Le Gers mise sur l'aéronautique, et le fait savoir au Salon du Bourget

 |   |  703  mots
Michel Doligé (CCI Gers), Sabine Tertre, François Tibert (Air Support), et Franck Montaugé (maire d'Auch)
Michel Doligé (CCI Gers), Sabine Tertre, François Tibert (Air Support), et Franck Montaugé (maire d'Auch)
Avec trente entreprises spécialisées dans le domaine aéronautique, le Gers poursuit sa mutation et profite à plein de sa proximité avec le pôle toulousain. Les PME du secteur et la CCI profitent de la cinquantième édition du Salon du Bourget pour faire découvrir les atouts du territoire.

"Le bonheur est dans le Gers", répète à l'envi Michel Doligé pour attirer les futurs entrepreneurs. Présent dans les allées du Salon du Bourget, le président de la CCI du Gers a tenu personnellement à faire connaître les opportunités qu'offre la zone aéronautique d'Auch aux industriels.

Michel Doligé en a également profité pour guider Franck Montaugé, le maire d'Auch, sur les stands des 11 entreprises gersoises exposant au salon aéronautique, parmi les trente que compte le département dans ce secteur d'activité. "Le Gers a une économie qui tourne historiquement autour du secteur agroalimentaire, de moins en moins pourvoyeur d'emplois. Il faut que le territoire s'investisse sur de nouvelles filières", développe le maire d'Auch.

"L'aéronautique est une filière reine, bien représentée en Midi-Pyrénées et dans le Sud-Ouest, souligne-t-il. Avec un partenaire comme la CCI, nous devons développer cette filière, quel que soit le domaine : maintenance, conditionnement, équipement, etc. C'est ce qui est en train d'être démontré."

5 hectares de foncier disponibles
Récemment allongée, la piste de l'aéroport d'Auch a aujourd'hui la capacité d'accueillir des moyens porteurs. "Nous sommes engagés dans une démarche avec la CCI, le Département et la Région pour tirer profit des 5 hectares de fonciers disponibles à des conditions compétitives", indique Franck Montaugé, et ce, que ce soit en termes de coût du foncier, d'accessibilité des grands donneurs d'ordre de la région mais aussi de conditions de trafic aérien.

Exemple emblématique, la société JCB Aéro spécialisée dans l'aménagement intérieur d'avions VIP, est implantée depuis janvier 2011 dans la zone aéronautique d'Auch. Elle a investi 8 millions d'euros dans la construction d'un nouveau site industriel en bord de piste. Au cours des douze derniers mois, elle a embauché 61 personnes pour honorer son carnet de commandes et assurer un chiffre d'affaires 2013 en hausse de 40% par rapport à la même période l'année dernière.

L'entreprise de maintenance aéronautique Air Support se félicite elle aussi d'avoir quitté la commune de Colomiers (Haute-Garonne) pour s'installer à Pujaudran. Elle a pu y faire bâtir un bâtiment de 2.600 mètres carrés. "C'est deux fois et demi plus que ce que nous avions avant", précise Sabine Tertre, la directrice générale. Les 65 salariés ont tous suivi le mouvement. L'entreprise a déjà recruté 5 personnes depuis le début de l'année et compte poursuivre avec la création d'une dizaine de postes supplémentaires. Autre motif de satisfaction, Air Support vient d'obtenir la certification chinoise CAAC, en plus des certifications européenne et américaine dont elle dispose déjà. "Cela nous ouvre de nouveaux marchés, se réjouit Sabine Tertre. Maintenant on espère avoir de nouveaux voisins", fait-elle savoir. C'est ce à quoi travaille la CCI, qui évoque des projets encore confidentiels en cours de discussion.

Des emplois à pourvoir
Seule ombre au tableau : la difficulté pour les entreprises de trouver du personnel formé. Ainsi, l'entreprise Alisaero, qui fabrique des pièces et sous-ensemble complexes pour hélicoptères, a pris la décision de créer une filière de formation. Elle travaille en lien avec des organismes de formation de Pau, Tarbes ou Peyrehorade notamment, et avec l'aide de Pôle Emploi, pour identifier les personnes susceptibles d'avoir l'habileté et la motivation nécessaires pour travailler dans son domaine d'activité. Depuis un an et demi, une vingtaine de personnes passées par ce dispositif ont été embauchées en CDD voire en CDI dans l'entreprise.

Aujourd'hui, Alisaero s'est rapproché de ses voisins Potez (de l'autre côté de la frontière du département) et Cousso qui ont tous deux des besoins similaires.
"Nous imaginons une structure légère qui puisse faire ce travail d'identification, de montage des dossiers pour le compte de chacun, afin de mutualiser nos efforts et de regrouper nos besoins, développe Bruno Lepoutre, le dirigeant d'Alisaero. Cela nous permet aussi d'être plus cohérent par rapport aux organismes de formation", complète-t-il. Les trois sociétés anticipent déjà la création de 250 emplois d'ici à 2016.

Carole Lembezat

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :