Avion au bio-carburant entre Toulouse et Paris : Air France cherche un modèle économique viable

 |   |  535  mots
La ligne Lab'line utilise 10% de bio-carburant sur la ligne Toulouse-Paris.
La ligne Lab'line utilise 10% de bio-carburant sur la ligne Toulouse-Paris.
La compagnie aérienne a inauguré un vol hebdomadaire entre Toulouse et Paris-Orly alimenté en Farnesane, un bio-carburant produit à partir de canne à sucre. En place jusqu'à septembre 2015, cette "Lab-line" devrait produire 6 % d'émissions de CO2 en moins sur le vol. Mais la compagnie cherche encore un modèle économique viable. Les avions 100 % bio-carburant, quant à eux, ne sont pas prévus "avant au moins 20 ans".

La compagnie aérienne a inauguré un vol hebdomadaire entre Toulouse et Paris-Orly alimenté en Farnesane, un bio-carburant produit à partir de canne à sucre. En place jusqu'à septembre 2015, cette "Lab-line" devrait produire 6 % d'émissions de CO2 en moins sur le vol. Mais la compagnie cherche encore un modèle économique viable. Les avions 100 % bio-carburant, quant à eux, ne sont pas prévus "avant au moins 20 ans".

Jusqu'en septembre 2015, à raison d'un vol par semaine, les passagers d'Air France participeront à leur manière à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Avec 10 % de Farnesane, un bio-carburant produit à partir de la pulpe de canne à sucre, dans ses réservoirs de 3 000 litres, l'A321 reliant Toulouse à Paris-Orly devrait réduire ses émissions de CO2 de 6 %. "Ce bio-carburant - produit au Brésil par Total et Amyris - permet de réduire l'empreinte carbone de 80 % comparé au kérosène d'origine fossile, précise Hervé Duchamps, responsable énergies nouvelles à Air France. En prenant en compte l'acheminement depuis le Brésil où il est produit, on est plutôt sur une réduction de 60 %." À titre d'information, dans l'aviation, chaque litre de carburant génère 3,15 kg de CO2 rejetés dans l'atmosphère.

"L'aviation pollue moins que les télécoms"
Cette initiative, baptisée Lab'Line par Air France, s'inscrit dans la démarche Air France Takes Care. "Cet effort fait partie de l'ADN d'Air France. Nous sommes, avec KLM, la compagnie leader en développement durable, a rappelé Frédéric Gagey, le président d'Air France, lundi 21 octobre lors de l'inauguration de la ligne à l'aéroport Toulouse-Blagnac. L'aviation ne produit que 2 à 3 % des émissions de carbone. C'est moins que l'informatique et les télécoms. Notre secteur a fait beaucoup pour optimiser les avions en matière de consommation et d'émission de CO2."

Une démarche qui coûte cher
À combien se chiffre cet effort de la compagnie aérienne ? Mystère, car Air France ne communique ni sur le coût de l'opération, ni sur les prix de ses carburants bio ou fossile. "Disons que le bio-carburant est "bien plus cher" que le carburant fossile, du fait de la nouveauté de la filière et de ses coûts de production, avoue Hervé Duchamps. Il faut prendre en compte la logistique car les aéroports ne sont pas équipés pour fournir les avions en biocarburant. Nous avons recours actuellement à un camion citerne."

Pour baisser ces coûts, Air France compte sur l'industrialisation prochaine de la production de bio-carburant. "Il y a encore beaucoup de recherche sur les différentes filières (canne à sucre, betterave, huile ou micro-algues) et je ne sais laquelle va émerger. En tant que consommateur, nous sommes prêts à les utiliser, à condition que cela soit viable économiquement, conclut Hervé Duchamps. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Les avions 100 % bio-carburant ne sont pas prévus avant au moins 20 ans."

Reste donc pour Air France à trouver un modèle économique pour ces vols moins polluants. La Lab'Line devrait explorer quelques pistes. "Est-ce qu'un client serait prêt à payer plus cher pour voler avec du bio-carburant ? C'est l'une des questions que nous allons étudier avec la Lab'Line", s'interroge ainsi la compagnie.

Gael Cérez
© photo Claire-Lise Havet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :