Pas de desserte directe de l'aéroport pour la troisième ligne de métro de Toulouse

 |   |  759  mots
La troisième ligne de métro aura 20 stations.
La troisième ligne de métro aura 20 stations. (Crédits : Rémi Benoit)
Le tracé retenu pour la troisième ligne de métro de Toulouse a été présenté ce mercredi 5 juillet en conseil syndical SMTC-Tisséo. L'option de liaison directe vers l'aéroport n'a pas été choisie. À la place, une navette-tram devrait relier toutes les cinq minutes la plateforme aéroportuaire.

Le comité syndical de Tisséo a adopté ce mercredi 5 juillet le tracé de la troisième ligne de métro de Toulouse. Le projet comprend finalement 20 stations sur un tracé de 27 kilomètres entre la gare de Colomiers et celle de Labège-la Cadène en passant par les sites d'Airbus à Colomiers et Saint-Martin, la gare SNCF de Matabiau, François Verdier, le quartier résidentiel de la Côte Pavée, Montaudran, Airbus Defence & Space et le centre commercial de Labège.

troisieme ligne de metro

troisieme ligne de metro

Tracé présenté par Tisséo (Crédit : Tisséo)

Une navette-tram avec un tarif spécial vers l'aéroport

En revanche, l'option d'une desserte directe vers l'aéroport n'a pas été retenue. Les usagers de la troisième ligne de métro devront descendre à la station Jean Maga et prendre le tram vers l'aéroport. Il s'agit en réalité de la dernière portion de la ligne T2 (inaugurée en 2015) qui va être cadencée pour atteindre un tram toutes les 5 min (au lieu de 15 min actuellement). Mais il n'y aura plus de liaison directe en tram vers l'aéroport depuis Palais de Justice, les usagers devront emprunter à la place la ligne T1 et effectuer le changement à Jean Maga. "La ligne T2 va disparaître et la fréquence de la ligne T1 sera augmentée", précise Jean-Michel Lattes, président du SMTC-Tisséo.

Par ailleurs, une tarification spéciale sera mise en place sur le tram entre Jean-Maga et l'aéroport. Le prix n'est pas encore fixé mais selon Tisséo il devrait se situer "entre le ticket plein tarif classique (1,60 euro) et le ticket de la navette aéroport (8 euros)". Le maire de Blagnac Bernard Keller a "regretté qu'il n'y ait pas de desserte directe sans rupture de charge" et le coût de ce tarif particulier. "Il ne faudrait pas que les salariés de la zone aéroportuaire se retrouvent pénalisés". Tisséo a assuré qu'un tarif plus bas serait appliqué à ces salariés.

De son côté, l'aéroport Toulouse-Blagnac s'est exprimé via un communiqué de presse pour regretter le tracé présenté. "À l'heure où l'aéroport investit fortement pour devenir une porte d'entrée internationale aux plus hauts standards de qualité, l'absence de liaison directe avec la gare SNCF et les pôles économiques de Toulouse nous semble préjudiciable à l'attractivité du territoire", estime Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance d'ATB, même si l'aéroport reconnaît que la navette-tram "constituera une avancée en réduisant les temps de transport entre l'aéroport et la métropole".

Lire aussi : Aéroport Toulouse-Blagnac : les actionnaires lancent les travaux d'extension

 "Ce n'est pas la solution idéale mais une desserte directe coûtait entre 180 et 250 millions d'euros supplémentaires (contre 45 millions pour la navette-tram NDLR). Nous avons ouvert à des financeurs privés le paiement de cette desserte directe mais les opérateurs privés n'ont pas répondu", a expliqué Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, ajoutant "que tous les aéroports pratiquent une tarification spéciale vers l'aéroport à l'image de l'Orlyval".

Lire aussi : Un métro à l'aéroport Toulouse-Blagnac financé par les Chinois?

D'autres données ont conforté Tisséo dans ce choix. Ainsi seuls 3 900 déplacements par jour sur le T2 concernent des passagers allant vers l'aéroport. La navette aéroport compte de son côté 1 500 déplacements par jour. "C'est très faible", commente Francis Grass. Par ailleurs, un sondage réalisé par la Commission nationale du débat public a révélé que seulement 45% des personnes interrogées estimaient que la troisième ligne de métro devait obligatoirement passer par l'aéroport. Par comparaison, il étaient plus de 58% à placer la desserte de la ville de Labège comme une priorité.

Le financement global sera présenté à la rentrée

Le coût total de la troisième ligne de métro est désormais estimé à 2,33 milliards d'euros plus 45 millions pour la navette-tram vers l'aéroport, ce qui porterait le plan global des déplacements urbains à plus de 4 milliards d'euros. Tisséo entend présenter le financement global du projet à la rentrée. Une consultation auprès du grand public dans le cadre de l'enquête publique sur le PDU se tiendra entre le 4 septembre et le 10 octobre avec des réunions dans les différentes communes de l'agglomération. Tisséo maintient son calendrier initial avec un début des travaux programmé pour fin 2019 et une mise en service fin 2024.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2017 à 2:09 :
Quel genre de matériel roulant pour la future ligne ? Le VAL actuel ce n'est pas possible, imaginer les rames pleine craquer au heures de pointe à la station Jean-Maga arrive un Tram de l'aéroport rempli de voyageur et de leurs sacs et autres valises déjà qu'ils occupent pas mal de siège dans le tram imaginer la cohue pour rentrer ce cafarnaüm.
Il me semble et le bon sens l'exige, c'est qu'il puissent y avoir des rangements (casier) à bagages et des rames type "boa" serai la meilleure des solutions pour les voyageurs encombrant et encombrés venant de l'aéroport et ceux venant de la gare mais tous ces gens là y ont-il pensés ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :