Barrage de Sivens : l'élu EE-LV Guillaume Cros, molesté par la police, demande l'intervention de la ministre

 |   |  759  mots
Guillaume Cros, président du groupe EELV au conseil régional. © photo Rémi Benoit
Guillaume Cros, président du groupe EELV au conseil régional. © photo Rémi Benoit
Le conseil général du Tarn a été envahi, ce matin, par des opposants au projet du barrage de Sivens. Ceux-ci ont demandé un moratoire au président du Conseil général, Thierry Carcenac, porteur du projet. L'intervention des gendarmes et de la brigade anti-criminalité s'est conclu par une évacuation musclée des manifestants. Au cours de celle-ci, Guillaume Cros, président du groupe EE-LV au conseil régional, a été "molesté, insulté et expulsé par les forces de l'ordre". L'élu raconte les faits.

Le dossier du barrage de Sivens continue de faire polémique. Les tensions entre opposants au projet du barrage de Sivens et forces de l'ordre ont pris une nouvelle ampleur depuis le début de la semaine. Ce matin, des manifestants installés dans les arbres de la zone du Testet ont été délogés. Dans le même temps, d'autres opposants pénétraient dans le conseil général du Tarn avant d'en être expulsés par la police et la B.A.C. Guillaume Cros, président du groupe EE-LV au conseil régional, était présent sur place. Lui aussi a été évacué par la force. Témoignage.

Que s'est-il passé aujourd'hui au Conseil général du Tarn exactement ?

Je suis arrivé au Conseil général du Tarn (à Albi, NDLR) ce matin vers 10h15. Il y avait des personnes assises devant le bureau de Thierry Carcenac. Des inscriptions avaient été écrites sur les murs et les manifestants criaient "Moratoire !" Peu après que je sois arrivé, la police et la B.A.C. ont commencé à intervenir. J'ai essayé de temporiser et d'apaiser les esprits en utilisant ma position d'élu. J'ai alors été insulté, saisi par les jambes et emmené hors des lieux. Tous les manifestants ont ensuite été expulsés.

Pensez-vous que cette intervention ait été commandée par une décision politique ?

De telles actions, comme celles qui ont lieu depuis lundi à l'intérieur de la zone du Testet, ne peuvent avoir été conduite sans que quelqu'un les ait décidées.

Envisagez-vous de porter plainte ?

Je vais voir. Certains me le conseillent. Ce qui me gêne, c'est que l'on sent une forme de criminalisation de l'action politique, avec de l'intimidation. C'était la première fois que je me faisais insulter par un policier. Humainement, c'est quelque chose de dur.

Que reprochez-vous à Thierry Carcenac ?

Nous sommes exaspérés par les décisions de Thierry Carcenac. La ministre de l'Écologie lui a tendu une perche qu'il a choisi de ne pas saisir (Ségolène Royal a demandé, dimanche 7 septembre, à Thierry Carcenac de vérifier "que les conditions que le ministère met sur les retenues de substitution soient remplies" NDLR). Il pourrait prendre la décision d'un moratoire sans pour autant perdre la face. Cet acharnement ne s'explique pas, c'est incompréhensible et cela devient de l'irresponsabilité politique. Thierry Carcenac va être comptable de ce qu'il va se passer.

Qu'attendez-vous de Ségolène Royal ?

Il faut que Madame Royal dise clairement les choses. Elle a envoyé deux inspecteurs sur place, censés permettre de rétablir un climat serein. Mais le dialogue ne peut être instauré tant que les machines sont encore sur place. De plus, il y a une radicalisation qui se fait des deux côtés. On risque une montée de la violence. Je suis déjà surpris qu'il n'y ait pas eus de blessés graves.

En savoir plus :

Thierry Carcenac n'a pas donné suite à notre demande d'interview mais s'est exprimé via un communiqué : "Le Conseil général du Tarn a été la scène d'une rare violence ce matin, vers 10h30. Une quarantaine d'opposants à la retenue de Sivens ont en effet pris d'assaut les lieux, par la force, détruisant tout ce qui était à leur portée, et s'en prenant avec une rare brutalité au personnel du Conseil général présent sur les lieux. Des agressions multiples se sont produites tant sur les biens que sur les personnes sans que les appels au calme et au dialogue n'aient eu un quelconque effet, rendant nécessaire l'intervention des forces de l'ordre pour les obliger à quitter les lieux. Le personnel présent, particulièrement choqué, a assisté à des scènes de vandalisme perpétrées par certains opposants se revendiquant comme anarchistes. Il est inadmissible dans un État de Droit que l'on s'oppose avec une telle violence et de tels actes à des décisions prises dans un cadre légal, respectueuses des règles démocratiques existantes dans notre pays. Bien évidemment, la collectivité départementale portera plainte contre les auteurs de ces actes inqualifiables. J'en appelle une nouvelle fois à la responsabilité des représentants de ces mouvements de contestation, afin que cessent ces comportements intolérables et dangereux, ainsi que les discours de contre-vérités sur ce projet. Il est inacceptable de vouloir imposer ses idées par le chantage, les menaces et la violence. Le respect du Droit en démocratie est la règle."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :