Ouverture du Toulouse Space Show, plus de 1 000 acteurs des applications spatiales présents à Toulouse

 |   |  685  mots
Jean-Pierre Madier (Club Galaxie), Jean-Pierre Vialaneix (Thales Alenia Space), Eric de Saintignon (Airbus D&S), Bernard Plano (MPE), Jean-Yves Le Gall (Cnes), Jean-Claude Dardelet (Toulouse Metropole), Alain Di Crescenzo (CCI)
Jean-Pierre Madier (Club Galaxie), Jean-Pierre Vialaneix (Thales Alenia Space), Eric de Saintignon (Airbus D&S), Bernard Plano (MPE), Jean-Yves Le Gall (Cnes), Jean-Claude Dardelet (Toulouse Metropole), Alain Di Crescenzo (CCI)
Le coup d'envoi de Toulouse Space Show a été donné ce lundi au centre de congrès Pierre Baudis. Pour cet événement de trois jours, une participation record est enregistrée avec plus de 1.000 acteurs du spatial présents à Toulouse, qui devient pour l'occasion "capitale mondiale" du secteur. La ministre de la Recherche Geneviève Fioraso a fait le déplacement pour inaugurer le congrès. Elle a évoqué une année "décisive" pour le spatial.


Le Toulouse Space Show a investi ce lundi les halls du centre de congrès Pierre Baudis. Les organisateurs et partenaires de ce congrès dédié aux applications spatiales ont présenté cet après-midi cet événement biennal, ainsi que les enjeux du secteur du spatial, soumis à une concurrence mondiale. "Toulouse est la capitale européenne du spatial et, pour ces trois jours, capitale mondiale !" s'enorgueillit Jean-Yves Le Gall, le président du Cnes, qui revendique plus de 1.000 participants cette année, "un record". Pour s'adapter à cette affluence, le salon a changé de formule (lire notre article) : 100 exposants sont présents. Les trois jours seront articulés autour de tables rondes et de rendez-vous d'affaires.

"Ne pas s'endormir sur nos lauriers"

Le spatial à Toulouse et en Midi-Pyrénées, ce sont 6.500 chercheurs, 12.000 emplois, 50 entreprises, 18.000 étudiants formés aux métiers de l'aéronautique et de l'espace, le siège du pôle de compétitivité Aerospace Valley, des laboratoires de renom, etc. "Une réelle dynamique de croissance existe ici", constate Alain Di Crescenzo, président de la CCI de Toulouse. "Notre écosystème est sans comparaison possible en Europe", insiste Bernard Plano, président de Midi-Pyrénées Expansion.

Oui mais. Toulouse et la France doivent améliorer leur compétitivité face à la concurrence féroce des États-Unis - "Obama investit massivement dans ce secteur" affirme Jean-Yves Le Gall - mais aussi de la Chine, de la Russie, et, plus proche de nous, de l'Allemagne et de l'Italie. "Il ne faut pas nous endormir sur nos lauriers", admet Alain Di Crescenzo. "La place formidable que Toulouse occupe est le fruit du passé. Il faut désormais faire émerger le monde de demain, rien ne sera facile mais je suis ultra-positif", confie Éric de Saintignon, directeur du site Airbus Defence&Space de Toulouse, alors que son entreprise vient de se rapprocher de Safran dans le domaine des lanceurs (lire notre article). Le dirigeant a également salué le succès ce matin du lancement de Spot 7 de puis l'Inde, satellite fabriqué à Toulouse.

Jean-Pierre Vialaneix (Thales Alenia Space) a résumé l'enjeu du secteur pour les prochaines années : "Nous parlons de besoins sociétaux. Les pays émergents, non initiés au spatial, ont également besoin d'une offre adaptée, notamment pour combler la fracture numérique." Sur les 10 prochaines années, le nombre de lancements de satellites devrait augmenter de 30%.

2014, année décisive
Venue inaugurer le Toulouse Space Show, la ministre de la Recherche Geneviève Fioraso a parlé d'une année 2014 "décisive" avec la conférence ministérielle de l'ESA en décembre prochain, au Luxembourg (cette réunion rassemble tous les ministres chargés de l'Espace dans les pays membres de l'ESA). Année décisive également avec l'annonce de création d'une joint-venture Airbus Group / Safran : "Aujourd'hui Ariane représente 50% de parts de marché des lanceurs de satellites mais il y existe la fragilité du leader et une concurrence qui se développe extrêmement rapidement. Ce sont les raisons pour lesquelles cette étape majeure devait être franchie". Pour Geneviève Fioraso, 2014 marque aussi un changement profond du marché des satellites, avec le développement de la propulsion électrique : "un grand chantier pour l'avenir".

Les temps forts
En marge du salon se déroulent au centre de congrès Pierre baudis plusieurs "événements associés". Parmi eux, demain mardi 1er juillet à 17h30 se déroulera la passation de pouvoir à la tête de Nereus. Le réseau des régions européennes pour le développement des applications des technologies spatiales a été créé en 2007 par la région Midi-Pyrénées et rassemble 35 régions européennes. Demain, l'actuel président Alain Bénéteau remettra la présidence à Nichi Vendola, président de la région des Pouilles, en Italie.

À noter également : demain soir sera lancé l'Institut des applications spatiales, In Space, qui aura pour objectif "de développer les usages du spatial notamment auprès des collectivités, et de favoriser la commercialisation des applications en France et à l'étranger".

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :