Municipales à Toulouse : Jean-Luc Moudenc dévoile son projet économique

 |   |  1577  mots
Jean-Luc Moudenc a présenté ses projets au service de l'emploi.
Jean-Luc Moudenc a présenté ses projets "au service de l'emploi".
Le candidat UMP-UDI-Modem à la mairie de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, et ses colistiers ont présenté ce lundi 3 mars les volets "économie", "international" et "tourisme" de leur programme. "Trois thèmes pour renforcer l'attractivité de Toulouse au service de l'emploi", résume l'ancien maire de la Ville rose.

Jean-Luc Moudenc continue de dévoiler son programme partie par partie. Ce lundi 3 mars, lors de son avant-dernière conférence de presse programmatique, le candidat UMP-UDI-Modem à la mairie de Toulouse a abordé les volets économie, international et tourisme. Trois volets présentés aujourd'hui car ils ont un même objectif : "renforcer l'attractivité de Toulouse au service de l'emploi", explique Jean-Luc Moudenc.

En ce qui concerne le projet "économie", le candidat, député UMP de Haute-Garonne, insiste : "Nous n'avons pas défini un nombre d'emplois à créer durant le mandat car nous ne sommes par dirigistes. Nous ne croyons pas en l'efficacité d'une politique dirigiste, contrairement à la municipalité sortante. On ne peut pas se reposer sur la politique d'emplois aidés. La collectivité doit faire confiance aux entreprises et aux entrepreneurs pour encourager une activité pérenne. Elle doit être leur partenaire et avoir une fonction facilitatrice."

Ainsi, "nous adopterons une stratégie offensive de développement économique et industriel", s'engage Jean-Luc Moudenc. "Nous créerons un centre d'affaires de niveau européen dans le quartier Matabiau à l'occasion de l'arrivée du TGV. De plus, l'emploi passe par la compétitivité du territoire. Or, Toulouse Métropole est la communauté urbaine de France où le niveau moyen de la cotisation foncière des entreprises par entreprise est la plus élevée, environ 2.000 €, ex-æquo avec Lille." Son colistier François Chollet complète : "Si l'on étudie la CFE par rapport au nombre d'habitant, à Toulouse, elle est la plus élevée de France : 188 € par habitant contre 143 € à Lyon par exemple." "Nous réviserons donc les niveaux de la CFE, prévoit l'ancien maire de Toulouse. Ces taux pénalisent surtout les petits entrepreneurs."

Soutenir la création de start-up
Afin de booster l'attractivité économique de Toulouse, Jean-Luc Moudenc et son équipe envisagent également de renforcer et accompagner le développement des PME et TPE : "Nous créerons une banque publique d'investissement, en regroupant les incubateurs et autres structures d'aide aux entreprises sur la métropole, dotée d'un fonds de quelques millions d'euros, pour aider les start-up à démarrer. Nous proposerons la création d'un guichet unique (collectivités, banque publique d'investissement locale) pour accompagner les entreprises. Nous créerons de nouvelles pépinières d'entreprises. À l'échelle locale, nous agirons pour générer un véritable choc d'accélération des démarches administratives."

Jean-Luc Moudenc prône la diversification de l'économie locale. "Nous devons nous conforter là où nous sommes les plus forts, à savoir l'aéronautique et l'espace, détaille le candidat. Mais nous devons aussi œuvrer à la diversification. Par exemple, dans les secteurs de la santé, l'environnement, la chimie, le tourisme ou le numérique." Et Jean-Luc Moudenc d'ajouter : "nous prendrons le cap du développement économique numérique. Nous ferons du numérique un levier de croissance fort pour notre métropole." Son colistier Bertrand Serp, par ailleurs chef d'entreprise, détaille : "Nous développerons les clusters numériques, en créant une synergie entre écoles, recherche et entreprises. Nous proposerons la création d'une zone franche pour start-up (avances et aides financières au développement avec remboursement différés) avec un "guichet unique start-up" pour favoriser l'émergence des TPE innovantes."

Le renforcement de l'économie passe aussi par le soutien aux commerces de proximité. "Le nombre de commerces indépendants est en baisse, déplore Jean-Jacques Bolzan (n°5 de la liste). Pourtant, ils sont le premier lien social dans une ville. Nous voulons les dynamiser en centre-ville, en les rendant accessibles (lire notre article sur le volet transports du programme de Jean-Luc Moudenc, NDLR). Nous mettrons en place des services de portage en partenariat avec la CCIT, les commerçants et des professionnels de livraison." L'équipe de Jean-Luc Moudenc prévoit également de supprimer le marché à Arnaud Bernard le dimanche, "mal géré " selon Jean-Jacques Bolzan, qui le qualifie de "marché de voyous".

Aider les jeunes en difficulté

Enfin, pour Jean-Luc Moudenc et ses colistiers, le développement de l'économie se fait grâce à l'économie sociale et solidaire. "Nous favoriserons le retour à l'emploi dans les zones urbaines sensibles (ZUS), affirme Nicole Miquel-Belaud. Dans ces zones, les jeunes se sentent laissés de côté. Nous devons les aider à s'insérer sur le marché du travail." L'équipe de l'ancien maire de Toulouse prévoit donc de "créer un forum spécifique aux jeunes demandeurs d'emploi dans les quartiers difficiles et un guichet unique", de "promouvoir, soutenir et accompagner la création d'entreprises dans ces ZUS", d'"inciter les entreprises à aller vers les ZUS pour recruter", ou encore de "mettre en place un "club des tuteurs", constitué de cadres et chefs d'entreprise en activité ou à la retraite, qui pourrait aider et encadrer des projets de création d'entreprise portés par des jeunes des ZUS".

Lors de la conférence de presse, Jean-Luc Moudenc et ses colistiers ont également abordé les volets "international" et "tourisme" de leur programme. "Le caractère international de Toulouse la rend unique en France, en Europe et dans le monde, insistent-ils. Beaucoup d'emplois toulousains en dépendent !" "Nous dynamiserons les échanges associatifs, économiques, culturels et touristiques avec l'Europe et le reste du monde", s'engage Jean-Luc Moudenc. En développant, par exemple, une culture de réseau. "Les Toulousains vont travailler à l'étranger, explique Marie-Hélène Mayeux-Bouchard. Nous devons les soutenir et mettre en place un réseau avec cette diaspora toulousaine, au profit des étudiants, chercheurs, entreprises, acteurs de la culture et des loisirs. Ce qui pourra aussi permettre le retours des "cerveaux toulousains" dans de bonnes conditions."

Enfin, le dernier volet du programme présenté aujourd'hui par Jean-Luc Moudenc concerne le tourisme. "Notre ambition est de développer l'attractivité touristique de Toulouse, en complément du tourisme d'affaires", résume le président de l'UMP 31. Sa colistière Sylvie Rouillon-Valdiguié développe : "Notre ambition, c'est aussi que Toulouse "mette en tourisme" son patrimoine pour développer son attractivité. Tous les aspects du patrimoine doivent être valorisés : patrimoine industriel, de mémoire, patrimoine gastronomique et patrimoine sportif. Nous créerons par exemple une compétition aquatique sur le Canal du midi, ainsi qu'un parc de loisirs sur l'Île du Ramier." Enfin, Jean-Luc Moudenc souhaite une destination "accessible à tous". "Nous voulons obtenir le label "Tourisme et Handicap", précise Sylvie Rouillon-Valdiguié. Et nous développerons les moyens nécessaires à cette ambition touristique."

Marie Vivent
© photo Rémi Benoit

Parmi les autres projets de Jean-Luc Moudenc pour l'économie :
"Nous créerons un label de visibilité internationale à l'image d'ONLYLYON. L'organisation de la promotion et du marketing seront constamment mises à niveau pour être en phase avec notre ambition européenne."
"Nous créerons un groupe de "conseil-seniors experts" (anciens dirigeants, experts, collège de sages)."
"Nous ferons de Toulouse la capitale du savoir. Nous dynamiserons l'économie de la connaissance par la participation de la collectivité aux projets renforçant l'enseignement supérieur. Nous créerons des clusters thématiques et renforcerons ceux qui préexistent, en créant une véritable synergie entre écoles, centres de recherche et entreprises."
"Nous favoriserons l'économie locale par la commande publique. Nous mettrons en place un "Small Business Act" à la toulousaine pour réserver une part des marchés publics aux petites entreprises locales et aux start-ups, ce qui, au-delà de l'emploi créé, permet de générer des économies."
"Nous redynamiserons les grands projets économiques structurants (pôles de compétitivité), qui sont aujourd'hui en sommeil ou au ralenti : Toulouse Montaudran Aerospace, Oncopole, Agrimip."
"Dans chaque quartier, nous élaborerons un projet "commerce de proximité - cœur de quartier" avec la mise au point d'un projet de revitalisation commerciale adapté à la problématique de commercialité de chaque quartier de Toulouse."

Parmi les autres projets de Jean-Luc Moudenc pour l'international :
"Nous exploiterons les "accords de partenariats" et "l'investissement territorial intégré" qui replacent les villes à leur juste place."
"Nous dynamiserons les échanges associatifs, économiques, culturels et touristiques avec les partenaires internationaux grâce aux actions suivantes :
- stratégie globale associant économie, culture et tourisme en synergie avec les ambassades étrangères en France, les 35 consulats à Toulouse, les ambassades de France à l'étranger ainsi qu'avec les services de coopération des délégations de la commission européenne dans le monde
- développement des échanges inter-universités
- développement des relations avec les Nations Unies en lien avec les objectifs du Millénaire pour combattre la pauvreté."
"Nous renforcerons les liens avec Barcelone, Madrid et Saragosse et les associations et amicales d'étranger. Nous lancerons le forum des associations d'étrangers résidant à Toulouse pour les faire davantage participer à la vie de Toulouse."


Parmi les autres projets de Jean-Luc Moudenc pour le tourisme :

"Nous ferons évoluer l'Office du Tourisme en organisme de Toulouse Métropole par transfert de compétences afin de diminuer les coûts de structure. La perception de la taxe de séjour sera élargie à l'ensemble de l'agglomération."
"Nous rapprocherons l'Office du Tourisme et la Sem (So Toulouse) pour optimiser la politique touristique de la Métropole avec pour missions de rendre plus efficaces les actions de promotion, soutenir l'activité des entreprises locales du secteur, assurer une meilleure cohérence de l'action de chacun des acteurs du secteur."
"Nous réorganiserons l'accueil des touristes à l'aéroport et à la gare Matabiau et créerons le Point Office du Tourisme, vitrine de Toulouse renseignant sur Toulouse, ses spectacles, les salons, etc."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :