Municipales à Labège : l'ancien maire Claude Ducert va-t-il récupérer son siège ?

La bataille s'annonce rude pour la mairie à Labège. Après un mandat, le socialiste Christian Lavigne passe la main à sa première adjointe, Françoise Lapeyre. En face d'elle : un novice en politique, Gabriel Bouissou, mais aussi Claude Ducert, qui n'est autre que l'ancien maire de la commune de 4.000 habitants et le vice-président du Sicoval.

7 mn

Françoise Lapeyre, Claude Ducert et Jean-Paul Beyssen, Gabriel Bouissou
Françoise Lapeyre, Claude Ducert et Jean-Paul Beyssen, Gabriel Bouissou


Il y a six ans, il avait décidé de ne pas se représenter pour un nouveau mandat. Claude Ducert, maire de Labège de 1971 à 2008, avait passé le relais à Christian Lavigne. Il était toutefois sur la liste du socialiste, et siège d'ailleurs comme conseiller municipal. Aujourd'hui, Claude Ducert se désolidarise de l'équipe sortante et se porte à nouveau candidat à la mairie de Labège, à presque 80 ans. "Je n'assume pas totalement le bilan du dernier mandat. Les équipements ont coûté trop cher", explique le vice-président du Sicoval, en charge de l'aménagement de l'espace et du PLH. Et d'ajouter : "J'ai décidé de partir en tandem avec Jean-Paul Beyssen, qui voulait bien devenir maire à condition d'avoir un tuteur pendant deux ans. Je serai donc maire pendant deux ans, et lui sera maire adjoint. Puis je démissionnerai pour lui laisser la place. Je deviendrai alors conseiller municipal", se projette Claude Ducert. Âgé de 40 ans, Jean-Paul Beyssen est un ancien joueur de rugby, pilier gauche formé au Stade Toulousain, qui a ensuite évolué à Colomiers. Il est aujourd'hui directeur du centre de formation Cepfor, à Labège.

Décrite par Claude Ducert comme "citoyenne avec des valeurs de gauche", leur liste s'intitule "Labège, village d'avenir". "Nous voulons conserver l'esprit de village à Labège, contrairement à l'équipe socialiste qui veut une densification urbaine intense autour de l'arrivée du métro", justifie le candidat. Toutefois, il se presse d'ajouter : "Nous ne sommes pas contre l'innovation, nous ne souhaitons pas bloquer toute la construction autour du terminus du métro. Nous y construirons un nouveau quartier résidentiel. Il sera réalisé par étapes, la première tranche pourrait être livrée à l'arrivée du métro en 2019. Nous sommes tournés vers l'avenir. Je suis le concepteur et le pilote de l'Innopole", tient-il à souligner.

Nouvelle salle des fêtes ou nouvelle mairie ?
La liste "Labège, village d'avenir" s'oppose aussi à celle conduite par la socialiste Françoise Lapeyre sur la question des équipements. "Les socialistes veulent construire une nouvelle mairie, pour laquelle un budget de 5 M€ a été prévu. C'est un investissement de prestige", juge Claude Ducert, qui préfère une réorientation de ce budget vers une nouvelle salle des fêtes. "Nous ferons des investissements au service des habitants, explique le candidat. Nous procéderons aussi à l'extension du complexe sportif du village."

"Nous avons organisé un vote. Les Labégeois avaient le choix entre une nouvelle mairie ou une nouvelle salle des fêtes. Ils ont voté pour la mairie", répond Françoise Lapeyre. Actuellement 1re adjointe au maire en charge du personnel et de l'urbanisme, cette mère de trois enfants conduit la liste "Labège naturellement solidaire". "J'aurais pu me présenter en 2008 comme tête de liste, mais je ne me sentais pas prête, se souvient-elle. Aujourd'hui, je le suis, je me suis formée en tant que 1re adjointe. Mon équipe était composée dès le mois de septembre." Une équipe "avec de l'expérience", selon Françoise Lapeyre. "Quinze colistiers font partie de l'équipe sortante. Les autres sont issus de la société civile", décrit la socialiste, soutenue par le maire sortant Christian Lavigne et le président du Conseil général Pierre Izard.

