La Haute-Garonne se mobilise pour ses territoires ruraux "délaissés"

 |   |  594  mots
Georges Méric veut équilibrer économiquement tous les territoires du département.
Georges Méric veut équilibrer économiquement tous les territoires du département. (Crédits : Rémi Benoit)
Le Conseil départemental de Haute-Garonne a dévoilé les contours techniques de sa société publique locale (SPL). Cette dernière doit venir en soutien des territoires ruraux, que Georges Méric juge délaissés.

"Travailler où l'on habite", voilà ce à quoi tend Georges Méric, le président PS du département de la Haute-Garonne, et ce notamment grâce à la société publique locale (SPL) Haute-Garonne Développement. Présentée officiellement jeudi 1er juin par le Conseil départemental, celle-ci "doit permettre, au sein des territoires ruraux, la création d'emplois in-situ et la coordination des politiques territoriales", selon Georges Méric.

Avec cette SPL, le CD 31 veut ainsi instaurer un développement économique harmonieux et équitable de tous les territoires du département. L'institution espère effacer les disparités économiques entre une métropole toulousaine attractive et des territoires périurbains, ruraux et de montage qui se sentent relégués.

"La SPL sera une fusée à deux étages, avec un côté ingénierie territoriale, et un autre composé d'un syndicat mixte à la carte pour créer des zones d'activités hors de la métropole toulousaine", détaille le président du Département.

Haute-Garonne Développement proposera trois types de prestations :

  • un observatoire "pour anticiper les mutations à venir, recenser et structurer les ressources des territoires, afin de définir et développer des stratégies de développement à long terme".
  • des études de faisabilité des zones d'activités à créer ou à développer. Les communautés de communes pourront ensuite engager la phase opérationnelle au sein du syndicat mixte.
  • des études de marketing territorial "pour mettre en œuvre des opérations de promotion et d'appui à la commercialisation auprès des professionnels".

Une équipe de 9 personnes

Pour réaliser de telles prestations, la SPL disposera d'une équipe de neuf personnes composée de commerciaux, d'ingénieurs, de sociologues et d'urbanistes dont le recrutement est en cours. Haute-Garonne Développement ne devrait entrer en service qu'en septembre prochain.

Avant cela, le Conseil départemental doit officiellement acter la création de Haute-Garonne Développement lors de sa session du 27 juin 2017. Ensuite, chacune des 13 EPCI (ou communauté de communes, NDLR) devra délibérer sur son entrée ou non dans l'actionnariat de la SPL. Ce dernier sera détenu à hauteur de 83,7 % par le CD 31, qui va investir 200 000 euros dans l'opération. Le reste du capital sera réparti entre les EPCI actionnaires, qui devront y investir 3 000 euros chacune. Haute-Garonne Développement disposera donc d'un capital de 239 000 €, entièrement public. Cependant, "Toulouse Métropole, le Sicoval et la Cam, ne peuvent intégrer le capital de cette SPL car la loi ne le permet pas", tient à signaler Georges Méric.

Le Département de Haute-Garonne pourrait disparaître

Lors de cette présentation, plusieurs présidents de communautés de communes étaient présents, heureux de voir ce dossier aboutir, mais inquiet pour l'avenir du CD 31.

"Cet outil est indispensable pour rendre nos territoires plus équilibrés sur le plan économique. Nous devons avoir la possibilité de proposer des services similaires à ceux présents dans l'agglomération toulousaine et attirer des entreprises. Mais les récentes baisses budgétaires nous empêchent d'agir, d'où l'importance de ce soutien financier", s'est réjoui Serge Baurens, président de la communauté de communes de la Vallée de l'Ariège (19 communes pour 30 000 habitants, NDLR).

Il a également tenu à souligner l'importance de l'action du CD 31.

"Le Conseil départemental assure la proximité dans nos territoires. Sans lui, nos collectivités locales risquent de disparaître."

Pour rappel, Emmanuel Macron, le nouveau président de la République, veut supprimer au moins un quart des départements existants en les rapprochant des grandes métropoles comme Toulouse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :