La LFP refuse une nouvelle fois à Luzenac la montée en L2, le combat du club ariégeois continue

Réuni hier soir, le conseil d'administration de la Ligue de Football Professionnel a refusé l'accession en Ligue 2 au club de Luzenac comme il l'avait déjà fait le 8 août dernier. Les ariégeois ont saisi dès aujourd'hui le Tribunal administratif de Toulouse ainsi que le CNOSF. Pour la 4e fois de l'été, le juge des référés devra arbitrer le litige entre le Luzenac Ariège Pyrénées et la LFP. Le feuilleton continue.

3 mn

Maître Bertrand, avocat du Luzenac Ariège Pyrénées, va de nouveau tenter de convaincre le juge des référés de réintégrer Luzenac en Ligue 2
Maître Bertrand, avocat du Luzenac Ariège Pyrénées, va de nouveau tenter de convaincre le juge des référés de réintégrer Luzenac en Ligue 2

La décision est tombée hier soir aux alentours de 19h. Après un feuilleton à rebondissements de 5 mois, la Ligue de Football Professionnel devait, hier soir, rejuger le cas Luzenac. Comme il l'avait déjà fait le 8 août dernier, le conseil d'administration a voté contre l'intégration du club ariégeois en Ligue 2. À la différence que, cette fois, le vote n'a pas fait l'unanimité sur les 24 membres du conseil d'administration. Les deux représentants de l'UNFP (syndicat des joueurs professionnels), Philippe Piat et Sylvain Kastendeuch, ainsi que ceux de l'UNECATEF (syndicats des entraîneurs), Pierre Repellini et Raymond Domenech, se sont prononcés en faveur de Luzenac.

Dans un communiqué, la LFP justifie ainsi sa décision : "Le Conseil d'Administration de la Ligue de Football Professionnel a constaté, après l'ultime délai accordé au Luzenac AP pour justifier de la mise à disposition du Stade Ernest Wallon, que le club n'avait pu fournir les justifications requises. [...] Il apparaît ainsi que le Luzenac AP, malgré les nombreux rappels qui lui ont été adressés depuis le mois d'avril et le délai exceptionnel qui vient de lui être accordé, ne dispose toujours pas aujourd'hui, quatre journées après le début du championnat de Ligue 2, d'un stade conforme aux dispositions réglementaires. [...] Les membres du Conseil d'Administration se sont montrés très sensibles à la situation qui en résulte pour les joueurs et leurs entraîneurs, lesquels avaient sportivement mérité l'accession mais les règles du professionnalisme sont les mêmes pour tous les clubs."

Le Tribunal administratif de Toulouse, ultime arbitre
Suite à cette décision, les réactions de colère se sont multipliées, mercredi soir, sur les réseaux sociaux. Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées, a également réagi : "Je partage une nouvelle fois la déception des joueurs, dirigeants et supporters de Luzenac." Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne s'est dit "très surpris de cette décision au regard des partenariats qui s'étaient mis en place durant ces dernières semaines. Je partage la déception de tous ceux qui, à travers le club de Luzenac, formaient de grands espoirs de voir le sport local rejoindre ainsi l'élite nationale." Déçu mais pas abattu, le club ne compte pas baisser les bras. "On va continuer le combat, assure Christophe Rodriguez, directeur administratif du club. On va demander l'interruption du championnat de Ligue 2, jusqu'à notre réintégration. Le recours, on le connaît par cœur : le comité national olympique du sport français et un référé devant le Tribunal administratif." En effet, le club a déjà saisit le CNOSF (Comité national olympique et sportif français) ainsi que le Tribunal administratif de Toulouse à 3 reprises au cours de l'été.

Une audience opposant les avocats de Luzenac et ceux de la LFP devrait donc se tenir en tout début de semaine prochaine. Celle-ci sera déterminante car le jugement rendu sera exécutoire.

Luzenac rend publiques les pièces du dossier

Dans un communiqué officiel, le club de Luzenac a aujourd'hui, 28 août, rendu publics tous les éléments du dossier transmis à la LFP. Les ariégeois souhaitent "jouer la transparence" en fournissant la preuve qu'ils disposaient "en temps et en heure" de tous les accords nécessaires pour l'utilisation temporaire du Stadium de Toulouse et celle du stade Ernest Wallon pour la saison à venir. "À ce jour, nous avons l'impression que la LFP dissimule certaines informations afin de tromper l'opinion publique et qu'elle n'a pas fournit tous les documents au Conseil d'Administration de la LFP" indique le communiqué de Luzenac.

Adrien Serrière
©photo Rémi Benoit

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.