Son programme, "c'est le prolongement du mandat qui vient de s'écouler", résume-t-elle. "Nous avons deux projets phares. Tout d'abord, nous créerons un écoquartier au terminus du métro, avec des services publics, de proximité, et une activité tertiaire. Il sera intégré à la cité", s'engage Françoise Lapeyre. Interrogée sur le nombre de logements à réaliser, la candidate indique qu' "il n'est pas encore fixé, mais on devrait en construire 70 par an, en accord avec le plan local de l'habitat". Autre projet phare, toujours dans le volet "urbanisme" : le réaménagement du quartier de l'Autan. "Nous créerons un espace apaisé où pourront se croiser sereinement voitures, bus, vélos et piétons, écrit la socialiste dans son programme. Nous renforcerons la vitalité du quartier de l'Autan par la création d'une nouvelle place bordée par la mairie, une halle, en encourageant l'installation d'artisans, de commerçants et de services de proximité."

Consultation et transparence
Françoise Lapeyre insiste également sur la consultation des Labégeois. "Labège, c'est l'affaire de tous, affirme-t-elle. Sur le mandat précédent, nous avons commencé à intégrer la population à notre réflexion. C'est très constructif. Nous allons donc poursuivre cette démarche participative." Dans son programme, la candidate énonce plusieurs engagements dans ce domaine : "Nous nommerons un adjoint au maire en charge de la qualité des relations entre les usagers et le service public tant sur le plan des compétences communales qu'intercommunales. Nous organiserons un rendez-vous annuel avec les habitants pour faire le point sur l'avancée du projet municipal. Nous mettrons en ligne, sur le site internet de la mairie, l'ensemble des documents du conseil municipal pour assurer une transparence des délibérations et actions de la municipalité."

Pour Gabriel Bouissou, tête de liste "Labège autrement", "il n'y a eu aucune concertation lors du dernier mandat." Habitant de Labège depuis sa naissance, il y a 60 ans, il se présente pour la première fois aux élections municipales, à la tête d' "un mouvement citoyen, apparenté à aucun parti". "Ce sont les mêmes personnes qui sont au pouvoir depuis 43 ans. Et leur bilan, c'est le vide", déplore-t-il. Et d'ajouter : "Nous nous différencions des autres candidats, car nous prônons une politique très locale." Dans son programme, il met d'abord en avant la consultation des habitants et la transparence : "Dans notre commune de Labège, où l'on est proche les uns des autres, chacun doit être informé, consulté, écouté, respecté. La municipalité doit être en mesure d'expliquer ses décisions. Pour agir efficacement, il faut un maire et une équipe qui proposent, qui travaillent avec opiniâtreté, qui incitent et accompagnent les évolutions. Il est nécessaire d'avoir des commissions, des groupes de travail et des comités consultatifs qui élargissent le cercle de la réflexion à tous les citoyens."

Le financement du métro en question
Autre point de divergence avec les autres têtes de liste, selon Gabriel Bouissou : "Leur programme se concentre sur le métro. Nous, nous voulons un cœur de ville avec plus de commerces de proximité. Nous allons refaire le centre-ville, envisage-t-il. Nous réaliserons une halle de 1.500 m2 couverte et polyvalente, avec une salle des fêtes, un marché couvert et des commerces, une école de musique et des parkings en sous-sol." En ce qui concerne l'arrivée du métro à Labège, le candidat considère qu' "il faut revoir le financement du métro. Pour l'instant, Labège est la seule ville qui va payer. Nous sommes prêts à financer le métro mais uniquement si les autres villes participent", affirme-t-il.

L'échéance électorale approche. Alors comment se sentent les trois candidats labégeois ? "Je suis confiante car mon équipe est légitime, répond Françoise Lapeyre. Je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas. Nous sommes soudés, nous avons un très bon bilan et nous avons de l'expérience. En face, Claude Ducert en a, mais pas son équipe." L'ancien maire de Labège, lui, ne se risque pas à faire un pronostic : "J'attends le verdict des électeurs. J'ai fait beaucoup d'élections, je sais que ce n'est jamais gagné d'avance." Quant à un accord avec la liste de Françoise Lapeyre au second tour, "ce n'est pas totalement exclu, annonce Claude Ducert, mais ce sera sur la base de notre programme". En revanche, pour Gabriel Bouissou, "il n'y aura aucune alliance avec qui que ce soit, car nous n'avons pas les mêmes projets." Le candidat indépendant se dit "très confiant" : "On espère faire plus de 50 %".

Marie Vivent
© photos DR

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.