Bientôt une usine d'Airbus A320 implantée aux États-Unis ?

 |   |  287  mots
L'usine d'assemblage d'Airbus, Jean-Luc Lagardère
L'usine d'assemblage d'Airbus, Jean-Luc Lagardère
Airbus s'apprêterait à lancer une usine d'assemblage à Mobile, en Alabama, sur les terres de Boeing, croit savoir le New York Times. L'objectif? Concurrencer le constructeur américain sur le marché des monocouloirs. EADS indique que la décision n'est pas encore prise.

EADS sur les terres de son concurrent... Airbus, la filiale du groupe européen serait sur le point d'ouvrir une usine d'assemblage en Alabama à Mobile, la troisième ville de l'État et l'une des "terres" de Boeing. C'est ce qu'affirme ce jeudi le quotidien New York Times qui cite des sources proches du dossier. Il s'agirait pour le constructeur européen d'y faire construire des monocouloirs et de s'étendre ainsi sur ce marché.

Pour cela, Airbus aurait investi plusieurs centaines de millions de dollars afin d'assembler une dizaine d'A320 par an d'une capacité de 150 passagers. En s'installant ainsi de l'autre côté de l'Atlantique, "Airbus fait le pari que les compagnies américaines, qui ont pour beaucoup d'entre elles une flotte vieillissante, seraient incitées à considérer l'A320 comme 'made in America' ", explique le NYT. De quoi concurrencer Boeing dans son pré carré. Aux États-Unis, Airbus ne détiendrait que 20% du marché des monocouloirs. Or, il s'agit de l'un des plus gros sur ce type d'avions.

La décision n'est pas prise
selon EADS

EADS, la maison mère d'Airbus n'a pas tardé à réagir. "Aucune décision finale n'a été prise", a déclaré Tom Enders, président exécutif du groupe européen d'aéronautique et de défense. "Tout ce que vous lisez dans la presse en ce moment à ce sujet est pure spéculation." Mais "nous n'avons jamais caché que notre stratégie était d'accroitre notre implantation industrielle (...) aux États-Unis, qui représentent le plus grand marché au monde pour l'aéronautique et la défense et le resteront pendant de longues années", a rappelé Tom Enders lors d'une intervention à l'Académie diplomatique internationale à Paris.

www.latribune.fr

Photo © Rémi Benoit


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :