Usine du futur : Mécaprotec Industries investit 10 M€ dans son site de Muret, près de Toulouse

 |   |  516  mots
La société vient d'inaugurer son nouveau laboratoire de 1.000 m2.  Alexandre Léoty© Photo Fred Lancelot
La société vient d'inaugurer son nouveau laboratoire de 1.000 m2. Alexandre Léoty© Photo Fred Lancelot
Spécialisée dans le traitement de surface pour l'aéronautique, la société Mécaprotec Industries, basée à Muret, a inauguré l'extension de 1.500 m2 de son site de production et un nouveau laboratoire de recherche de 1.000 m2. Des installations stratégiques pour l'entreprise, qui a investi localement 10 M€ au cours des cinq dernières années et qui souhaite atteindre les 40 M€ de chiffre d'affaires à l'horizon 2016.

En cinq ans, Mécaprotec Industries aura investi 10 millions d'euros dans la modernisation et le développement de ses installations. Une enveloppe qui a notamment permis à la société muretaine, spécialisée dans le traitement de surface pour le secteur aéronautique, de mener à bien deux grands projets. D'une part, l'extension de 1 500 m2 de son site de production, qui lui permet d'accueillir un nouvel outil d'application de peinture, et d'autre part, la création d'un laboratoire de recherche de 1 000 m2. Des installations que l'entreprise, homologuée auprès de trente donneurs d'ordres, a officiellement inaugurées le 4 octobre dernier.

"C'était l'occasion pour nous d'acter nos investissements, explique Marc Lalanne, directeur général délégué de la société. Nos unités de production sont désormais suffisamment dimensionnées pour absorber toute hausse d'activité."

La recherche au cœur de la stratégie de l'entreprise

Au-delà de l'extension de ses locaux, Marc Lalanne insiste sur l'investissement de 1,8 M€ consenti pour faire sortir de terre un laboratoire de recherche flambant neuf, opérationnel depuis fin août dernier. Une démarche qui sonne comme l'aboutissement d'une stratégie menée de longue date. "La recherche fait partie de notre ADN, confirme le directeur général. Nous avons commencé à travailler avec des chercheurs dès 1994. Nous nous positionnons comme une passerelle. Un vecteur de transfert technologique entre l'innovation développée au sein des laboratoires universitaires - comme l'Institut Carnot Cirimat de l'Université Paul Sabatier, à Toulouse, ou le laboratoire barcelonais Electrodep - et les applications industrielles". Une stratégie qui amène la société à développer des initiatives collaboratives ambitieuses. C'est notamment le cas du projet Apaca III, mené actuellement aux cotés de Liebherr, Ratier Figeac, Daher-Socata, Cirimat et GIT, qui vise à développer un procédé de colmatage sans chrome hexavalent nouvelle génération.

Une croissance de 40 % en cinq ans

Jusque-là, les outils utilisés par les 28 membres de l'équipe R&D de la société étaient éparpillés dans deux sites différents. Avec son nouveau laboratoire de recherche, Mécaprotec Industries s'offre une plate-forme centralisée, incluant un espace de formation et une chaîne de transfert semi-industrielle.

"C'est une nouvelle étape importante dans notre développement, assure Marc Lalanne. Nous pouvons désormais travailler de façon plus réactive avec les universités et proposer aux donneurs d'ordres des outils dynamiques leur permettant de qualifier de nouveaux procédés et d'assurer des transferts de technologies."

Une carte de visite dont pourrait bien profiter la société, qui a enregistré une croissance de 40 % en cinq ans. Avec 500 salariés, dont 400 répartis sur ses deux sites de Muret et 100 dans son unité de production tunisienne, Mécaprotec Industries atteindra cette année 34 10 millions d'euros de chiffre d'affaires. "En deux ans et demi, nous avons embauché 162 personnes, ajoute Marc Lalanne. Et si notre montée en charge se confirme, nous devrions recruter 50 nouveaux salariés d'ici à 2016." À cette date, la société pourrait selon son dirigeant avoir atteint un chiffre d'affaires global de 40 10 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :