Aérostructures : Aerolia et Sogerma créent le numéro un européen

 |   |  829  mots
Aerolia et Sogerma se lancent dans un projet de fusion de leurs activités
Aerolia et Sogerma se lancent dans un projet de fusion de leurs activités
Deux filiales d'Airbus Group - Aerolia et Sogerma - se lancent dans un projet de fusion de leurs activités. Les deux entreprises vont créer le numéro un européen dans le domaine des aérostructures et le numéro un mondial dans la fabrication des sièges de pilotes.

Deux filiales d'Airbus Group - Aerolia et Sogerma - se lancent dans un projet de fusion de leurs activités. Les deux entreprises vont créer le numéro un européen dans le domaine des aérostructures et le numéro un mondial dans la fabrication des sièges de pilotes.

Premiers pas de la consolidation dans le domaine des aérostructures en France avec le projet de fusion entre Aerolia et Sogerma... même si ces deux entreprises sont des filiales d'Airbus Group. Il était temps. Car Airbus Group détenait depuis toujours un rôle clé dans la consolidation de ce secteur en étant la maison mère d'acteurs majeurs. Les comités centraux d'entreprise des deux sociétés ont été informés aujourd'hui du projet de fusion de leurs activités, ont-ils indiqué ce mercredi dans un communiqué commun. Les deux entreprises visent une fusion effective au 1er janvier 2015.

Ce projet donnera naissance à un équipementier multi-spécialiste de rang mondial avec un chiffre d'affaires de 1,65 milliard d'euros et 6.100 salariés dans le monde, dont 1.000 salariés en Afrique du Nord et plus de 500 en Amérique du Nord (4.500 en France, dont près de 500 ingénieurs). Numéro 1 européen et numéro 3 mondial dans le domaine des aérostructures, selon Aerolia et Sogerma, cette future société aura également comme axes stratégiques majeurs la fabrication des fauteuils passagers de classes Affaires et Première où elle est numéro 3 mondial, ainsi que les sièges pilotes avec le rang de 1er mondial ex-aequo.

Des objectifs ambitieux

"La future société aura pour ambition de renforcer sa position mondiale dans tous ses domaines, visant l'excellence industrielle en accompagnant l'augmentation des cadences de son client principal Airbus, et en développant fortement ses activités avec les autres avionneurs et les compagnies aériennes", ont expliqué les deux entreprises. La nouvelle entreprise sera dotée d'un portefeuille diversifié de clients sur des marchés en fort développement (72 % Airbus, 28 % autres avionneurs comme Bombardier et compagnies aériennes).

Avec ses sites en zone dollar (deux sites industriels en Amérique du Nord) et low cost en Afrique du Nord, la nouvelle entité aura des "bases stratégiques de développement avec les clients nord-Américains et des bases fortes permettant de renforcer sa compétitivité". Déjà implantée en Tunisie, Aerolia a annoncé cet été son intention de créer un site sur le sol marocain.

Un portefeuille robuste

Sogerma est actuellement organisée autour de trois activités : les ensembles d'aérostructures pour appareils commerciaux et d'affaires, les sièges pilotes/copilotes pour avions et hélicoptères, les fauteuils passagers (première classe, classe affaires et premium éco) pour les grandes compagnies aériennes. Sogerma assure la conception, la fabrication et le support client 24h/24 pour l'ensemble de ses activités et possède deux sites en France (à Rochefort et Mérignac) et un bureau d'études à Toulouse, ainsi que trois filiales dans le monde : Maroc Aviation (Casablanca), Composites Aquitaine (Salaunes, France), Composites Atlantic (Nouvelle Ecosse, Canada), et des représentations à Seattle et Bangkok, totalisant ainsi 2.360 personnes. Sogerma a réalisé un chiffre d'affaires de 534 millions d'euros en 2013.

Aerolia travaille avec Airbus, Bombardier et Embraer au développement de leurs nouveaux programmes A350XWB, A320neo, Global7000, Global8000 et KC390. Aérostructurier et systémier, Aerolia est un acteur mondial pour la conception et la production de fuselages équipés d'avions (plus de 650 fuselages chaque année). Implantée en France (à Méaulte, Saint-Nazaire et Toulouse), au Québec (Mirabel), en Tunisie (à M'Ghira), avec des représentations en Allemagne et en Chine, Aerolia totalise 3.760 salariés à travers le monde et un Chiffre d'Affaires en 2013 de 1,14 milliard d'euros.

Des regrets éternels

Dommage que Airbus Group n'ait pas eu une vision stratégique de ce secteur plus tôt. Le groupe a vendu en 2008 son unité de fabrication de composants et de sous-ensembles de voilures de Filton (Grande-Bretagne) au britannique GKN. Il a également cédé en 2009 à Daher sa petite filiale Socata (de l'ordre de 500 millions). Outre Premium Aerotec en Allemagne (1,3 milliard de dollars), Airbus Group avait alors à cette époque en son pouvoir la possibilité de faire émerger un acteur français, voire européen, très puissant.

Restera à consolider Latécoère, qui va mieux aujourd'hui. La profitabilité de Latécoère s'est largement améliorée. Au premier semestre, le résultat net est ressorti à 5 millions d'euros, contre 1,3 million un an plus tôt. Certes, le résultat d'exploitation est en léger retrait à 16,4 millions d'euros (17,8 millions d'euros un an plus tôt) mais Latécoère estime que ce reflux ne sera pas "extrapolable" à l'ensemble de l'exercice 2014. Par ailleurs, le carnet de commandes a progressé à 2,61 milliards d'euros (+ 1,1%). En 2013, le chiffre d'affaires s'était élevé à 621 millions d'euros. De nombreux projets ont échoué dans le passé entre Airbus Group et Latécoère. Est-ce le bon moment ?

Michel Cabirol, LaTribune.fr

©photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :