Nom de la région : pas assez de votants à la consultation

 |   |  598  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
Cinq jours après la clôture de la consultation sur le nom de la région, le Conseil régional refuse de donner un nom ou une tendance "tant que le dépouillement n'est pas achevé". Mais avec seulement 210 000 votants, la consultation pourrait compter pour du beurre. "Ce n'est pas un raz-de-marée citoyen", regrette l'élu en charge du dossier, qui prévient : "le résultat ne sera qu'un élément du choix final, et pas le plus important".

La Région LRMP se cherche toujours un nom. Bien que la consultation citoyenne soit bouclée depuis le vendredi 10 juin à minuit, à ce jour, aucune tendance 'sortie des urnes' n'a été communiquée par la Région, organisatrice du scrutin. Un silence qui devient gênant, au point de transformer la consultation populaire saluée par tous en polémique.

La première pierre est venue du Parti Occitan, avec un communiqué publié sur son site internet, réclamant que "le résultat du vote soit rendu public !"

"Aujourd'hui, quatre jours après la clôture du scrutin, le résultat n'a pas encore été publié. C'est incompréhensible pour un vote dont le résultat est connu depuis vendredi 10 juin minuit ! (...) Un résultat partiel devrait être communiqué comme cela se fait habituellement pour les votes dans une démocratie. Qu'est-ce qui empêche la Région d'annoncer le résultat de la consultation ? Le résultat du vote des citoyens ne plairait-il pas à certains dirigeants, ici en région ou à Paris ?" interroge le parti.

Le parti EELV lui a emboîté le pas, appelant lui aussi par voie de communiqué à "la publication exhaustive et sans délai des résultats de la grande consultation citoyenne sur le nom de la région".

"En démocratie, quand on consulte le peuple, le secret de son verdict est intenable car ce secret ne fait que nourrir dangereusement les thèses populistes", estime le parti écologiste.

Sollicité sur cette polémique, Fabrice Verdier, le député du Gard, élu au Conseil régional et en charge de la consultation, balaye la contestation d'un trait.

"Nous sommes exactement dans le timing annoncé par la présidente Delga et moi-même. Il y a une phase technique dédiée au dépouillement et, si cela n'est pas terminé, c'est parce que nous avons fait le choix de permettre aux gens de voter sur papier. Nous recevons donc à ce jour encore des bulletins par la poste"

Le vote comptera-t-il pour du beurre ?

Un dépouillement non achevé donc, qui justifierait ce silence, alors même qu'une tendance de sortie des urnes aurait pu être donnée. En effet, trois-quarts des votants se sont exprimés par vote électronique, comme nous l'annonçait l'élu la semaine dernière.

"Donner des résultats partiels n'aurait aucun sens car le résultat final ne sera finalement qu'un élément du choix pour les élus, mais pas le principal", indique Fabrice Verdier. Une position qu'il justifie par un nombre de votants "trop juste" :

"Si nous avions eu 800 000 participants et un nom en tête avec 48 %, nous ne pourrions pas ne pas en tenir compte, mais, là, nous parlons de 210 000 votants à ce jour. Ce n'est pas un raz-de-marée citoyen et, par ailleurs, je ne sais pas si, en termes de nombres de votes, il y a aujourd'hui des différences significatives entre les différents choix de noms proposés", assure Fabrice Verdier.

Ces 200 000 votes étaient pourtant présentés il y a à peine quelques jours comme LE cap à passer pour que la consultation soit un succès.

Avec ce changement de position de la Région, le résultat du vote ne sera certainement pas l'élément le plus important dans le choix final. Il sera mis en balance avec la position du Ceser, les retours des chefs d'entreprises, les délibérations des commissions... "Ce qui compte, c'est que le 24 juin, il y ait un résultat clair", conclut Fabrice Verdier. Les 210 000 votants pourraient ne pas apprécier la méthode.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2016 à 13:25 :
Mais quel bazar pour voter en ligne aussi !
Confirmation email, et/ou par numéro de téléphone. Les personnes qui ne sont pas habitué à ce genre de manipulation a du les refroidir !
Qui plus ai, en Juin... C'est un des hasards du calendrier, mais en Juin des gens pensent à autre chose que le nom de la région, notamment les jeunes (Bac, examens, concours, partiels...)

Ne soyons pas étonné des 210k de votants !
De toute façon, ils avaient bien précisé au départ...ce n'est qu'une CONSULTATION. Pas un référendum...
a écrit le 16/06/2016 à 13:17 :
"Ce n'est pas un raz-de-marée citoyen"... Mais quand on voit la complexité que cela a été pour pouvoir exprimer son vote sur le site de la Région, il faudrait décerner une médaille du mérite à ceux qui l'ont fait... 210 000, c'est 210 000 courageux! J'ai 34 ans, j'ai grandi avec un ordinateur dans les mains et ce fût un réel calvaire. J'imagine nos anciens... De toute façon, cette consultation est une mascarade! D'entrée de jeu, on le savait. Si la Région eut été réellement démocrate, elle n'aurait pas appelé ça une "consultation" mais un "référendum". Le nom de la future région est déjà décidé par avance. Cette consultation n'est qu'un leurre qui tente de nous faire croire que nous avons eu notre mot à dire. Au final, on sait bien qu'on va se retrouver avec un nom de Région aussi stupide qu'incompréhensible du style "Les Hauts de France"... Pourquoi pas les "Bas de France" après tout. Bref, quelque chose d'insipide, d'aseptisé, de politiquement correct et qui ne reflètera jamais aussi bien notre identité que celui qui a été choisi par le peuple: "Occitanie".
Doit-on rappeler à Me Delga que son confrère de Président François Hollande n'a obtenu que 10 500 000 voix au premier tour de l'élection sur 46 028 542 d'inscrits que compte la France. Ce ne fut pas un "raz-de-marée citoyen" non plus...
Bref, devant si peu de considération de la part d'une socialiste pour la voix du peuple, c'est le pauvre Jaurès qui doit se retourner dans sa tombe.
a écrit le 16/06/2016 à 12:07 :
"au-delà de 200000 votes, la consultation sera un succès" avaient-ils dit.
Et maintenant ... que vont-ils faire ?
a écrit le 15/06/2016 à 20:50 :
Un deni de démocratie
210 000 votants qui aprecieront la méthode, sachant que nos élus non pas plus de sufrage lors des élections...
Un beau message envoyé par ailleurs aux plus jeunes de ces votants pourqui cet ac
a écrit le 15/06/2016 à 18:22 :
210 000, c'est le nombre de votes qu'à eu Onesta au premier tour des élections régionales, arrivé en 4ème position après le FN, le PS et Les Républicains.

La liste PS et alliés menée par Delga a fait 500 000 votes au premier tour, et il s'agissait d'une élection en bonne et due forme, avec bulletins et urnes dans toutes les communes, campagne électorale, affiches etc. tandis que cette consultation citoyenne reposait sur le volontariat et était extrêmement complexe et contraignante.

Si, comme le suggère ce M. Verdier, les élus PS snobent les 210 000 participants ultra-motivés de cette consultation citoyenne (dont beaucoup ont probablement voté pour eux aux régionales, surtout au deuxième tour si c'est par le jeu de l'alliance avec EELV), m'est avis que la prochaine fois qu'un candidat PS voudra se présenter, cette fois-ci, il va lui manquer des voix ! à bon entendeur...
a écrit le 15/06/2016 à 18:04 :
Parmi les 210 000 participants à cette consultation citoyenne que ce M. Verdier semble vouloir passer à la trappe, combien ont voté pour lui aux dernières élections ? rassurez-vous M. Verdier, nous saurons nous en souvenir lorsque vous briguerez un autre mandat. On verra bien alors si nous sommes si insignifiant que ça, et cette fois-ci, on ne se trompera pas lorsque sera venu le temps de mettre le bulletin dans l'urne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :