Les opposants à Val Tolosa demandent l'intervention de Nicolas Hulot

 |   |  380  mots
Un premier blocage du site avait été réalisé en septembre 2015 pour empêcher le début des travaux.
Un premier blocage du site avait été réalisé en septembre 2015 pour empêcher le début des travaux. (Crédits : Rémi Benoit)
Le collectif "Non à Val Tolosa" et la FNE Midi-Pyrénées bloquent depuis lundi matin jour et nuit les accès au chantier de Val Tolosa. Ce projet de centre commercial géant est au coeur d'une bataille juridique. Les opposants demandent au ministre de la Transition énergétique de trancher.

"Depuis lundi matin, toute la journée et la nuit, un groupe de personnes se relaie pour bloquer les deux accès au chantier. Nous espérons qu'il n'y aura pas d'intervention des forces de l'ordre comme cela a pu être le cas sur d'autres projets en Midi-Pyrénées, commente Hervé Hourcade, directeur adjoint de FNE (France Nature Environnement) Midi-Pyrénées.

L'association et le collectif Non à Val Tolosa entendent ainsi protester contre le nouvel arrêté de dérogation pour le projet de centre commercial Val Tolosa. Pour rappel, le projet de complexe commercial lancé il y a 15 ans prévoit l'implantation de 63 250 m2 de surface de vente sur le plateau de la Ménude (Plaisance-du-Touch). Le 13 juillet dernier, la cour administrative de Bordeaux a annulé un premier arrêté de la préfecture portant sur les espèces protégées, estimant que "l'intérêt économique et social du projet n'est pas sérieusement démontré" et mettant en doute les 1785 emplois qui pourraient être créés avec l'arrivée de ce centre commercial. Dans la foulée, la préfecture de Région Occitanie a signé un nouvel arrêté de dérogation sur le projet, s'appuyant notamment sur l'avis favorable du Conseil national de protection de la nature.

Lire aussi : Val Tolosa : le feuilleton judiciaire continue

Dans une lettre publiée ce mardi 25 juillet, le collectif Non à Val Tolosa et la FNE demandent "l'intervention du ministre Nicolas Hulot auprès du préfet de Région pour la suspension immédiate de tous travaux et l'évacuation de tout engin et matériel de chantier sur le plateau de la Ménude... Ceci au moins en attendant l'audience du référé pour cette procédure d'urgence". La décision de justice concernant le référé déposé par les opposants devrait intervenir sous quelques jours. "En attendant cette décision, le collectif continuera de s'interposer en bloquant les accès au chantier pour éviter le passage en force décidé par le promoteur Unibail-Rodamco", ajoutent-ils.

La préfecture devait rencontrer vendredi dernier les associations d'opposants au projet mais ces dernières ne sont pas venues assister à la réunion. Elles avaient demandé la suspension de l'arrêté comme préalable à leur participation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :