Métro : "un consensus total des collectivités sur la 3e ligne" selon Jean-Luc Moudenc

 |   |  549  mots
Jean-Luc Moudenc lundi 16 janvier lors de ses vœux à la presse
Jean-Luc Moudenc lundi 16 janvier lors de ses vœux à la presse (Crédits : Rémi Benoit)
Le président de Toulouse Métropole s'est félicité ce lundi de l'avancement du dossier de la troisième ligne de métro ces derniers mois. La signature du pacte État-Métropole avec Bernard Cazeneuve vendredi s'accompagne d'une enveloppe de 1,5 million d'euros pour ce projet. Mais Tisséo table sur un financement de l'État de 150 millions d'euros minimum pour son projet mobilité.

Le projet de troisième ligne de métro à Toulouse a marqué l'actualité locale en 2016, notamment avec la présentation en juillet dernier d'un plan de financement (qui a provoqué certaines contestations). Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, a enregistré pour sa part plusieurs motifs de satisfaction et s'en est réjoui ce matin (lundi 16 janvier) lors de ses traditionnels vœux à la presse :

"La troisième ligne de métro a beaucoup progressé au cours de l'année 2016. On est désormais sur un projet d'envergure métropolitaine, avec une ligne allant de Labège-gare à Colomiers-gare. Mais le fait majeur de 2016, c'est que le Conseil régional et le Conseil départemental ont adhéré au projet et annoncé des financements concrets."

 Lire aussi : 3e ligne de métro : la Région financera, à certaines conditions

Vendredi dernier, la signature à Toulouse et en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve du pacte État-Métropole (qui comprend notamment 1,5 million d'euros pour les études sur la 3e ligne de métro) a donné le sourire au président de Toulouse Métropole : "cet accord signifie que l'État accepte ce projet de 3e ligne, qu'il accepte d'en faire le point fort du pacte et qu'il annonce son soutien et des financements. Aujourd'hui, le consensus est total autour de la 3e ligne de métro au plan des collectivités."

150 millions d'euros minimum encore attendus de l'État

Mais l'enveloppe annoncée par le Premier ministre (au total 8,7 millions pour différents projets de transports toulousains) est mince par rapport aux besoins de financements de Tisséo (le projet de 3e ligne est estimé à 2,1 milliards d'euros et le plan mobilité dans sa totalité à 3,8 milliards d'euros). Jean-Luc Moudenc le reconnaît lui-même : "le contenu financier du pacte est assez modeste à Toulouse comme dans les autres agglomérations car 15 métropoles se partagent une enveloppe limitée à 150 millions d'euros."

La vraie bonne nouvelle pour l'élu toulousain est ailleurs :

"Bernard Cazeneuve a annoncé quelque chose d'important : la procédure d'appel à projets pour le financement des infrastructures de transports en commun par l'État, qui était close au 31 décembre 2016, va être prorogée au 31 décembre 2017. Cela ouvre pour nous la possibilité de déposer un dossier de demande de subventions de l'État et d'obtenir des financements à la hauteur de ce que nous avions prévu lors de la présentation du plan de financement le 25 juillet dernier."

Pour rappel, le plan de financement du projet mobilité de Toulouse prévoit une participation de l'État de 150 millions d'euros minimum.

"En deçà d'un tel seuil, on estime que l'État n'intervient plus sur les systèmes de transports", justifie Sacha Briand, vice-président de la métropole en charge des Finances. "Un objectif plus cohérent au regard du programme d'investissement du PDU se situe entre 250 millions d'euros et 350 millions d'euros", avance-t-il néanmoins.

Un projet sera donc déposé pour répondre à cet appel à candidatures dans le courant de l'année 2017.

À noter que d'ici à la fin du mois de février sera également rendue publique la conclusion de la Commission nationale du débat public sur le débat qui s'est tenu autour de ce projet.

Lire aussi : Troisième ligne de métro : le "oui, mais" des Toulousains

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :