Airbus livre son premier A350 XWB à Qatar Airways

 |   |  594  mots
L'A350 de la compagnie Qatar Arways au décollage à Toulouse lundi 22 décembre. © photo Airbus
L'A350 de la compagnie Qatar Arways au décollage à Toulouse lundi 22 décembre. © photo Airbus
Sept années après avoir reçu la commande de la compagnie aérienne Qatar Airways, Airbus a livré ce lundi 22 décembre à Toulouse son premier A350 XWB, un gros porteur de première génération.

Ce lundi 22 décembre est un jour historique pour Airbus. Le constructeur européen vient de livrer son premier A350 XWB à la compagnie Qatar Airways. Initialement prévue le samedi 13 décembre, la cérémonie a été suivie par 150 journalistes au Delivery Centre d'Airbus à Colomiers.

"C'est plus qu'un grand jour pour Airbus, c'est un jour historique, s'est félicité Fabrice Brégier, le président d'Airbus Aircraft. Après l'A300, l'A320, l'A330, l'A340 et l'A380, nous livrons aujourd'hui l'A350 à une compagnie dont les critères de qualité sont très élevés, et dans les temps prévus. Je suis très fier de notre équipe et de notre partenaire Rolls-Royce. Je voudrais également remercié Louis Gallois, qui a su convaincre le directoire à l'époque que l'A350 XWB était le bon modèle et que nous le livrerions à temps malgré nos difficultés."

"L'A350 va marquer la prochaine décennie car il n'y aura pas de nouvel avion développé d'ici là, a souligné Akbar Al Baker, le président de la compagnie aérienne Qatar Airways. Avec Airbus et Rolls-Royce, nous sommes fiers de faire l'histoire. C'est la commande par Qatar Airways de 80 A350 en juin 2007 qui a permis de développer ce programme, conçu main dans la main avec Airbus."

Lors de son discours, le président de la compagnie qatarienne a également eu quelques mots pour Louis Gallois. "Je voudrais le remercier car il y a huit ans, nous avons négocié, frappé du poing sur la table et finalement trouvé un accord gagnant-gagnant pour les deux parties, a rappelé Akbar Al Baker. Je remercie également Didier Evrard, le directeur de programme de l'A350, avec qui j'ai eu quelques désaccords il y a deux jours à cause des exigences de qualité de Qatar Airways, pour avoir, enfin, livré cet appareil."

"Vous êtes un client difficile et exigeant, peut-être un peu trop, a plaisanté Fabrice Brégier à l'attention d'Akbar Al Baker. Mais vous êtes l'un des architectes de l'A350. Sans vos exigences, l'A350 ne serait pas le meilleur avion dans sa catégorie aujourd'hui. À l'avenir, notre travail en sera facilité avec nos autres clients car nous avons déjà réalisé les exigences de la première compagnie aérienne au monde. Nous vous devons beaucoup."

Un succès commercial

"Airbus est de retour", affirmait Louis Gallois en 2006 en annonçant le lancement d'une nouvelle version de l'A350, un programme de 10 milliards d'euros à l'époque, près de 12 milliards aujourd'hui.

Fabriqué à 53 % avec des matériaux composites, l'A350 devrait être moins gourmand en carburant que ses concurrents. "Peu importe le prix du fuel, cela représente 50 % des coûts des compagnies aériennes, a rappelé Kiran Rao, vice-président stratégie et marketing à Airbus, lundi matin, lors de la présentation de l'avion. Il consommera 25 % de carburant de moins que le Boeing 777 actuel."

Certifié en un temps record - moins de 15 mois après le premier vol en juin 2013 -, l'A350 va faire face au défi de montée en cadence de la chaîne de production. "Il va falloir accompagner nos fournisseurs pour accroître les cadences, a annoncé Didier Evrard, le directeur des programme à Airbus. Nous devons faire en 4 ans ce que nous avons fait en 18 ans pour l'A330. L'objectif est de produire 10 avions par mois en 2018."

Avec 778 commandes à la fin novembre, l'A350 est déjà un succès commercial. D'après Airbus, le potentiel de vente est de 2 500 avions, soit 500 milliards de dollars. Une quinzaine d'appareils sera livrée en 2015 à Qatar Airways, Finnair et Vietnam Airlines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :