Toulouse : Jean-Luc Moudenc accuse Pierre Cohen d'avoir "dilapidé" l'épargne, l'ancien maire se défend

 |   |  625  mots
Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc, lors de leurs conférences de presse respectives, aujourd'hui à Toulouse
Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc, lors de leurs conférences de presse respectives, aujourd'hui à Toulouse
Demain vendredi, lors du Conseil municipal de Toulouse, sera présenté un audit sur les finances de la Ville. Le débat entre ancienne et nouvelle municipalité s'est engagé dès aujourd'hui via l'organisation de conférences de presse. Alors que Jean-Luc Moudenc accuse Pierre Cohen d'avoir "dilapidé" l'épargne de la Ville, ce dernier dénonce la "mise en scène" du nouveau maire et assume sa gestion de la commune sur les 6 dernières années.


Le conseil municipal de Toulouse, demain, promet d'être animé. Une "analyse financière rétrospective 2008-2013 et prospective 2014-2020" sera présentée par la majorité. Le document, réalisé par le cabinet Ressources Consultants Finances, met en lumière une nette diminution de l'épargne depuis 2011 (32 670 K€ d'épargne nette en 2013 contre 55 876 K€ en 2011). Si personne ne remet en cause les chiffres présentés dans ce document très technique, les interprétations sont différentes. Ainsi, lors de deux conférences de presse distinctes, le maire Jean-Luc Moudenc et le leader de l'opposition Pierre Cohen se sont tous les deux exprimés dès aujourd'hui, avant les débats de demain.

Baisse des dotations de l'État
Le maire de Toulouse l'affirme, "la ville a des contraintes financières fortes, comme elle n'en n'a jamais connues". Mais Jean-Luc Moudenc a tenu à préciser aujourd'hui qu'il n'a découvert certaines de ces contraintes qu'en arrivant au pouvoir. "Je ne savais pas que Manuel Valls allait annoncer le 8 avril, une semaine après mon élection, 10 milliards d'euros de moins pour les collectivités !" justifie-t-il, avançant "les conséquences dramatiques sur les budgets des collectivités et sur l'économie locale et nationale". Les services de la Mairie ont ainsi estimé que cette baisse des dotations de l'État représenterait une diminution des recettes de 240 M€ pour Toulouse, et de 270 M€ pour Toulouse Métropole.

L'argument fait bondir l'opposition. Pour Pierre Cohen, "Jean-Luc Moudenc ne peut pas dire qu'il ne savait pas. Le plan d'économies de 50 Md€ du gouvernement a été annoncé par François Hollande en décembre !" L'ancien adjoint de Pierre Cohen en charges des Finances Joël Carreiras évoque l'"autisme de Jean-Luc Moudenc sur la situation des finances publiques".

Épargne de la ville

Alors que l'audit présenté demain montre un encours de dette de 15 M€ au 1er janvier 2014 (avec une projection à 105 M€ au 31 décembre 2014), Joël Carreiras se "félicite de cet audit qui invalide ce que dit Jean-Luc Moudenc". "Le débat ne porte pas sur la qualité de gestion mais sur les politiques menées. Oui, nous avons utilisé tous les moyens disponibles pour lutter contre la crise. Nous avons utilisé l'épargne. Fallait-il augmenter les impôts ?" interroge-t-il. Une politique de dépenses assumée par Pierre Cohen : "Nous avons maintenu l'investissement, la stabilité fiscale, et, je le rappelle, nous avons dû sauver Tisséo du naufrage", précise l'ancien maire, qui dénonce "la mise en scène de Jean-Luc Moudenc pour annoncer une situation catastrophique et dénigrer les politiques que nous avons menées". L'ancienne municipalité revendique également le recours à l'emprunt : "ce n'est pas un gros mot", assure Joël Carreiras.

Jean-Luc Moudenc a une toute autre analyse : "Pierre Cohen a dilapidé l'épargne. L'épargne qui sert à l'autofinancement et qui fait office d'amortisseur face aux difficultés comme le futur gel des dotations de l'État." Pour Sacha Briand, adjoint aux Finances, "la trajectoire financière actuelle est insoutenable. Nous n'avons plus de marge de manœuvre, ni en épargne, ni en investissement." Pour autant, Jean-Luc Moudenc promet qu'il mènera son projet à terme. "On y croit. Nous allons redresser les finances, même si cela demande des efforts importants au début. Nous allons mettre en œuvre notre programme. Les modalités seront plus complexes et le calendrier bousculé, mais nous le ferons."

Antoine Maurice, président du groupe d'opposition "Toulouse vert demain" à la Mairie de Toulouse, présent aux cotés de Pierre Cohen ce matin, n'en croit pas un mot : "le projet de Jean-Luc Moudenc est infinançable". Suite des débats demain matin lors du Conseil municipal, à partir de 9 heures.

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :