Jean-Luc Moudenc interpelle François Fillon sur la baisse des dotations aux collectivités

 |   |  520  mots
Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole
Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole (Crédits : Rémi Benoit)
Le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc apporte son soutien au vainqueur de la primaire à droite, François Fillon. Néanmoins, il le met en garde sur la question de la baisse des dotations de l'État aux collectivités.

"J'adresse à François mes félicitations chaleureuses. Il dispose, bien sûr, de tout mon soutien dans cette élection. Il peut compter sur moi." Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse et président de Toulouse Métropole, a indiqué dès dimanche soir, après le second tour de la primaire à droite, qu'il se tiendrait aux côtés de François Fillon dans la campagne électorale pour la présidentielle de 2017.

Mais ce midi (lundi 28 novembre), devant quelques journalistes de la presse locale, le président de Toulouse Métropole a apporté quelques nuances à son propos, précisant que François Fillon devra élargir son projet, "et en particulier donner des garanties sur les ressources des collectivités locales".

"Je veux dire à François Fillon : attention"

La baisse des dotations de l'État aux collectivités locales est en effet un sujet que Jean-Luc Moudenc suit avec attention, en tant que président de Toulouse Métropole, mais aussi en tant que président de l'association France Urbaine. François Fillon promet 20 milliards d'euros d'économies sur les collectivités territoriales en 5 ans (Alain Juppé parlait de 5 à 7 milliards). À ce stade, on ne sait pas encore précisément comment seraient réalisées ces économies. Sont évoquées la baisse du nombre de fonctionnaires (qui concernerait aussi la fonction publique territoriale) ou le passage aux 39 heures.

"Je veux dire à François Fillon : attention. Je veux bien que l'on nous aide à réaliser des économies de fonctionnement mais il est hors de question que l'on touche à l'investissement. Je rappelle que les collectivités locales représentent 75% de l'investissement public et seulement 10% de l'endettement public."

Jean-Luc Moudenc a prévu de parler de ce point précis avec François Fillon au printemps prochain : "je l'interpellerai à titre personnel car nous nous connaissons depuis longtemps, mais aussi au titre de France Urbaine. J'interpellerai d'ailleurs tous les candidats à la présidentielle sur ce point".

Pour rappel, la baisse de la dotation aux collectivités locales a été l'un des arguments de Jean-Luc Moudenc pour justifier la hausse de 15% des impôts locaux. "Si nous devons subir une nouvelle baisse de nos ressources, il n'y aura pas de nouvelle augmentation d'impôts, assure le maire, mais il faudra réorganiser et même réinterroger certains services".

"En 2008, j'étais le François Fillon de l'époque"

Lors de son déjeuner avec les journalistes ce lundi, Jean-Luc Moudenc s'est par ailleurs risqué à une comparaison entre lui et le candidat à l'élection présidentielle :

"François a su déjouer tous les pronostics grâce à un travail de fourmi pendant plusieurs années, en sillonnant toute la France et en partant à la rencontre de chaque Français. Une méthode méticuleuse et un résultat surprise qui ne peuvent que me rappeler le travail de fond que nous avons déroulé entre 2008 et 2014 pour reconquérir la Mairie de Toulouse. Je rappelle qu'à l'époque j'étais le François Fillon de l'époque : tout le monde se moquait de moi, j'étais bas dans les sondages, mais je travaillais sur le fond !"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :