Municipales à Toulouse, le panorama des idées surprises de la campagne

 |   |  639  mots
Le SkyTran proposé par Jean-Pierre Plancade
Le SkyTran proposé par Jean-Pierre Plancade
Dans 4 jours aura lieu le premier tour des élections municipales. Durant la campagne, les 10 listes concurrentes ont tout fait pour exister dans le débat politique et interpeller les Toulousains, avec parfois comme argument de choc, l'originalité. Du SkyTran de Jean-Pierre Plancade aux 10.000 jardins partagés d'Élisabeth Belaubre, retour sur ces propositions qui ont marqué les esprits et qui bouleverseront, peut-être, le visage de la ville...

C'était annoncé : en 2014, le thème des transports devait être au cœur de la grande lutte pour le Capitole. L'enjeu étant d'améliorer le trafic urbain et de préparer la ville aux problématiques du futur. Ce n'est donc pas un hasard si des idées futuristes se sont glissées dans les programmes transport des candidats.

Jean-Pierre Plancade (PRG) est sans conteste celui qui a fait couler le plus d'encre avec son projet de "SkyTran". Pour en finir avec les bouchons de la rocade, le sénateur de la Haute-Garonne imagine un réseau de rails aérien où circuleraient à grande vitesse des navettes de deux ou quatre places. Un dispositif conçu par un centre de recherche de la Nasa. "Nous pourrions être les premiers à le construire, assure Jean-Pierre Plancade. Nous en avons le savoir-faire. Je veux dire au monde entier : ici, nous savons faire ça."

L'innovation comme mot d'ordre dans les transports
Toujours dans les airs : le "tram aérien" proposé par Christine de Veyrac, candidate sans étiquette, ex UDI. Fonctionnant à la manière d'un téléphérique, le trajet envisagé relierait le pont des Demoiselles à la ligne T1.

Pour répondre à la même problématique, Jean-Luc Moudenc (UMP) souhaite la construction d'une deuxième rocade. Ce qui lui a valu d'être classé par le Monde parmi les "pires projets de transports" des différentes villes pour ces municipales. L'ancien maire de Toulouse a également surpris avec ses propositions de Scoot'lib (scooters électriques en libre-service) et de ligne de bus circulant sur la bande d'arrêt d'urgence du périphérique.

Du côté de Pierre Cohen, maire sortant et candidat PS, la proposition du "Bureau des temps". Derrière ce titre mystérieux se cache un organisme "pour ouvrir la réflexion avec les grands employeurs sur la complémentarité des temps du travail et du transport". Quant à Jean-Christophe Sellin (Front de Gauche), il promet d'instaurer la gratuité des transports en cas d'élection.

Améliorer l'environnement et la consommation

Ajouter de la verdure à la ville, c'est le cheval de bataille d'Élisabeth Belaubre, soutenue par le Rassemblement Citoyen. Le projet de la candidate est de créer 10.000 jardins partagés ou familiaux dans Toulouse. Ce qui équivaudrait à multiplier leur nombre par plus de 10. "La régie agricole de Toulouse possède 100 hectares de terres en entretien, sous la forme de toutes petites parcelles disséminées dans toute la ville", explique Elisabeth Belaubre, qui souhaite donc les récupérer. Pierre Cohen de son côté, en propose 8.

Jean-Luc Moudenc a pour sa part annoncé un projet de "mail vert" recouvrant les voies SNCF entre le pont Bayard et le pont des Demoiselles. Ce toit de verdure d'un peu plus d'un kilomètre "aurait le mérite d'embellir la ville" et serait accessible aux piétons et cyclistes.

Antoine Maurice et Michèle Bleuse, co-têtes de liste d'Europe Écologie - Les Verts, aimeraient faciliter "l'accès à une nourriture biologique de qualité et produite localement pour tous". Pour ce faire, ils prévoient d'instaurer dans les différents quartiers des "Maisons du Mieux Manger". Il s'agirait de lieux de distribution de paniers Amap et comprenant des jardins partagés. Y seraient organisés des ateliers de cuisine ou encore des réflexions sur le mieux manger.

Enfin, parmi les propositions surprises, celle de Christine De Veyrac, qui aimerait déménager le salon de l'Aéronautique et de l'Espace du Bourget... à Toulouse.

À noter que les propositions saugrenues des candidats toulousains sont encore bien loin de celles qui ont animé les campagnes à Dijon ou Amiens. Il a notamment été question de déplacer la tour Eiffel dans le chef-lieu de la Bourgogne et d'installer un tire-fesse dans le centre ville amiénois !

Adrien Serrière
© photo Image courtesy / www.skytran.us

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :