Municipales 2014, Saint-Orens de Gameville restera-t-elle communiste ?

 |   |  775  mots
Christian Sempé (à gauche) et Dominique Faure (à droite)
Christian Sempé (à gauche) et Dominique Faure (à droite)
À Saint-Orens de Gameville, le maire sera élu le 23 mars. Dans cette commune de plus de 11.000 habitants, au sud-est de Toulouse, il n'y aura qu'un seul tour aux élections municipales. Seulement deux candidats se présentent, contre trois en 2008. Christian Sempé, maire communiste de la ville depuis 13 ans, est opposé à Dominique Faure. Tous les deux revendiquent une liste de "large rassemblement".

Élu maire de Saint-Orens en 2001 et 2008, Christian Sempé se présente pour un troisième mandat, "avec une liste d'ouverture et de large rassemblement", précise-t-il. Sous le nom "Agir ensemble pour Saint-Orens", "elle regroupe tous les partis de gauche : le parti communiste, dont je fais partie, le parti socialiste, le PRG, EELV, le MRC. Mais aussi des centristes. En 2008, ils étaient en 2e ou 3e position sur la liste opposée. Aujourd'hui, ils m'ont rejoint. Ils ont fait le choix des valeurs", rapporte l'élu. Et d'ajouter : "En face, vous avez une liste UMP-UDI qui fait semblant d'être sans étiquette."

En face, justement, la tête de liste "Union et avenir" Dominique Faure proteste : "Ma liste est sans étiquette, soutenue par le Modem, l'UDI et l'UMP, et avec plusieurs sympathisants de gauche." Candidate aux élections législatives en 2012 dans la 10e circonscription de Haute-Garonne face au socialiste Kader Arif, Dominique Faure se présente pour la première fois aux élections municipales. "J'ai été sollicitée par le chef de file de l'opposition municipale actuelle et par le président de l'association "Changeons Saint-Orens", pour conduire une liste d'union et de large rassemblement, raconte-t-elle. J'habite à Saint-Orens depuis deux ans. Je suis très attachée à cette ville magnifique que je connais depuis 20 ans. J'ai envie de servir la commune", justifie-t-elle. Selon la candidate, "l'équipe actuelle s'est éloignée de cette mission. La commune a un énorme potentiel mais est confrontée à son immobilisme dans tous les domaines. Tous les engagements du maire sortant, de 2001 et de 2008, n'ont pas été tenus, affirme-t-elle. Il n'a pas créé un cœur de ville, il n'a pas non plus fluidifié le trafic."

Réaménagement, remodelage et urbanisation
On retrouve ces deux promesses dans le programme de Dominique Faure. "En ce qui concerne la circulation, nous allons interdire le passage des plus de 3,5 tonnes à certaines heures, par arrêté municipal. Nous aménagerons la route de Revel, la RD2, avec des voies de bus et des pistes cyclables. Le but est de créer une vraie rue, que cette départementale ne soit plus traversée à vive allure, développe-t-elle. Nous construirons une halle, où se déroulera le marché, pour créer un cœur de ville. Nous portons aussi le projet de deux gymnases." Des promesses "irréalisables" selon Christian Sempé. "Cela coûterait des dizaines de millions d'euros, estime le communiste. Saint-Orens n'est pas en capacité de faire plein d'équipements." On notera que, dans son programme, Christian Sempé reconnaît que le centre "manque d'agrément, de convivialité et d'espace". Il prévoit de "remodeler ce centre autour de la place Henri Puis".

Les deux candidats s'opposent surtout sur l'urbanisme. Christian Sempé prévoit de construire de nouveaux logements à l'Orée du bois, vers Revel. "Nous avons un plan pour relier ce quartier au centre-ville", indique-t-il. "Ce projet est trop dense, estime de son côté Dominique Faure. Nous ne pouvons pas augmenter la densification urbaine alors que nous ne disposons pas des infrastructures de transports. Le maire sortant prévoit plus de 1.900 logements. C'est beaucoup trop ! Il faut accueillir, certes, mais pas dans ces proportions."

La démocratie participative renforcée
En revanche, les deux candidats se rejoignent sur la démocratie de proximité. "Nous créerons 11 délégués de quartiers, envisage Dominique Faure. Leur mission sera de faire remonter tout ce qui dysfonctionne dans les quartiers." Quant au maire sortant, il affirme que "l'écoute, l'information et l'incitation à la participation sont au cœur de l'ensemble de notre projet. Nous créerons un comité local de concertation. Il sera composé de citoyens et d'élus et sera consulté sur les principaux sujets de l'action municipale." Le communiste s'engage également à constituer de nouvelles commissions extramunicipales.

Autre point de convergence entre les programmes des candidats : les impôts. Christian Sempé et Dominique Faure promettent tous les deux de ne pas augmenter les taux communaux.

À neuf jours du 1er tour du scrutin, comment se sentent-ils ? "Confiante mais prudente, répond Dominique Faure. On sent un véritable élan, on fait du porte-à-porte tous les jours." Christian Sempé, lui, se dit serein. "Je fais confiance au suffrage universel", déclare le maire sortant, qui défend son bilan : "J'ai remis la ville dans le sens de la marche, j'ai rompu avec le désenclavement, insiste-t-il. À mon arrivée, il n'y avait qu'une ligne de bus. Aujourd'hui, il y en a 4. Je travaille pour que Saint-Orens compte dans la communauté urbaine, pour qu'elle ne soit pas isolée", conclut le maire sortant, par ailleurs vice-président de Toulouse Métropole.

Marie Vivent
© photos DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :