Sigfox, l'opérateur télécoms des objets connectés, lève 15 M€ et "envisage" une introduction en bourse

 |  | 434 mots
Lecture 2 min.
Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox
Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox
15 millions d'euros : c'est la 3e et la plus grosse levée de fonds réalisée par Sigfox. L'entreprise de Labège dirigée par Ludovic Le Moan annonce l'entrée dans son capital de BPI France, ainsi que du fonds Id Invest. Objectif : accélérer le déploiement de son réseau cellulaire à l'international. L'entreprise spécialisée dans les objets connectés "envisage" aussi une introduction en bourse.

Sigfox poursuit sa conquête du monde. Après la Russie et l'Espagne, la société basée à Labège compte bien s'offrir les marchés allemand, italien, polonais... Au total, 60 pays ont été choisis et triés par ordre de priorité par la société. Pour cela, Sigfox, spécialiste de l'internet des objets, vient de réaliser sa plus importante levée de fonds : 15 M€. Dans le tour de table, les investisseurs historiques Elaia, Partech, Ixo Private Equity et Intel Capital. D'autres signent leur entrée au capital : Idinvest Partners, le FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, géré par BPI France.

Stratégie : s'adosser aux géants des télécoms
Au départ, Sigfox devait lever au moins 70 M€ pour développer elle-même son réseau. Et puis, changement de cap : "le plus difficile n'a pas été de lever des fonds, mais de choisir notre stratégie. Finalement, nous avons privilégié une stratégie de partenariat, moins coûteuse", explique un proche collaborateur de Ludovic Le Moan (le fondateur et PDG de Sigfox).

En effet, afin de réduire les besoins de financement pour construire un réseau d'envergure mondiale, la société a créé l'offre SNO (Sigfox Network Operator). Elle permet de s'associer, dans chaque pays, avec un acteur majeur des télécommunications, comme Abertis en Espagne (leader espagnol des infrastructures de télécommunication et autoroutières) ou Micronet, en Russie. 15 M€ "seulement" ont donc été levés, provenant tous de fonds français. "À l'heure où l'on entend partout qu'il faut être aux USA pour réussir, nous montrons que le succès est possible en Europe", confie ce collaborateur. Autre objectif de la levée de fonds : garder de l'avance, même si Sigfox n'a toujours pas de concurrent direct.

Une entrée en bourse "envisageable"

L'entrée en bourse de Sigfox ? Pas impossible. Si le planning n'est pas encore précis, c'est une opération "envisageable" glisse-t-on dans les couloirs de la société, qui n'a d'autre ambition que de devenir un réseau mondial. Un projet soutenu par Fleur Pellerin elle-même. Dans un tweet d'aujourd'hui, la ministre de l'Innovation (@fleurpellerin) salue la levée de fonds de Sigfox et affirme que l'entreprise "peut/doit devenir un acteur majeur de l'internet des objets". La ministre a par ailleurs appuyé le projet de Village numérique à Labège, porté par la TIC Valley, dont le président n'est autre que Ludovic Le Moan.

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

En savoir plus:

Relire le portrait de Ludovic Le Moan : Patron mégalo ou visionnaire?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :