Nouveau contrat de performance pour Aerospace Valley, quels changements pour les 620 entreprises adhérentes ?

 |   |  476  mots
Le stand Aerospace Valley représente 109 PME de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine sur le Salon du Bourget
Le stand Aerospace Valley représente 109 PME de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine sur le Salon du Bourget
Le pôle de compétitivité mondial Aerospace Valley a profité de la présence du ministre de la Défense au Salon du Bourget pour signer le contrat de performance 2013-2018 et ainsi dévoiler sa nouvelle feuille de route. Au menu : une modification du périmètre des 9 domaines d'activités stratégiques du pôle, et de nouveaux champs de réflexions ouverts, sur la diversification des secteurs d'activité notamment.

Le pôle de compétitivité mondial Aerospace Valley a signé hier, en présence du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, son nouveau contrat de performance 2013-2018 avec l'État et les collectivités territoriales de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine.

Feuille de route à la fois stratégique et technique, ce contrat de performance décrit "tout ce que les entreprises ambitionnent de réaliser dans les trois ans à venir pour répondre aux enjeux dont la filière a besoin", a indiqué un peu plus tôt dans la journée la présidente du pôle Agnès Paillard, en présence des deux présidents de régions Alain Rousset et Martin Malvy. "Cette feuille de route a fait l'objet de plus d'un an de préparation et d'un large consensus, complète André Benhamou, le vice-président d'Aerospace Valley. Elle dicte les opérations du pôle, qui devra se coordonner avec l'IRT AESE (institut de recherche technologique aéronautique, espace et systèmes embarqués, NDLR) récemment lancé, ainsi qu'avec les initiatives autour des Idex (initiatives d'excellence, NDLR." Une coordination qui doit donc inclure l'ensemble de la R&D sur le territoire.

"Produire, innover et diversifier". Ce sont, selon Agnès Paillard, les trois axes principaux autour desquels la nouvelle feuille de route est organisée. "Le pôle a pour objectif de soutenir les entreprises dans leur croissance et leurs besoins en ressources", ajoute-t-elle. Conforter la place du pôle dans les domaines aéronautique et spatial, et renforcer sa position d'excellence dans les systèmes embarqués font partie des objectifs liés aux marchés inscrits dans la feuille de route.

Diversification
Aussi, l'une des transformations qu'apporte ce nouveau contrat de performance concerne les domaines d'activités stratégiques (DAS). "Nous les avons totalement réorganisés", dévoile Agnès Paillard. Au total 60 responsables issus de l'industrie, de la formation et de la recherche animent les 9 DAS que sont les matériaux et procédés, l'énergie et les systèmes électromécaniques, la sécurité et la sûreté du transport aérien, la navigation, le positionnement les télécommunications et l'observation de leurs applications, les systèmes électroniques et logiciels, l'interface Homme-système, le génie maintenance et le maintien en condition opérationnelle et enfin, deux nouveaux thèmes : l'intégration des systèmes complexes et l'usine du futur.

Enfin, la diversification fait également partie des pistes de réflexion du pôle, qui compte 620 entreprises adhérentes. "Nos technologies sont capables de trouver preneurs dans d'autres domaines, assure Agnès paillard, il y a déjà des exemples dans l'agroalimentaire".

A noter, le coût total des projets financés s'élevait début 2013 à 842 millions d'euros dont 484 millions par des fonds privés.

Carole Lembezat

©photo EDR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :