Easyjet a gagné 450 000 euros pour chaque jour de grève d'Air France

 |   |  400  mots
À Toulouse comme ailleurs, Easyjet a tiré profit de la grève des pilotes d'Air France
À Toulouse comme ailleurs, Easyjet a tiré profit de la grève des pilotes d'Air France
Les 14 jours de grève des pilotes d'Air France ont généré pour sa rivale 6,3 millions d'euros de recettes supplémentaires. Easyjet a revu à la hausse ses prévisions de bénéfices annuels.

Alors qu'Air France-KLM va prochainement réviser à la baisse ses objectifs de bénéfices annuels en raison de la grève des pilotes d'Air France, Easyjet augmente les siens. Ce vendredi, la compagnie britannique à bas coûts a revu à la hausse sa prévision de bénéfices pour son exercice fiscal 2014, clos fin septembre, qui seront publiés le 18 novembre. Elle table désormais sur un profit avant impôts de 575 à 580 millions de livres (735-741 millions d'euros) contre 545 à 570 millions de livres estimé en juillet.

Les avions sont pleins

Un niveau désormais supérieur au consensus des analystes qui s'élevait, avant l'annonce d'Easyjet, à 566 millions de livres. La baisse du prix du carburant, des effets de change favorables et un trafic très dynamique au cours de l'été (qui s'est prolongé tout au long du mois de septembre grâce à la grève d'Air France) ont gonflé les bénéfices. La grève de 14 jours à Air France lui a apporté 5 millions de livres de chiffre d'affaires supplémentaire (6,3 millions d'euros). Soit 450.000 euros en moyenne pour chaque jour de grève. En septembre, le coefficient des avions a dépassé les 90%. Malgré une hausse des capacités d'environ 6%, la recette unitaire a progressé selon des analystes.

Une stratégie payante
"La preuve que l'on peut croître en Europe", explique l'un d'eux. Ces résultats traduisent la victoire d'un modèle économique dit hybride entre celui des low-cost et des compagnies classiques. S'adressant notamment à la clientèle affaires grâce à un réseau de vols adapté (choix des lignes, des fréquences de vols et des horaires) et des produits spécifiques pour ce type de passagers (conditions de voyages particulières, choix du siège, circuits spécifiques en aéroports...), cette stratégie fait des ravages auprès des compagnies traditionnelles.

Gros bénéfices en vue pour Ryanair
Suivant à la lettre cette stratégie, Ryanair revient aussi très fort. Dépassée l'an dernier par Easyjet, la compagnie pourrait repasser devant, cette année. Pour certains analystes, en effet, les résultats annuels avant impôts (clos fin mars 2015) de la compagnie irlandaise pourraient dépasser ceux d'Easyjet. En résultat net, Ryanair table sur un bénéfice dans le haut de la fourchette de ses prévisions, entre 620 et 650 millions d'euros.

Fabrice Gliszczynski - La Tribune.fr
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :