Toulouse Métropole bascule à droite, quel calendrier pour la communauté urbaine ?

 |   |  694  mots
L'élection des conseillers communautaires au suffrage universel survenue dimanche donne un nouveau visage à la communauté urbaine de Toulouse Métropole. Sur 123 membres, 71 affichent des convictions de droite contre 59 pour la gauche.


Les élections du mois de mars auront marqué une grande nouveauté : la désignation pour la première fois des conseillers communautaires au suffrage universel direct, conformément à la loi du 17 mai 2013. Auparavant, ils étaient nommés parmi les conseillers municipaux, et c'est pour renforcer leur légitimité démocratique que le législateur a mis en place leur élection plutôt que leur nomination. Les élections du mois de mars ont pour conséquence le basculement de la majorité, de la gauche vers la droite, au sein de Toulouse Métropole. Explications.

123 conseillers communautaires dont 71 à droite

En Haute-Garonne, la communauté urbaine Toulouse Métropole regroupe Toulouse et 36 autres communes dont Blagnac, Balma, Tournefeuille et Colomiers. La liste complète est disponible sur le site de la communauté. La répartition des postes de conseillers communautaires se fait en fonction de la population de la collectivité représentée et proportionnellement aux suffrages exprimés (cf notre article de lundi 31 mars). Si l'on tient compte des résultats des élections des 23 et 30 mars, les 123 postes au sein du conseil de Toulouse Métropole représentant les 37 communes de la communauté urbaine seront pourvus de la façon suivante :

- Toulouse sera représentée par 51 conseillers issus de la liste de Jean-Luc Moudenc et 16 conseillers issus de la liste de Pierre Cohen;

- Colomiers sera représentée par 8 conseillers dont 6 de la liste de Karine Traval-Michelet, les deux autres étant Damien Laborde et Patrick Jimena, les leaders de l'opposition;

- Tournefeuille sera représentée par 6 conseillers dont 5 de la liste de Claude Raynal, le 6e est Patrick Bessel;

- Blagnac sera représentée par 5 conseillers dont 4 de la liste de Bernard Keller mais aussi Bernard Loumagne, qui s'était présenté contre lui et a été élu conseiller communautaire d'opposition;

- Balma sera représenté par 3 conseillers dont le nouveau maire Vincent Terrail-Novès et l'ancien maire, élu conseiller communautaire d'opposition, Alain Fillola;

- Cugnaux sera également représentée par trois conseillers, Alain Chaleon et Pascale Laborde, et Philippe Guérin désormais dans l"opposition;

- L'Union sera représentée par son nouveau maire Marc Péré, Brigitte Bec sa numéro 2, et Nadine Maurin pour l'opposition;

- Les communes d'Aucamville, Aussonne, Castelginest, Cornebarrieu, Launaguet, Pibrac, Saint-Jean, Saint-Orens-de-Gameville et Villeneuve-Tolosane sont chacune représentées par deux conseillers communautaires;

- Enfin le reste des communes, plus petites, seront chacune représentées par 1 conseiller.

Au total, 71 conseillers communautaires affichent une tendance politique de droite (issus d'une liste union de la droite ou de divers droite), 59 affichent une tendance à gauche (liste socialiste, liste divers gauche et liste d'union de gauche), un s'est présenté sur une liste divers (LDIV) et deux sont élus sans avoir déclaré de tendance dans des communes de moins de 1.000 habitants. Une majorité de conseillers communautaires siégeant au sein de Toulouse Métropole seront donc de droite, contrairement à la situation d'avant élections.

Première assemblée le 17 avril

Pour rappel, la communauté urbaine exerce les compétences qui lui sont transférées en lieu et place des communes membres. Certaines des compétences sont obligatoires : aménagement et développement économique, social et culturel de l'espace communautaire ; équilibre social de l'habitat ; politique de la ville ; protection et mise en valeur de l'environnement ; politique du cadre de vie ; gestion des services d'intérêt collectif. D'autres sont transférées sur décision des conseils municipaux.

En pratique, la première réunion constitutive du nouveau conseil communautaire aura lieu le 17 avril prochain et Jean-Luc Moudenc sera candidat à la présidence de la communauté urbaine, confirme-t-on dans l'entourage du nouveau maire de Toulouse. Il devrait donc a priori prendre la suite de Pierre Cohen, au vu de la majorité dont il va bénéficier. Interrogé le 27 mars dernier sur sa façon de voir son rôle au sein de Toulouse Métropole, il assurait : "Toulouse représente 60 % de la population de l'agglo, mais elle ne doit pas écraser les autres communes. Nous rechercherons systématiquement le consensus, là où, aujourd'hui, c'est le Parti socialiste qui décide".

Adeline Raynal

© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :