Tout savoir sur la première assemblée du Conseil régional Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

 |   |  623  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
Le 4 janvier sera un jour historique pour la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Les 158 conseillers seront réunis à l'Hôtel de Région à Toulouse pour élire notamment la présidente et les 15 vices-président(e)s. Les anecdotes et les coulisses de cette grande journée.
  • Quel est le programme de la journée ?

La journée sera longue puisque l'assemblée plénière doit commencer à 10h30 et pourrait se tenir "jusqu'à 21h30" selon le service presse de la Région. En premier lieu, les 158 conseillers élus le 13 décembre dernier seront invités à désigner la présidente de Région. Un par un et par ordre alphabétique, ils seront appelés dans l'isoloir pour voter. Ce cérémonial à lui seul devrait durer une heure et demie, si Carole Delga, arrivée en tête des élections, est élue dès le premier tour.

Ensuite, l'assemblée plénière devra adopter une délibération fixant le nombre de vice-président(e)s et des autres membres de la commission permanente. Les conseillers devraient ensuite entériner la liste de 15 vice-président(e)s présentée ce lundi 21 décembre par Carole Delga. La présidente devra lire enfin la charte de l'élu local.

  • Le Front National tiendra le bureau de vote

C'est un pur hasard. L'assemblée plénière du 4 janvier sera ouverte par un élu Front National. En effet, la loi prévoit que la séance d'installation du nouvel exécutif soit présidée par le doyen de l'assemblée, assisté par le benjamin. Gérard Maurin (74 ans), élu FN dans l'Hérault, sera chargé du bon déroulement du vote et proclamera le nom du (de la) président(e) de Région, assisté par le benjamin de l'assemblée régionale, Quentin Lamotte (28 ans), lui aussi élu d'extrême droite. La coutume prévoit que le doyen fasse un discours en introduction de la séance mais cette perspective fait grincer des dents. "Les socialistes essaient par tous les moyens d'empêcher le doyen de prononcer son discours mais cette allocution est une tradition républicaine", estime Julien Léonardelli, secrétaire départemental FN 31 et conseiller régional.

  • Carole Delga prononcera-t-elle un discours de politique générale ?

Une fois élue, Carole Delga n'a pas l'obligation légale de prononcer un discours mais c'est ce que prévoit l'usage. La question est de savoir si la nouvelle présidente prononcera un discours de politique générale où elle détaillera les premiers chantiers à venir et les réformes prioritaires pour la Région. Le moment sera en tout cas historique puisque pour la première fois une femme va diriger la région. Une page se tourne également alors que Martin Malvy était à la tête de Midi-Pyrénées depuis 1998.

  • Les premiers pas d'élu de Dominique Reynié

Le politologue briguait avec les régionales son premier mandat. Il fera le 4 janvier ses premiers pas en tant qu'élu. La tête de liste LR régionale n'a pas remporté la présidence régionale mais Dominique Reynié sera néanmoins le chef de file de l'opposition régionale à droite. Samedi dernier à Carcassonne, il a été élu président du groupe "LR-UDI-Modem-société civile" au sein du Conseil régional.

  •  Un peu à l'étroit

Il faudra accueillir le 4 janvier 158 conseillers régionaux dans l'hémicycle, contre 91 jusque-là, et donc, pousser quelque peu les murs. Faute de place, certains élus seront assis sur les sièges traditionnellement réservés au public et devront se contenter de micros "main".

  • Des mesures de sécurité renforcées

"Le dispositif de sécurité sera le même que lors de la tenue du sommet France-Chine en juillet dernier", indique la Région. Lors de cet événement, des portiques de sécurité avait été installés à l'entrée de l'Hôtel de Région et des agents étaient chargés de la fouilles des sacs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :