Martin Malvy visite Poult à Montauban, les négociations sont toujours en cours pour la cession de l'entreprise

 |   |  438  mots
Bernard Raynaud, Martin Malvy, Carlos Verkaeren et Didier Hirtzig
Bernard Raynaud, Martin Malvy, Carlos Verkaeren et Didier Hirtzig
Le président de Midi-Pyrénées a visité cet après-midi pour la première fois l'usine Poult de Montauban, spécialisée dans la confection de biscuits. L'entreprise dirigée par Carlos Verkaeren, reconnue pour son management innovant, devrait très prochainement changer d'actionnaire, mais les négociations sont toujours en cours. Le biscuitier Bouvard et le fonds Qualium investissement sont sur les rangs.


Même quand on s'appelle Martin Malvy, on redevient un enfant dans une usine de gâteaux. Le président de la Région a visité cet après-midi l'usine Poult de Montauban, accompagné du PDG Carlos Verkaeren et du vice-président de la région en charge du développement économique Bernard Raynaud. Entre les galettes aux fraises et les palets au chocolat, les deux hommes ont discuté innovation et management, les deux piliers de l'entreprise. Midi-Pyrénées finance notamment le projet acti-biscuit (complément alimentaire, actuellement en phase de recherche) à hauteur de 400.000 euros.

Poult, des biscuits et des hommes
Poult, c'est 5 usines, et 190 M€ de chiffre d'affaires (+ 13 % en 2013). Le 2e biscuitier français après LU est leader dans les grandes et moyennes surfaces et réalise 30 % de son activité à l'export. Mais Poult est connu dans toute la France pour son management innovant : "Nous avons changé la structure de l'usine en 2007, en supprimant des niveaux de hiérarchie, rappelle Carlos Verkaeren. Notre management est basé sur la confiance, la liberté et l'innovation." Disposant d'un incubateur interne, Poult propose à ses salariés de leur laisser du temps libre pour travailler sur des projets innovants. "Non, ce n'est pas le monde des Bisounours, la performance est un soucis permanent", tempère Didier Hirtzig, le directeur de l'usine de Montauban. "Des groupes comme Airbus, Peugeot, Auchan, Phillips, viennent nous voir pour observer notre fonctionnement. Il faudrait peut-être en faire un métier !" plaisante (à moitié) Carlos Verkaeren.

La vente, bientôt signée
Même si chez Poult, personne en apparence n'a l'air inquiet, l'entreprise sera bientôt cédée par l'actionnaire LBO. Très peu d'informations filtrent sur cette vente, la direction préférant garder le silence le temps des négociations. Sur Twitter cependant, une mobilisation naît avec les hashtag #yeswepoult ou #sauvonspoult. "Les négociations sont encore en cours", souffle Carlos Verkaeren. Sur les rangs : le redouté groupe Bouvard, autre spécialistes des biscuits sucrés à MDD : "Je ne souhaitais pas que ce soit lui. Il aurait cassé notre culture d'entreprise", confiait Carlos Verkaeren en décembre dernier (lire notre article : Poult sera vendu au 1er trimestre 2014, les discussions avec un repreneur sont en cours). En face de lui, le fonds Qualium investissement, filiale de la Caisse des Dépôts. "Il n'y a pas de date buttoir, mais la décision sera prise rapidement", indique encore le PDG.

En attendant, pas question de stopper le développement de l'entreprise : un investissement de 8 M€ vient d'être réalisé sur une nouvelle ligne de production dans l'usine montalbanaise.

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :