Le nombre de logements dédiés aux personnes défavorisées pourrait doubler d'ici à 2017

 |   |  309  mots
En Haute-Garonne, le nombre de logements sociaux pourrait être porté à 5.000
En Haute-Garonne, le nombre de logements sociaux pourrait être porté à 5.000
Le 5e plan départemental pour le logement des personnes défavorisées de Haute-Garonne vient d'être cosigné entre la Préfecture et le Conseil Général. Objectifs : doubler l'offre et proposer des solutions de logement pérennes.

Un diagnostic a été posé en Haute-Garonne et de nouveaux objectifs ont été fixés à travers le 5e plan départemental pour le logement des personnes défavorisées. Mais contrairement aux précédents plans, réactualisés tous les trois ans, celui-ci sera conduit pendant cinq ans, jusqu'en 2017. "Nous souhaitons doubler et donc porter à 5.000 le nombre de logements disponibles, en apportant également un accompagnement social de qualité à ces familles pour éviter les expulsions", explique Florence Vilmus, sous-préfète de Haute-Garonne en charge de la politique de la ville et de la cohésion sociale. Une question sensible après le douloureux épisode de l'immeuble des Castalides cet été.

Deux leviers privilégiés
Plusieurs faiblesses ont été pointées dans le précédent dispositif. "Nous avons une pile de 2.300 demandes actives pour obtenir un logement social, émanant de personnes avec des revenus bas et que l'on peut considérer comme défavorisées. A cela s'ajoutent environ 500 demandes de personnes en hébergement temporaire et qui souhaitent en sortir. Or, la demande ne se résorbe pas assez vite. C'est pourquoi nous avons renforcé le dispositif", décrit Dominique Bacle, directrice départementale de la cohésion sociale. Par ailleurs, les mesures d'accompagnement social seront désormais harmonisées pour davantage d'efficacité. Un comité de pilotage se réunira une fois par an pour mesurer la situation. Deux leviers seront privilégiés pour trouver des logements disponibles. Le parc public d'une part, avec l'utilisation de quelques 1.800 logements appartenant au contingent préfectoral dans le département. Et le parc privé, d'autre part. Pour identifier les logements vacants et les bailleurs privés susceptibles de vouloir les louer, les autorités ont mandaté le PACT 31, qui avait déjà accompagné les familles des Castalides dans leur parcours de relogement.

Béatrice Girard
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :