mais aussi logements sociaux et logements privés à 6.500 € le m², un record pour Toulouse. Un renouveau pour ce bâtiment emblématique de la Ville rose.

Le 15 septembre prochain, les Toulousains pourront assister à l'inauguration du Grand Hôtel nouvelle version. A cette occasion, la rue de Metz sera fermée à la circulation entre 10 heures et minuit pour permettre la projection du film retraçant l'histoire du lieu et les différentes étapes du chantier. Un concert de rue sera également organisé autour du swing et du jazz avec le parrainage de Cécile Nougaro.

Ouvert en 1901, le Grand Hôtel a longtemps été un hôtel de luxe de 150 chambres. Entièrement restructuré, le bâtiment a retrouvé tout son lustre après un chantier de plus de 2 ans mené par Pitch Promotion. « Nous avons choisi Jean-Jacques Ory, un architecte spécialiste de l'architecture haussmanienne, explique Bruno Saulière, directeur Sud Ouest de Pitch Promotion, qui a remporté le concours lancé en 2007 par la Mairie de Toulouse pour la rénovation du Grand Hôtel. Et nous avons eu la chance de bénéficier du concours de l'architecte des bâtiments de France, Eric Radovitch. »

Les travaux ont commencé en 2009. Seules les façades sont restées debout pour permettre une réhabilitation complète de l'intérieur. Le dôme et la verrière ont ainsi été démontés et restaurés avant d'être réinstallés. Chaque élément a dû être remis en état par des artisans d'art afin de rendre au bâtiment son luxe passé. « Un chantier très risqué et très technique, avoue Bruno Saulière. Mais c'est certainement nos compétences techniques qui nous ont permis d'être choisis. Et puis, j'ai mis de l'affectif dans cette opération puisque mes parents ce sont rencontrés dans cet hôtel. »

Deux moyennes surfaces ont aujourd'hui investi les lieux. Hugo Boss bénéficie de 800 m² sur deux niveaux (rez-de-chaussée et 1er étage) et Habitat de 2000 m² répartis entre le rez-de-chaussée et un sous-sol. « Deux enseignes qui vont redynamiser la rue de Metz et le quartier », selon le directeur Sud Ouest de Pitch Promotion, pour qui le coût global de l'opération s'élève à 60 millions d'euros. « C'est plutôt une question d'image qu'une affaire très rentable. »

Au-delà des surfaces commerciales, une partie des locaux (800 m²) est occupée par les bureaux de l'étude de notaires Aymard, Lalanne-Camman, Davèze&Gibault. Le reste du bâtiment est réservé à des logements. On compte ainsi 38 logements sociaux sur 2500 m² et 25 logements privés du T1 bis au T5 sur 2500 m². « Une répartition à part égale qui faisait partie du cahier des charges lors de la vente de l'immeuble par l'Etat à la municipalité toulousaine », précise Bruno Saulière.

Tous ces logements ont trouvé preneur malgré un prix d'environ 6 500 euros le m² pour les appartements privés, ce qui constitue un record pour la Ville rose. Les logements sociaux ont eux été loués en partie par des étudiants. Cette mixité des produits, qui faisait partie du cahier des charges, correspond également aux caractéristiques de Pitch Promotion.

« Nous réalisons indifféremment des opérations de bureaux, de logements, de commerce ou d'industrie », développe le directeur Sud Ouest de ce groupe national à capital familial. En 2011, Pitch Promotion, qui emploie 110 personnes, prévoit 280 millions d'euros de chiffre d'affaires. La division Sud Ouest, créée en 2006 et basée à Toulouse, devrait quant à elle afficher 60 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 13 salariés.

Paul Périé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :